Accéder au contenu principal

Une technique de fouilles non invasive utilisée à El Pañhu

Il y a quelques semaines, nous recevions le Dr Fernando López Aguilar, responsable du Proyecto El Pañhu. Ce site otomi fait l'objet de fouilles régulières depuis quelques années : elles précèdent une ouverture dans le courant de cette année.

Sur le site de l'INAH, on apprend qu'une équipe de géophysiciens de l'Universidad Nacional Autonóma de México apporte un soutien technique à l'équipe d'archéologues travaillant sur le site. Pour l'occasion, ils ont inventé le terme d'archéogéophysique. Derrière ce néologisme se cache l'utilisation d'appareils dans un contexte archéologique permettant de fouiller les vestiges d'un bâtiment sans avoir à percer de puits de sondage où à creuser de manière extensive et systématique.
Bien qu'utilisée dans des contextes archéologiques plus récents comme la cathédrale de Morelia, la tomographie de résistivité électrique est encore balbutiante au Mexique. La méthode rho a été créée par les frères Schlumberger afin de faciliter la prospection de minerais, de cavités et de liquides.

Pour se faire, une cinquantaine d'électrodes a été disposée à 40 cm de profondeur sur le principal édifice d'El Pañhu dans le but de détecter une phase de construction antérieure. En créant un champ électrique artificiel, il est possible de déterminer la résistivité du milieu à conduire ce champ et d'observer différents niveaux dans le milieu prospecté. Une image en trois dimensions peut alors être recrée par ordinateur.
Photo INAH, disponible le 13/04/2012 sur :

L'utilisation de cette technique a déjà permis de vérifier une hypothèse faite par les archéologues : la phase Classique de la pyramide a été pillée, certainement dans le but de retrouver l'offrande d'inauguration de la première phase et donc de la désacraliser. L'espace ouvert a ensuite été rempli avec un autre matériel pour tenter de camoufler le "délit".
Une série de questions se pose cependant : la loi de protection du patrimoine national prévoit que les structures fouillées doivent obligatoirement être restaurées. Qu'en est-il du statut de ces fouilles qui n'en sont pas véritablement ? Des fouilles complètes auront-elles encore lieu ? Seront-elles complémentaires à cette nouvelle méthode ?
En attendant de connaître la réponse à cette question, nous vous suggérons la lecture de la note disponible sur le site de l'INAH. Un diaporama présentant l'utilisation de cette technique est également visible.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…