Accéder au contenu principal

1000e billet : remise d'une vaisselle de culture Aztatlan à l'INAH


(Remerciement à Guillermo Kantún por orientarme en la numeración maya)

Pour ce millième billet, je préfère vous laisser penser à cette curieuse annonce publiée sur le site de l’INAH dans un bulletin publié le 13 mai dernier. On y apprend qu’un collectionneur privé, le professeur Luciano  Sandovial, a remis au centre INAH-Nayarit une très jolie pièce en céramique peinte qu’il avait gardé chez lui pendant 18 ans.
 
Une première expertise a été effectuée par Mauricio Garduño Ambriz, chercheur du centre INAH-Nayarit et spécialiste des cultures du Nord-ouest du Mexique. Selon ces premières constations, la pièce aurait été élaborée il y a 900 ans, elle présente des éléments iconographiques propres à la culture Aztatlan qui connut son acmé entre les 10e et 14e siècles de notre ère.

Il s’agit « d’un vase polychrome de type globulaire à cou droit, tripode avec des supports évoquant des maracas. Il mesure 18 cm de haut et 13 cm de largeur maximale et il est décoré profusément comme dans la tradition picturale dite de Style codex ».

Le chercheur mexicain insiste sur le bon état de conservation de l’objet avant de détailler la décoration de ce vase. Deux scènes principales ont été peintes : la première représente le sacrifice rituel d’un individu par cardiectomie, la seconde met en scène un rituel funéraire de crémation. 24 personnages sont représentés sur toute la surface externe de la vaisselle. 

La scène de crémation comprend rait notamment une représentation du dieu de l’inframonde, Mictlantecuhtli. A ce titre il conviendrait de nuancer : il pourrait tout aussi bien s’agir d’un ixiptla de Mictlantecuhtli, c’est-à-dire un personnage le représentant. Rappelons que le nom Mictlantecuhtli est un nom de consonance nahuatl et n’est donc pas forcément le plus indiqué pour nommer une image appartenant à une culture et à une époque différente et éloigné comme celles des peuples vivant dans la vallée de Mexico. Il est accompagné de deux autres personnages portant des masques en forme de mâchoires décharnées sur le point d’allumer le bûcher funéraire.
 
L’ancien « propriétaire » du vase indique qu’avant son nettoyage, la vaisselle contenait des restes de cendres, d’os triturés et de dents. Selon Ambriz, cela indiquerait qu’elle ait servi comme urne funéraire contenant probablement les restes incinérés d’un ancêtre divinisé lié à un lignage important. L’archéologue rappelle qu’à l’époque, l’incinération était une pratique funéraire restreinte à une élite assimilée au soleil, divinité qui régissait notamment les cycles agricoles.

Mais le plus intéressant pour les archéologues n’est pas seulement l’objet en lui-même, mais aussi son contexte de découverte. En l’occurrence, c’est un petit miracle de savoir que M. Sandoval ait pu préciser où reposait originellement ce vase. Selon ses dires, elle serait originaire du site de San Felipe Aztatlán, actuellement en cours d’inscription au registre des Monuments et Zones archéologiques de l’INAH. Ce site comprend notamment un monticule haut de 10 m appelé Loma de la Cruz. A 130 m à l’ouest de cette butte repose une plateforme rectangulaire aux dimensions réduites (1,6 m de hauteur, 55 cm de longueur sur 45 cm de profondeur). C’est sur cette plateforme qu’avait été déposée l’urne rendue par M. Sandoval au peuple mexicain.

San Felipe Aztatlan fut une chèferie très importante à partir du Postclassique ancien : son pouvoir était fondé sur sa participation dans un important réseau commercial qui impliquait des échanges de marchandises aussi diverses que des produits somptuaires ou des ressources importantes comme le cuivre, la jadéite, la turquoise, ou l’obsidienne.

Pour conclure ce millième message, on pourrait donc retenir un petit miracle : l’urne ne contient plus tous les éléments incinérés et d’importantes informations médico-légales sont définitivement perdues. Cependant elle pourra probablement accélérer le procédé d’enregistrement du site, mettre en place un projet complet de fouilles, diminuant probablement la quantité de fouilles sauvages et de pillages qui peuvent avoir lieu dans la région.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…