Accéder au contenu principal

Compte-rendu Arqueología mexicana 121 - Arqueología del siglo XXI

Cette publication marque un anniversaire important pour la revue publié par l'INAH. Il s'agit en effet de fêter le vingtième anniversaire. Quoi de mieux alors que de s'intéresser à l'évolution des théories et des méthodes archéologiques au Mexique, "de la manière selon laquelle la pratique archéologique s'est transformée récemment, des fondements derrière notre connaissance des anciennes cultures mexicaines" (p. 39).




Dans un premier temps, on peut lire une réflexion de Kenneth Hirth sur la méthode dont dispose l'archéologue pour estimer la population présente sur un site à une époque donnée.  On pourrait parler d' "archéodémographie" d'une certaine manière.

Vient ensuite un travail de Joaquín García-Bárcena sur les techniques de datation par stratigraphie, dendrochronologie, radiocarbone et thermoluminescence. En revanche la datation à l'uranium-thorium n'est pas détaillée alors qu'elle permet des analyses qui se substituent au radiocarbone. On appréciera cependant le tableau récapitulatif pour sa clarté : il explique clairement ce que le grand public a parfois du mal à comprendre.

L'archéologue Linda Manzanilla revient sur l'importance des espaces domestiques et productifs pour comprendre la vie quotidienne des groupes à Teotihuacan ou dans la zone maya.

Une des autres avancées importantes enregistrées depuis une vingtaine est l'utilisation presque systématisé du GIS. Bien plus qu'une cartographie digitale, le GIS permet de collecter des données

Avant ce dossier, on notera plusieurs articles intéressants. Il y a d'abord la traditionnelle chronique du Dr Xavier Noguez sur un document peu voire jamais étudié, la carte de Beinecke, conservée à l'Université de Yale.

Suite un comparatif très intéressant de trois sculptures benizaa proposé par Javier Urcid. Il s'agit d'un ensemble de trois personnages en terre cuite dont deux sont complets. Le troisième partage un style identique mais seule la tête est conservée. On apprend ainsi que chaque sculpture est conservée dans une enceinte différente.

L'article rédigé à huit mains par Ilán Leboreiro, Josefina Mansilla, Fabienne de Pierrebourg et Christophe Moulherot tient à la fois de l'anthropologie physique et de l'anthropologie culturelle. Il s'agit d'une mise à jour nécessaire sur un corps momifié naturellement et conservée au musée du quai Branly. Elle fut étudiée en son temps par Leopoldo Batres, ancien militaire francophone reconverti en inspecteur des monuments historiques pendant le Porfiriat. Or les conclusions qui sont aujourd'hui proposées vont aux antipodes de celles de Batres : d'après les observations et les analyses préliminaires effectuées, le corps tatoué serait celui d'une femme et non celui d'un homme comme conclu il y a 123 ans...

Laura Magriña est ethnohistorienne. Elle résume ses recherches sur un document rédigé par Fray Antonio Arias de Saavedra sur l'ethnie cora. Ce document colonial contient notamment un dessin qui pourrait être considéré comme un cosmogramme des Nayares et à leur usage de plantes psychotropes que sont le peyote et le cheri.

Le dernier article est un résumé des avancées de l'épigraphie maya. Erik Velázquez García, professeur de l'UNAM, revient notamment sur l'élargissement considérable des corpus d'inscriptions et sur leur déchiffrement.

On peut regretter que d'autres aspects de l'archéologie n'ait pas été traitée dans ce numéro. Il convient de nuancer ce sentiment en se souvenant les numéros publiés sur la restaurations, l'archéologie sous-marine et les articles disséminés çà et là sur l'anthropologie physique.

Eduardo Matos Moctezuma conclut ce numéro en nous proposant sa réflexion bimestrielle sur les légendes urbaines de l'archéologie mexicaine. Dans ce numéro, il s'attaque à l'interprétation fallacieuse de la représentation d'un astronaute sur la pierre qui scellait le sarcophage de K'inich Janah'b Pakal.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…