Accéder au contenu principal

Quelques nouvelles du 9e Congrès International des Mayistes à Campeche

Cet événement annuel organisé par l'Institut de Recherches Philologiques de l'Université Nationale Autonome du Mexique a livré des informations peu ou pas diffusé par les autorités archéologiques de ce pays. Depuis la semaine dernière, même si l'événement était visible en direct sur Internet, il faut souvent d'en remettre aux articles de la presse généraliste pour avoir quelques articles à se mettre sous la dent. 

C'est le quotidien La Crónica de hoy qui semble la plus présente avec des articles publiés régulièrement par Juan Calavera et Reyna Paz. Passons certaines erreurs orthographiques et approximations archéologiques et essayons d'en tirer quelques enseignements.

Cocorico ! Commençons par la présence française à ce congrès. Dans une table ronde dirigé par Dominique Michelet et Nikolaï Grube, Philippe Nondédéo dirige une équipe franco-mexicaine en charge d'explorer le site de Naachtun situé à la frontière entre le Campeche mexicain et le Péten guatémaltèque depuis plusieurs années. Lors de sa présentation, l'archéologue français a fait part de l'exploration de deux structures situées dans l'ensemble A: il s'agit des pyramides appelée La Perdida et la pyramide 27. Sous chacune d'elles avaient été construites des chambres funéraires. Si la première a été victime de pillage, la seconde n'a semble-t-il jamais reçu d'occupant. Les restes d'un terrain de jeu de balle et d'une structure aux orientations archéoastronomiques font également partie des avancées du CEMCA et de l'INAH. Dans l'ensemble B ont été localisés plusieurs enterrements, lorsque cette partie de la ville fut utilisé à des fins résidentielles au Classique terminal. Naachtun, située entre Tikal et Calakmul, était soumise tributairement à cette dernière. Mais elle a continué à subsister en dépit du déclin de ses prestigieuses voisines.

Lors de sa participation, l'épigraphiste espagnol Alfonso Lacadena a estimé que 90 à 95 % des glyphes mayas ont été déchiffrés et ce dans cinq langues épigraphiques anciennes.

Un second papier sensationnaliste de nos journalistes n'a pas hésité à jouer sur la fibre nationaliste mexicaine. Ernesto Vargas Pacheco a vu son hypothèse se transformer en affirmation. Même si le chercheur de l'Institut de Recherches Anthropologiques (et non Archéologiques comme le présente Juan Carlos Talavera) prend beaucoup de pincettes, il est évident que s'intéresser à un archétype de l'archéologie nationaliste mexicaine suscite l'intérêt des lecteurs. Pourtant Vargas Pacheco relativise bien son hypothèse en citant différentes sources qui évoque l'endroit où Cuauhtemoc, le dernier huey tlatoani, fut exécuté par les hommes de Cortés. S'il est probable que le châtiment eut lieu près d'El Tigre, Campeche, il est en revanche plus difficile de savoir ce qui survint à sa dépouille : fut-il enterré ou incinéré préalablement comme cela était la coutume ?

En ce qui concerne Calakmul, les deux correspondants de La Crónica de hoy ont préféré mettre en valeur la présentation d'Omar Rodríguez Campero. Ce collaborateur du Centre INAH Campeche a notamment expliqué que des travaux de restaurations et de consolidation ont récemment été effectués sur les peintures murales de Chiiknahb, cet édifice sous lequel des scènes de vie quotidienne détonnent avec les peintures cérémoniales mayas auxquelles nous sommes habitués. D'un autre côté, les frises en stuc peint de la sous-structure Ilcen ont été restaurées avant leur prochaine ouverture au public, 14 ans après leur découverte. Mais l'essentiel de l'article est centré sur l'exploration de la Structure XXI dite Kalomt'e. Différents matériels céramiques de grande qualité ont ainsi été mis au jour. Il s'agirait notamment de plateaux de type codex contenant des informations épigraphiques de toute premier ordre, un sifflet zoomorphe, un hibou, un joueur de pelote retrouvé dans deux des neufs pièces qui composent cette structure. Long de 80 m et large de 70 m, il serait composé de sept étapes de construction. Cependant 30 m restent à explorer : il faut donc faire preuve de prudence.

Voici le programme des tables rondes et des présentations effectuées tout au long de cette semaine. Vous vous rendrez compte que le résumé que nous vous en proposons est à la fois partiel et partial. Espérons qu'on puisse accéder rapidement à une publication contenant tous les exposés.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…