Accéder au contenu principal

Explorations d'un nouveau site maya: Chactun, Campeche

Depuis deux ou trois jours, on assiste à une petite ébullition parmi les mayistes. Alors que la 6e Convention mondiale d'archéologie maya vient de se clore au Museo Popol Vuh au Guatemala, il est une découverte qui ne manquera pas d'alimenter les conversations dans les couloirs du IXe Congrés international des mayistes à San Franciso Campeche à partir de dimanche prochain. Même l'AFP s'est fendu d'une dépêche reprise par plusieurs médias français, comme le Monde.

C'est dans cet état éponyme que les archéologues Ivan Sprajc et Atesta Flores Esquivel, l'épigraphe Octavio Esparza Olguín ont découvert un site archéologue de grande étendue il y a à peine une quinzaine de jours. Baptisé Chactun, qu'on peut traduire par Pierre Rouge ou Grande Pierre, ce site n'était pas encore enregistré dans l'atlas des sites archéologiques du Campeche, il a été repéré par des chicleros qui accompagnaient Sprajc dans son opération de reconnaissance au nord de la biosphère de Calakmul dans un région comptant pas moins de 3000 km2 de surface entre Rio Bec y Chenes. Sa superficie de 22 ha en fait un des sites les plus vastes des Basses Terres centrales.

Les explorations de surface ne sont pas dues au  hasard puisque Sprajc explique qu'un examen stéréoscopique de différents clichés aériens a permis la localisation de monticules. Après un long chemin en 4x4 pendant deux heures et demie à travers la forêt tropicale depuis le site de Xpuhil, le petit groupe de chercheurs est tombé nez à nez avec plusieurs vestiges architecturaux et des restes de stèles et d'autels parfois encore recouverts de stuc.

Trois groupes ont pour l'heure était détectés et une première topographie effectuée grâce à une station géodésique totale nous donne une première idée des volumes présents. Le Groupe Ouest est certainement le plus important puisqu'il s'étend sur plus de 11 ha. Il comprend notamment une pyramide haute de 23 m. Les Complexes Sud-est et Nord-Est sont de taille inférieure. Les trois ensembles présentent des structures de type pyramidal, palatial et résidentiel. Un terrain de jeu de balle a été localisé dans ces deux derniers complexes. L'architecture de Chactun, en dépit de son voisinage avec Rio Bec, n'en a absolument pas les traits architecturaux.

Dix-neuf stèles ont d'ores et déjà été retrouvées. Trois sont dans un bon état de conservation. La stèle 1 est celle qui donne précisément le nom du site et mentionne le nom d'un dirigeant appelé K'inich B'ahlam en 751 de notre ère. Selon Esparza Olguín, certaines semblent avoir été réutilisés au Classique récent et Postclassique ancien. Bien que décapitées, les habitants ont continué de leur adresser des offrandes, comme en témoigne la présence de tessons de céramiques. Si certaines stèles ont été sculptées dans le tuf, d'autres sont élaborées à partir de stuc sculptés et peint.

En guise de conclusion, nous vous proposons d'observer le diaporama et de regarder cette vidéo disponible sur la chaîne INAHTV.


Bref, on n'a pas fini d'entendre parler de Chactun dans les prochaines années. Sprajc a obtenu le soutien de la National Geographic Society, d'une entreprise autrichienne et d'une autre slovène. Source: Bulletin de l'INAH, consulté le 19/06/2013.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…