Accéder au contenu principal

Compte-rendu Arqueología mexicana 122

Dans le numéro 81 de la revue publiée en octobre 2006 par l'INAH, on pouvait découvrir les routes et chemins préhispaniques. Cette étude nécessaire pour comprendre les flux humains et commerciaux dans cette partie du monde trouve sept ans après sa suite logique dans un dossier spécial sur le commerce et les marchés préhispaniques, coloniaux et modernes. Effectuons un tour d'horizon des publications proposées.

On doit l'article introductif à Kenneth G. Hirth, co-éditeur de l'ouvrage Merchants, Markets and Exchange in the Precolumbian World. Dans un premier temps, il rappelle les différentes fonctions du marché précolombien. Si la fonction économique est évidente, il est en revanche moins connu comme un lieu informel de rassemblements et de réunions. Spécialiste de Xochicalco, Hirth revient sur la distribution et l'organisation du marché de cette cité. 

L'ethnohistorien Ross Hassig explique l'importance des pochtecas dans l'appareil impérial des Mexicas. Ils fournissaient autant certains biens de consommation courante que des biens réservés à la classe dirigeante. Il relativise également leur rôle d'espions en s'en tenant strictement aux événements rapportés par Sahagún. Il souligne aussi le rôle prépondérant de ce groupe sur le contrôle économique des villes et peuples tributaires de la Triple Alliance.

De son côté Miguel León-Portilla propose une lecture du Tonalamatl de los Pochtecas ou Codex Fejervary-Meyer en s'attardant sur les images de divinités des pochtecas. Il revient sur certains attributs des patrons des marchands et effectue un parallèle intéressant avec les marchands mayas et leurs divinités protectrices au Postclassique.

L'archéologue Amalia Attolini Lecón propose une cartographie des chemins, routes de cabotage, ports, sanctuaires-marché qui jalonnerait ainsi la zone maya. Elle met en exergue le rôle clé des marchands dans l'organisation de la société maya, servant de messagers, d'intermédiaires, de contrôleurs sur certains produits.

Son collègue Rafael Cobos s'intéresse également aux échanges commerciaux dans la zone maya pendant le Classique et le Postclassique avant de les recontextualiser dans un cadre macroculturel. 

L'anthropologue Francés Berdan évoque les différents systèmes d'échanges à l'époque préhispanique et pendant la Colonie. Dans un premier temps, elle rappelle les objets qui pourraient servir de monnaie. Si le cas des fèves de cacao est bien connu, il en existait différentes variétés si bien qu'on aboutissait à un système de valeurs plus complexe qu'il n'y paraissait. D'autres systèmes locaux comme celui des hachettes en cuivre au Michoacan ont existé. L'arrivée du système monétaire espagnol s'est naturellement intégré aux cultures locales, les deux systèmes fonctionnant ensemble dans un système monétaire intégré comme les différentes monnaies nationales au moment de l'introduction de l'euro.

L'historienne Enriqueta Quiroz revient pour sa part sur la refonte des marchés au moment de la Colonie. L'exploitation de l'argent et de l'or, la pénétration espagnole vers l'Occident et le Nord ont redéfini et augmenté le réseau commercial. Les foires, les marchés de céréales et de viandes, les boulangeries ont été introduits.

Pour fermer ce dossier Samuel Villela nous propose de voir l'évolution des marchés autochtones entre l'époque préhispanique et la notre. Son étude montre que la présence de marchés locaux et régionaux, lointains héritages, ont de beaux jours devant dans la mesure où une économie de marché fondée sur la production manufacturière industrielle ne pénètre pas ce tissu socio-économique.

Notez que dans la section de références bibliographiques et publications en relation avec le dossier, on peut observer la présence de l'ouvrage. Cependant sa disponibilité sur internet n'a pas été mentionnée.
Long, J., & Attolini Lecón, A. (2010). Caminos y mercados de México, Serie Historia general, UNAM : Instituto de Investigaciones Históricas. En ligne : http://www.historicas.unam.mx/publicaciones/publicadigital/libros/caminosymercados/mercados.html .

Je vous recommande cet article qui aurait eu sans nul doute sa place dans ce dossier thématique :
López Luján, L., & Olmedo, B. (2010). Los monolitos del mercado y el glifo tianquiztli. Arqueología mexicana, XVII(101), 19-21. 

Ce numéro 122 d'Arqueologia mexicana propose aussi une des dernières publications de Claude-François Baudez. Véritable touche-à-tout, il nous propose une réflexion sur la réutilisation de différents scupltures préhispaniques. Si sa réflexion s'attarde particulièrement sur le cas mexica, il propose également quelques exemples mayas qui ne sont pas forcément très étudiés et/ou diffusés. Habitué aux prises de positions qui peuvent fâcher, Baudez considère que la Pierre de Tizoc, son homologue du Palais de l'Archevêché et le monument peint. Il soutient au passage l'hypothèse selon le visage sculpté au centre du monument dit "Pierre du Soleil" est une représentation de Tlaltecuhtli, notamment en s'appuyant sur la présence des quatre autres Soleils antérieurs à celui du mouvement de la Terre.

D'autre part on lira avec grand intérêt le travail de Miguel Covarrubias et Rafael Burgos sur les recherches archéologiques effectuées à Dzilam González, petite localité du Yucatan. Nous avons la chance d'enregistrer un entretien radiophonique avec Miguel Covarrubias l'année dernière. Le gisement a été victime d'intenses pillages et de matériels réutilisés dans des constructions coloniales et postérieures. Le projet archéologique a établi une extension territoriale relativement importante d'Ah Kin Chel, bien au-delà de Dzilam González. L'occupation de Dzilam est relativement et remonte au Préclassique supérieure. La présence d'une architecture mégalithique montre le contrôle politique, économique et commercial jusqu'à la côte située à 11 kms. Les auteurs estiment que la première phase de leur projet a amplement atteint ses objectifs et offre de nouvelles perspectives pour de futures recherches.

Terminons par la rubrique de Xavier Noguez publié au début de ce numéro. Il revient cette fois sur un document conservé à l'Institut de recherches juridiques de l'UNAM : le Libro de Guardinanes y Gobernadores de Cuauhtinchan.

Voilà de quoi patienter avant de dévorer le prochain numéro de la revue qui proposera de nouvelles données archéologiques sur différents sites du Michoacan.




Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…