Accéder au contenu principal

Vers un retour temporaire de la coiffe de Moctezuma ?

C'est que pense savoir le quotidien Milenio sur son site internet dans une note qui ravive la polémique. L'histoire de la coiffe de Moctezuma est alambiquée, trouble et compliquée. Elle est au coeur d'un imbroglio politico-culturo-diplomatique entre le Mexique, lieu où il a été conçu et l'Autriche où il est gardé, à la Bibliothèque Nationale de Vienne, pour être précis.

Les autorités autrichiennes auraient récemment indiqué qu'elles seraient favorables à un retour de l'objet mais de manière temporaire. Jusqu'à présent, elles s'y étaient opposé, arguant que la coiffe était fragile et ne saurait être conservée dans des conditions optimales. Au Mexique, on peut voir une copie de cette coiffe monumentale dans la salle mexica du Museo Nacional de Antropologia. Elle fut d'ailleurs récemment intégrée à l'exposition Moctezuma, au Museo del Templo Mayor. L'argument du manque d'installations adéquates pour accueillir l'objet et le conserver n'a plus lieu d'être : combien d'objets (en tissu ou en vannerie) sont quotidiennement conservés dans des conditions optimales.
Néanmoins, histoire de s'assurer du retour de cette coiffe en terre de Mozart, les autorités diplomatiques et culturelles ont proposé qu'en échange leurs homologues mexicaines envoient le carrosse doré de l'empereur Maximilien Ier du Mexique, membre de l'ancien famille régnante des Habsbourg et une autre pièce mexicaine. De bonne guerre, pourrait-on dire.
Les réactions mexicaines sur cet hypothétique retour au bercail sont souvent passionnées et contradictoires. Depuis des dizaines d'années, cette coiffe est devenu le symbole d'un nationalisme mexicain attaché à certains symboles préhispaniques. Bon nombres de Mexicains estiment qu'il s'agit d'un vol, à l'instar du Dr Zawi Hawass lorsqu'il évoque le cas des antiquités égyptiennes gardées au British Museum ou au Musée du Louvre.

D'autres estiment que ce retour serait éminemment politique pour le parti qui réussirait à le récupérer. Ils préféreraient que le gouvernement actuel s'attèle à résoudre des problèmes nationaux (lutte contre les trafiquants de drogue, corruption...) plus importants que le rapatriement d'un objet dont une très grande majorité ne connaît l'histoire exacte.

Nous nous garderons bien d'entre dans ce jeu, même si par le passé, nous avons pris parfois des positions politiques extrêmement marqués. Il me semble, comme bon nombre de personnes le pressentent, que le retour de cet artefact serait un moyen de satisfaire l'ego de beaucoup de Mexicains et d'occulter tous les problèmes liés à la préservation du patrimoine mexicain, sachant que les autorités fédérales ne mettent pas les moyens économiques et humains nécessaires à cette tâche immense.

Références bibliographiques complémentaires.
Rojas Urrutia, Carlos. 
2008. "La disputa por el penacho de Moctezuma". In El Universal [en ligne] du 19/11/2008, disponible le 16/01/2011 sur : http://www.eluniversal.com.mx/notas/556636.html.

s.a.
2011. "El penacho de Moctezuma podria regresar a México. In Milenio [en ligne] du 16/01/2011, disponible le 16/01/2011 sur : http://www.milenio.com/node/622949.

[Edition du 23 janvier 2011. Suite à un communiqué repris le quotidien mexicain Milenio,  l'INAH et le ministère mexicain des affaires étrangères annonce leur volonté de collaborer avec les autorités autrichiens pour répondre à leur proposition d'échanges. Il semblerait donc que la fameuse coiffe dite de "Moctezuma". Cette annonce semble laisser circonspecte les réactions des lecteurs du quotidien : d'autres problèmes sont prioritaires à l'organisation de cet échange temporaire".]
1 commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…