Accéder au contenu principal

Le jeu des chaises musicales se poursuit à l'INAH...

Les multiples et récents remplacement à la tête de centres INAH (Chiapas, San Luis Potosí, Coahuila, etc.) pendant les derniers mois semblaient, la publication de communiqués officiels signé de sa main faisaient que Sergio Arroyo, nommé en décembre dernier par le ministre mexicain de l'éducation nationale à la direction de l'INAH, semblait tenir son destin entre ses mains après un passage entre 2001 et 2005. Si ce premier mandat avait laissé un bilan contrasté, son retour l'hiver dernier avait été généralement salué par les chercheurs d'une institution de plus en plus sclérosée par une administration de plus en plus bureaucrate où les places de chercheurs se font de plus en plus rares et la direction plus que controversée et autoritaire de Alfonso de María y Campos pendant entre 2006 et 2012.

Officiellement en raison de "divergences institutionnelles", l'actuel ministre de l'éducation Emilio Chuayffet l'a démis de ses fonctions et a nommé María Teresa Franco. Cette historienne, diplômée de l'Universidad Iberoamericana, n'est pas une inconnue à l'INAH: elle fut directrice... entre 1992 et 2000 juste avant que Sergio Arroyo ne prenne sa place. La décision peut paraître surprenante de premier abord. Elle traduit surtout un malaise et une crise interne patente à l'INAH, remis en cause dans bon nombre d'affaires où le patrimoine national mexicain est plus considéré comme un atout touristique qu'un ensemble tangible et intangible à étudier et à divulguer. Cette crise voit s'affronter l'administration et les chercheurs, voir les chercheurs entre eux comme le décrit Gustavo Rámirez, archéologue du centre INAH Tamaulipas et syndicaliste.

Au moment où nous publions ce billet, aucun communiqué officiel n'a été publié sur la page  officielle de l'INAH ou sur la multitude de ses comptes officiels Twitter, Facebook ou Google+.

[Édition du 09/07/08: l'hebdomadaire Proceso pense connaître les raisons politiques de cette destitution. Alors que l'INAH avait annoncé sur sa page aujourd'hui, la destruction d'un téléphonique souhaité par le gouverneur l'état de Puebla, Raphaël Moreno Valle, le titulaire de la CONACULTA, Rafael Tovar y de Teresa, supérieur hiérarchique a décidé de promouvoir différents projets touristico-culturels dans cet état, tournant le dos aux recommandations faites par les chercheurs de l'INAH qui avaient dénoncé l'ouvrage d'art consistant en deux tours hautes de 60 m construites dans les quartiers historiques de la ville, après la destruction sans autorisation d'une demeure coloniale. Les collaborateurs de l'INAH qui devaient placer les sceaux de suspension de la construction ont d'abord été refoulés par les policiers municipaux qui surveillent les travaux. L'affaire sera finalement portée devant la Cour suprême de justice de la Nation suite à des recours déposées par des associations de défense du patrimoine poblano. Arroyo aurait donc servi de bouc-émissaire.]
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…