Accéder au contenu principal

1000e billet : remise d'une vaisselle de culture Aztatlan à l'INAH


(Remerciement à Guillermo Kantún por orientarme en la numeración maya)

Pour ce millième billet, je préfère vous laisser penser à cette curieuse annonce publiée sur le site de l’INAH dans un bulletin publié le 13 mai dernier. On y apprend qu’un collectionneur privé, le professeur Luciano  Sandovial, a remis au centre INAH-Nayarit une très jolie pièce en céramique peinte qu’il avait gardé chez lui pendant 18 ans.
 
Une première expertise a été effectuée par Mauricio Garduño Ambriz, chercheur du centre INAH-Nayarit et spécialiste des cultures du Nord-ouest du Mexique. Selon ces premières constations, la pièce aurait été élaborée il y a 900 ans, elle présente des éléments iconographiques propres à la culture Aztatlan qui connut son acmé entre les 10e et 14e siècles de notre ère.

Il s’agit « d’un vase polychrome de type globulaire à cou droit, tripode avec des supports évoquant des maracas. Il mesure 18 cm de haut et 13 cm de largeur maximale et il est décoré profusément comme dans la tradition picturale dite de Style codex ».

Le chercheur mexicain insiste sur le bon état de conservation de l’objet avant de détailler la décoration de ce vase. Deux scènes principales ont été peintes : la première représente le sacrifice rituel d’un individu par cardiectomie, la seconde met en scène un rituel funéraire de crémation. 24 personnages sont représentés sur toute la surface externe de la vaisselle. 

La scène de crémation comprend rait notamment une représentation du dieu de l’inframonde, Mictlantecuhtli. A ce titre il conviendrait de nuancer : il pourrait tout aussi bien s’agir d’un ixiptla de Mictlantecuhtli, c’est-à-dire un personnage le représentant. Rappelons que le nom Mictlantecuhtli est un nom de consonance nahuatl et n’est donc pas forcément le plus indiqué pour nommer une image appartenant à une culture et à une époque différente et éloigné comme celles des peuples vivant dans la vallée de Mexico. Il est accompagné de deux autres personnages portant des masques en forme de mâchoires décharnées sur le point d’allumer le bûcher funéraire.
 
L’ancien « propriétaire » du vase indique qu’avant son nettoyage, la vaisselle contenait des restes de cendres, d’os triturés et de dents. Selon Ambriz, cela indiquerait qu’elle ait servi comme urne funéraire contenant probablement les restes incinérés d’un ancêtre divinisé lié à un lignage important. L’archéologue rappelle qu’à l’époque, l’incinération était une pratique funéraire restreinte à une élite assimilée au soleil, divinité qui régissait notamment les cycles agricoles.

Mais le plus intéressant pour les archéologues n’est pas seulement l’objet en lui-même, mais aussi son contexte de découverte. En l’occurrence, c’est un petit miracle de savoir que M. Sandoval ait pu préciser où reposait originellement ce vase. Selon ses dires, elle serait originaire du site de San Felipe Aztatlán, actuellement en cours d’inscription au registre des Monuments et Zones archéologiques de l’INAH. Ce site comprend notamment un monticule haut de 10 m appelé Loma de la Cruz. A 130 m à l’ouest de cette butte repose une plateforme rectangulaire aux dimensions réduites (1,6 m de hauteur, 55 cm de longueur sur 45 cm de profondeur). C’est sur cette plateforme qu’avait été déposée l’urne rendue par M. Sandoval au peuple mexicain.

San Felipe Aztatlan fut une chèferie très importante à partir du Postclassique ancien : son pouvoir était fondé sur sa participation dans un important réseau commercial qui impliquait des échanges de marchandises aussi diverses que des produits somptuaires ou des ressources importantes comme le cuivre, la jadéite, la turquoise, ou l’obsidienne.

Pour conclure ce millième message, on pourrait donc retenir un petit miracle : l’urne ne contient plus tous les éléments incinérés et d’importantes informations médico-légales sont définitivement perdues. Cependant elle pourra probablement accélérer le procédé d’enregistrement du site, mettre en place un projet complet de fouilles, diminuant probablement la quantité de fouilles sauvages et de pillages qui peuvent avoir lieu dans la région.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…