Accéder au contenu principal

La escritura: símbolos de conversión en las crónicas novohispanas

Alejandro Tapia Vargas est psychologue, enseignant et chercheur à l'Universidad de Monterrey. Il a également une maîtrise en histoire, présentée à l'Escuela Nacional de Antropologia e Historia. Le résultat de cette double casquette s'appelle La escritura: símbolos de conversión en las crónicas novohispanas, un ouvage où se mêle ethnohistoire, historiographie et sémiotique.


On est souvent habitué à lire et à critiquer l'écriture et la compréhension biaisé qu'avaient les chroniqueurs espagnols à leur arrivée en Nouvelle-Espagne. Ce n'est pas pour rien que Miguel León-Portilla publia il y a cinquante ans son best-seller Visión de los vencidos. Relaciones indígenas de la Conquista. Du côté français le docteur Georges Baudot, grande figure américaniste toulousaine, et Tzvetan Todorov avaient proposé ensuite une réflexion semblable dans Récits aztèques de la conquête, ouvrage publié au Seuil en 1983.

Tapia Vargas nous propose une démarche herméneutique complémentaire aux deux oeuvres citées précédemment. Il s'intéresse notamment aux préjugés qui se reflètent autant dans les éléments rapportés par les anciens chroniqueurs que dans leur manière de les rapporter. Car leur écriture, leur manière de rédiger est toute imprégné des éléments de la rhétorique propres à cette époque encore marqué par un esprit médiéval.
Le prédicat de Tapia Vargas repose sur un questionnement multiple :
  • dans quelles circonstances les chroniques ont été rédigées ?
  • sur quel types d'informations reposent-elles ?
  • comment justifier leur choix selon le point de vue du chroniqueur ?
  • quelles étaient ses motivations ?
Le raisonnement de l'historien-psychologue revient sur trois cas d'école : l'Historia General de las cosas de Nueva España par Sahagún, l'Historia de los Indios de Nueva España par Fray Toribio de Benavente dit Motolinia, le Tratado de las supersticiones de Ruiz de Alarcón.

Mais en aucun cas Tapia ne juge les auteurs. Comme tout bon historien, il se borne à lire et exposer l'histoire de manière fluide et accessible en dépit de la complexité du thème. Si vous êtes intéressé(e), vous pouvez vous procurer cette étude sur la page de l'éditeur Trillas.

Voici les liens à consulter pour les expositions et cours que nous avons mentionnées dans la troisième partie du programme : 

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…