Accéder au contenu principal

Nouvelles découvertes à Tamtoc, San Luis Potosi

Sur le site de l'INAH, on apprend que les archéologues du Centro INAH de l'état de San Luis Potosi ont mis à jour les ossements de sept corps dans un contexte archéologique assez complet sur le site huastèque de Tamtok (ou Tamtoc selon les graphies en vigueur). Différents restes d'aliments ont en effet été retrouvés : ils permettront de compléter nos connaissances sur le régime alimentaire et les rites mortuaires des anciens habitants de Tamtok.

Situés à l'intérieur de la Structure 1, ces restes osseux semblaient appartenir à des gens appartenant à l'élite qui dirigeait le site tout au long de l'époque postclassique : des coquillages de l'océan pacifique, des perles de cuivre, de  coquillages et de pierre verte (originaire du Guatemala). Des fragments de textile ont été mis au jour et seront soumis à analyse : ils avaient servi à emmailloter le corps et avaient été peints ou teints de rouge, bleu, jaune et blanc. La Structure 1 a d'ailleurs été restaurée. Longue de 60 mètres et large de 30 mètres, elle semble avoir servi de résidence pour les personnes qui y ont été retrouvées.

L'année 2010 a été particulièrement bonne pour les chercheurs de Tamtok : six sculptures monumentales, un atelier de lapidaire et de sculpture, deux importantes canalisations longues de 15 mètres situées sur le site voisin de Laguna de los Patos ont pu être fouillés, restaurés et inventoriés. Cordova Tello s'est notamment chargé de l'exploration de la Structure C3 qui permettra au visiteur d'avoir une vision panoramique sur la Laguna de los Patos.

Les travaux de médecine légale et d'anthropologie physique entrepris sous la direction de Patricia O. Hernández Espinoza ont apporté leur part de révélations sur les 38 squelettes découverts en 2009 dans la zone de la Noria. On y apprend que les individus étudiés souffraient principalement de deux pathologies graves : la tuberculose vertébrale et le pian (article pian sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Pian_%28m%C3%A9decine%29), une infection cutanée qui peut atteindre les tisseux osseux. Ces deux maladies provoquaient des déformations qui donnaient un statut privilégié aux individus qui en souffraient. A la différence de nos sociétés occidentales souvent enclines à considérer comme paria ces malades, les sociétés préhispaniques les considéraient comme des êtres spéciaux et leur offraient un lieu qui leur correspondait lorsqu'il fallait les enterrer. Des individus de tous âges (5 à 39 ans) et des deux sexes reçurent ainsi leur sépulture.

Nous conclurons cette petite note en nous souvenant qu'il y a un peu plus d'un an, Guy Stresser-Péan nous quittait en laissant la difficile tâche d'interpréter et de comprendre mieux Tamtok. Ces successeurs poursuivent dignement son œuvre.

Références bibliographiques :

"Descubren entierros que revelan costumbres huastecas". Boletines INAH, publié le 11/01/2011. Retrouvé le 11/01/2011 de http://www.inah.gob.mx/index.php/boletines/14-hallazgos/4812-descubren-entierros-que-revelan-costumbres-huastecas .

Stresser-Péan, Guy et Claude Stresser-Péan.
2001. Tamtok, sitio arqueológico huasteco: Su historia, sus edificios. Tomo I. Consejo Nacional para la Cultura y los Artes - CONACULTA, Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos - CEMCA, El Colegio de San Luis, Instituto de Cultura de San Luis Potosí, Instituto Nacional de Antropología e Historia - INAH, Mexico.

2005. Tamtok, sitio arqueológico huasteco: Su vida cotidiana. Tomo II.Consejo Nacional para la Cultura y los Artes - CONACULTA, Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos - CEMCA, El Colegio de San Luis, Instituto de Cultura de San Luis Potosí, Instituto Nacional de Antropología e Historia - INAH, Mexico.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…