Accéder au contenu principal

Redécouverte d'un temple rond à Mexico

 Dans la série "fond de tiroir", nous avions omis de publié cette note en février dernier. Le dommage est réparé. Sur son site internet, l'INAH annonçait alors la découverte d'un édifice rond sous la cathédrale située au centre-ville de Mexico. On peut d'ailleurs observer la photo suivante.

Edifice rond, Mexica, Postclassique. In situ, Mexico.
Photo : INAH, retrouvé le 23 février 2010 sur

Raúl Barrera Rodríguez, responsable du Programa de Arqueología Urbana, a commenté et expliqué la redécouverte. Les restes de l'édifice sont situés à l'arrière de la cathédrale qu'on peut voir sur cette carte. Néanmoins ce genre d'édifice n'était pas unique comme le prouve la pyramide du métro Pino Suarez ou encore un autre plus petit, retrouvé sous la cathédrale.

Lors de leurs explorations de sauvetage, les fouilleurs ont également mis la main sur une série de pierres sculptées qui représentait Miquiztli, une divinité de la mort. Cette dernière est reconnaissable à sa jupe comportant crânes et ossements. Sous chaque pierre, on peut voir une représentation de Tlaltecuhtli.


Selon Barrera Rodríguez, cette découverte permet de confirmer deux choses. D'abord la localisation de cet édifice correspond aux représentations faites par I. Marquina dans les années 1960, même s'il était en fait un peu plus près du Templo Mayor . Visibles dans le musée du Templo Mayor et dans la salle Mexica du MNA, ces reconstitutions ont depuis laissé apparaître des critiques et des doutes. Ensuite, les données archéologiques sembleraient confirmer les données ethnohistoriques qui parlent d'un cu rond situé à cet endroit au sein d'un centre cérémoniel de dimensions importantes (500 m de côté selon les estimations).

Reconstitution du centre cérémoniel de Tenochtitlan.
Maquette réalisée selon les projections d'Ignacio Marquina,
Museo Nacional de Antropología, Mexico.

Après deux mois de fouilles intensives, les archéologues du PAU ont pu établir les dimensions d'une plateforme composé de deux corps superposés et longue de 32 mètres. Un temple rond mesurant 14 mètres de diamètre était adossé à cette plateforme, à l'instar de ce qu'on peut voir à Tlatelolco. L'ensemble regardait vers l'est, en direction du Templo Mayor et du plus particulièrement vers le Temple de Tlaloc, selon l'hypothèse de Barrera Rodríguez. Selon les chroniques (sans que soient précisés lesquels), cet édifice était un temple de Quetzalcoatl, son toit était conique et recouvert de paille. De part et d'autre de l'ouverture on pouvait voir le serpent à plumes.

Il semblerait que les éléments retrouvés datent de la phase VI (règne d'Ahuizotl si on considère la chronologie de Matos Moctezuma) et de la phase VII (aux alentours de la conquête).

Fray Bernardino de Sahagun décrit ce temple de la manière suivante : "Le deuxième cu (temple) principal était celui des dieux de l'eau qu'on appelait Tlaloques. Ce temple était appelé Epcoatl. Dans cette pyramide, et en honneur de ce dieu ou de ces dieux, on jeûnait et on faisait pénitence 4 jours durant avant sa fête. Une fois le jeûne achevé, on allait punir les prêtres de ce dieu ou ces dieux, lorsqu'ils avaient quelconque erreur dans leur servie à divinité".

Reste à attendre que cette hypothèse se confirme avec les prochaines fouilles. Ehécatl n'était pas la seule divinité honorée au moyen de temple-rond...
2 commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…