Accéder au contenu principal

Vers un inventaire extensif de la peinture murale teotihuacaine

Lorsque Beatriz de la Fuente dirigeait l'Instituto de Investigaciones Estéticas à l'Universidad Nacional Autónoma de México, elle mit en place un projet de publication multi et interdisciplinaire pour mettre en valeur un pan sous-estimé du patrimoine pictural mexicain : la peinture murale préhispanique. Des analyses furent publiées dans le Boletín de pintura mural prehispánica. Puis en 1996 furent édités les deux premiers volumes d'une collection d'ouvrages qui catalogue ce genre de vestiges dans la Cité où apparaissent les dieux.

Depuis le décès de De la Fuente, c'est María Teresa Uriarte qui a repris le flambeau au sein d'Estéticas. Dans un projet collaboratif avec l'INAH et le Centro de Estudios Teotihuacanos, elle a entrepris un vaste projet de catalogage de tous les fragments de peintures conservés in situ et dans différentes réserves de musées mexicains. Dans cette tâche ardue,  elle est aidée par la restauratrice Gloria Torres Rodríguez et l'archéologue Claudia López Pérez. Une équipe comptant photographes, architectes, archéologues, artistes visuels et informaticiens a été formée pour l'occasion.

Pour bien comprendre l'ampleur de ce registre effectué entre 2010 et 2012, voici quelques chiffres publiés dans ce bulletin de l'INAH.

  • 12560 fragments catalogués appartenant à une occupation de la ville entre 200 et 700 de notre ère,
  • 12434 photos prises,
  • 1114 dessins,
  • 1870 fragments capturés,
  • trois zones monumentales placées sous restauration urgente
  • sept autres cataloguées,
  • réintégration de quatre œuvres sur châssis.
A titre de comparaison, lorsque Arthur Miller a publié son ouvrage sur les peintures murales teotihuacaines en 1973, il avait compté 358 peintures. De la Fuente 


Un glossaire est actuellement en cours de rédaction et un diagnostique général a été émis pour chaque zone. C'est donc une énorme base de données qui sera mise à disposition des chercheurs teotihuacanistes. Chaque fragment catalogué comprend les référents suivants :
  • numéro de registre,
  • réserve,
  • lieu de conservation,
  • technique utilisée,
  • état de conservation,
  • origine, 
  • couleur, 
  • caractéristiques physiques, 
  • type de scène.
En ce qui concerne les peintures étudiées in situ, la fiche inclut les données semblables à quelques détails près :
  • secteur de la ville,
  • unité architecturale,
  • structure,
  • carte de situation de la peinture,
  • élément architectural;
  • caractéristiques physiques,
  • description résumée des scènes;
  • motifs représentés,
  • état de conservation,
  • restaurations antérieures.
En général, il existe plus de 60000 fragments disponibles in situ. 126000 sont encore sur châssis et n'ont pas encore été restaurés.

Pour conclure ce billet, nous vous recommandons de regarder ce reportage disponible sur la chaîne INAHTV.



Références bibliographiques
Fuente, B. d. l. (Ed.). (1995). La pintura mural prehispánica en México. I Teotihuacan (1. ed.). Mexico: Universidad Nacional Autónoma de México, Instituto de Investigaciones Estéticas.
Miller, A. G. (1973). The mural painting of Teotihuacán. Washington, D.C.: Dumbarton Oaks.

Félicitations et merci pour ce travail de recherches indispensables pour une meilleure diffusion des matériels archéologiques de Teotihuacan.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…