Accéder au contenu principal

Le cas curieux d'un autel sacrificiel retrouvé au Templo Mayor

Voici un nouvel exemple, a priori étrange de la conception de la vie et de la mort qu'avaient les anciens peuples mésoaméricains en général et les Mexicas en particulier. Dans le cadre de fouilles effectuées l'année dernière par le PAU (Proyecto de Arqueología Urbana) aux abords du Grand Temple de Mexico-Tenochtitlan, les archéologues Estíbaliz Aguayo y Berenice Jiménez ont découvert entre plusieurs crânes perforés et un autel ou techcatl en langue nahuatl. Nous avons traité dans un précédent billet cette découverte, en insisitant notamment sur l'utilisation de ces crânes sur un tzompantli ou râtelier de crânes.


Pierre sacrificielle ou techcatl, Temple de Huitzilopochtli, 
Phase II, Grand Temple de Tenochtitlan, Mexica, Postclassique.
Photo : B. Lobjois.

Lors d'une conférence présentée le 23 février dernier dans le cadre des activités liées au 35e anniversaire de la découverte du monolithe de Coyolxauhqui par l'équipe d'Eduardo Matos Moctezuma, les deux jeunes femmes sont revenues plus précisément sur le cas du techcatl mentionné plus haut et visible sur cette série de clichés de l'INAH. Dans leur conférence intitulée Contextos rituales frente al Templo Mayor. Ofrendas de consagración y de clausura, elles ont été intriguées par la présence d'un techcatl dans un espace fermé quand, dans les chroniques et codex, celui-ci est normalement utilisé dans un espace ouvert.


Kodeks tudela 21

Sacrifice humain, Codex Tudela, 27, XVIe siècle.

Elles ont donc décidé de comparer ce techcatl avec celui visible dans la phase II de la pyramide, découvert au tournant des années 1980. Si les deux vestiges ont une largeur de 40 cm,  on ne peut en dire autant pour la hauteur. Les deux archéologues se sont d'abord rendu compte que ce dernier mesure 55 cm de haut et avait été solidement incrusté dans le sol. Rien de tel pour le premier : sa base ne rendait que 12 cm de profondeur. Pas très pratique ni stable quand on doit procéder à la mise à mort parfois répétée de plusieurs victimes... Des analyses chimiques sont en cours pour déterminer si ce techcatl a bien servi pour effectuer des sacrifices humains.



Les analyses médico-légales effectuées par María García Velasco sur les cinq crânes retrouvés ont également apporté de nouvelles données intéressantes, en dépit des dommages que certains ont pu subir avec le temps. Trois correspondaient à des jeunes femmes âgées entre 18 et 30 ans et les deux autres à des hommes d'entre 18 et 35 ans. L'anthropologue espagnole a observé des traces de grattage post mortem et de découpe sur l'os pariétal. Cette observation affine notre connaissance des techniques utilisées pour dépecer les victimes sacrificielles et enlever leurs tissus musculaires. Si dans un premier temps, ils ont été exposés sur le tzompantli et devaient avoir gardé certains muscles et ligaments de la mâchoire inférieure, leur couleur laisse penser qu'ils ont exposés dans un deuxième au feu afin de se défaire de ce qui pouvait rester comme tissus et de pouvoir les déposer aux côtés du techcatl.

Il convient de rappeler que ces éléments ont été retrouvés directement à proximité de ce que Raul Barrera Rodríguez estime être le cuauhxicalco de la grande enceinte cérémonielle. Il est dès lors très probable qu'ils aient fait partien d'un rituel d'inauguration de ce cuauhxicalco, céremonie somme toute courante parmi les anciens peuples mésoaméricains qui consídérant leurs constructions comme étant des êtres humains, naissant, vivant et mourrant.

Pour plus de détails sur cette conférence, retrouvez ici le bulletin publié sur le site de l'INAH.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…