Accéder au contenu principal

Le jeu des chaises musicales se poursuit à l'INAH...

Les multiples et récents remplacement à la tête de centres INAH (Chiapas, San Luis Potosí, Coahuila, etc.) pendant les derniers mois semblaient, la publication de communiqués officiels signé de sa main faisaient que Sergio Arroyo, nommé en décembre dernier par le ministre mexicain de l'éducation nationale à la direction de l'INAH, semblait tenir son destin entre ses mains après un passage entre 2001 et 2005. Si ce premier mandat avait laissé un bilan contrasté, son retour l'hiver dernier avait été généralement salué par les chercheurs d'une institution de plus en plus sclérosée par une administration de plus en plus bureaucrate où les places de chercheurs se font de plus en plus rares et la direction plus que controversée et autoritaire de Alfonso de María y Campos pendant entre 2006 et 2012.

Officiellement en raison de "divergences institutionnelles", l'actuel ministre de l'éducation Emilio Chuayffet l'a démis de ses fonctions et a nommé María Teresa Franco. Cette historienne, diplômée de l'Universidad Iberoamericana, n'est pas une inconnue à l'INAH: elle fut directrice... entre 1992 et 2000 juste avant que Sergio Arroyo ne prenne sa place. La décision peut paraître surprenante de premier abord. Elle traduit surtout un malaise et une crise interne patente à l'INAH, remis en cause dans bon nombre d'affaires où le patrimoine national mexicain est plus considéré comme un atout touristique qu'un ensemble tangible et intangible à étudier et à divulguer. Cette crise voit s'affronter l'administration et les chercheurs, voir les chercheurs entre eux comme le décrit Gustavo Rámirez, archéologue du centre INAH Tamaulipas et syndicaliste.

Au moment où nous publions ce billet, aucun communiqué officiel n'a été publié sur la page  officielle de l'INAH ou sur la multitude de ses comptes officiels Twitter, Facebook ou Google+.

[Édition du 09/07/08: l'hebdomadaire Proceso pense connaître les raisons politiques de cette destitution. Alors que l'INAH avait annoncé sur sa page aujourd'hui, la destruction d'un téléphonique souhaité par le gouverneur l'état de Puebla, Raphaël Moreno Valle, le titulaire de la CONACULTA, Rafael Tovar y de Teresa, supérieur hiérarchique a décidé de promouvoir différents projets touristico-culturels dans cet état, tournant le dos aux recommandations faites par les chercheurs de l'INAH qui avaient dénoncé l'ouvrage d'art consistant en deux tours hautes de 60 m construites dans les quartiers historiques de la ville, après la destruction sans autorisation d'une demeure coloniale. Les collaborateurs de l'INAH qui devaient placer les sceaux de suspension de la construction ont d'abord été refoulés par les policiers municipaux qui surveillent les travaux. L'affaire sera finalement portée devant la Cour suprême de justice de la Nation suite à des recours déposées par des associations de défense du patrimoine poblano. Arroyo aurait donc servi de bouc-émissaire.]
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…