Accéder au contenu principal

Disparition de Claude-François Baudez

Une bien triste nouvelle que celle communiquée par la Société des Américanistes à ses adhérents ce samedi 13 juillet 2013. Nous prenons la liberté de le reproduire ci-dessous :
C'est avec une très grande tristesse que nous vous informons que Claude F. Baudez nous a quittés ce samedi 13 juillet. Tout au long de sa riche carrière, il a beaucoup apporté à notre Société qu'il a présidée pendant de longues années. Nous nous rappelons les stimulantes conférences qu'il donnait régulièrement dans le cadre de la Société et, plus que tous, il avait choisi de publier dans le JSA une série d'articles qui sont autant de références incontournables, constamment citées. Avec sa disparition, notre Société perd un membre éminent, un collègue généreux et dévoué, un ami.
Loin de nous l'idée de rédiger un billet retraçant sa longue et impressionnante carrière. Certains écrivains s'en occuperaient très bien. M. Baudez a acquis ses galons d'archéologue au Costa Rica à la fin des années 1950. Mais l'essentiel de son travail de terrain a été effectué au Honduras, entre les vallées du Comayagua, los Naranjos et Copan. Au Mexique, il a co-dirigé le projet Tonina pour en publier un ouvrage qui sert toujours de référence.

Ce qu'il convient de garder de l'oeuvre de Baudez, c'est sa diversité et sa richesse. Baudez a toujours fait un peu grincer des dents dans la communauté mésoaméricaniste de par ses thèses audacieuses et réfractaires à la mode. Son dernier ouvrage intitulé La douleur rédemptrice, l'autosacrifice précolombien n'échappe pas à la règle si on considère le brillant exposé qu'il a proposé l'Université ouverte, le 4 avril dernier. On peut d'ailleurs télécharger sa conférence ici. Un enregistrement vidéo est également disponible gratuitement en cinq tronçons sur le portail Vimeo.

Images et représentations du monde : l’autosacrifice en mésoamérique pré-colombienne - [1/5] from Université Ouverte on Vimeo.

Images et représentations du monde : l’autosacrifice en mésoamérique pré-colombienne - [2/5] from Université Ouverte on Vimeo.

Images et représentations du monde : l’autosacrifice en mésoamérique pré-colombienne - [3/5] from Université Ouverte on Vimeo.

Images et représentations du monde : l’autosacrifice en mésoamérique pré-colombienne - [4/5] from Université Ouverte on Vimeo.


Images et représentations du monde : l’autosacrifice en mésoamérique pré-colombienne - [5/5] from Université Ouverte on Vimeo.


Plus personnellement, je retiendrai la grande gentillesse et la disponibilité d'un professeur toujours disposé à sourire, faire sourire et dispenser des remarques souvent justes. Je me souviens de ses séminaires en tant que directeur invité à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes, en marge du cours dispensé par mon maître, Michel Graulich. Si les deux partageaient des points de vue très tranchés sur les hypothèses de l'autre, il n'en résidait pas moins un profond respect entre eux. Baudez restera toujours pour moi l'auteur de ce petit volume de la collection Découvertes publiée aux éditions Gallimard. J'avais quatorze ans quand je découvrais véritablement alors la civilisation maya. Ce livre est d'ailleurs disponible dans plusieurs langues. Un autre ouvrage accessible tant écononiquement que scientifiquement parlant est son guide Les Mayas publié aux Belles Lettres. Pour celles et ceux qui souhaitent rentrer plus en détail, vous pouvez vous plonger dans Une histoire de la religion des Mayas, dont la traduction espagnole est consultable librement sur le site du CEMCA.



Je n'ai pas encore l'occasion de lire son dernier ouvrage sur l'autosacrifice précolombien. Baudez était également membre du comité scientifique de la revue mexicaine Arqueologia mexicana. Il y avait publié de nombreuses réflexions et études sur ces thèmes, comme ce qui a été probablement son dernier article "La conversión de los idolos" : il y explique comment certains monuments préhispaniques ont été dûment et sciemment réutilisés par le clergé évangélisateur et propose l'hypothèse selon laquelle ils ont été resculptés afin d'être eux-mêmes "baptisés". On n'oubliera pas non plus que Claude Baudez était un membre actif et historique de la Société des Américanistes dont les articles et les conférences scandaient la vie de cette institution. Vous trouverez sur cette page les publications les plus récentes sur le site Revues.org.

J'ai une pensée pour sa publication toute récente dans la revue Arqueología mexicana, 122. Il faisait partie du comité scientifique de cette revue et était un membre actif et respect de la Société des Américanistes. Directeur honoraire du CNRS, il n'en demeurait pas moins actif. Il avait été notamment été mis à contribution par Erik Le Bras dans le cadre de l'organisation de l'exposition Le cinquième soleil proposée au Musée du président Jacques Chirac, à Sarran, l'année dernière.



Cher Maître, merci pour vos enseignements et votre amour de ces peuples si éloignés de nous dans le temps et dans l'espace.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Codex de Florence disponible en haute résolution

La Bibliothèque Numérique Mondiale est une alternative intéressante à la diffusion du patrimoine littéraire universel. C'est dans ce cadre que la Bibliotèque laurentienne a autorisé la numérisation de cet ouvrage si important pour les chercheurs sur le Mexique ancien. Il est désormais possible de consulter électroniquement le texte bilingue nahuatl-castillan et les illustrations qui accompagnaient chaque livre. Bonne lecture ! Références : Bernardino de Sahagún (2012). Codex de Florence . [En ligne] Disponible sur : http://www.wdl.org/fr/item/10096/#q=Codex+de+Florence&view_type=list&search_page=1&qla=fr. [Dernier accès 02/09/2013].

Le Groupe de la Série Initiale révèle de nouveaux monuments et matériaux à Chichen Itza

30 km2 : c'est la surface estimée de Chichen Itza (Schmidt, 2005). À 1,5 km à l'ouest de la pyramide surnommée El Castillo, le groupe des Séries initiales est un havre de paix : loin du tumulte des vendeurs non-autorisés et des cohortes de touristes guidés par des personnes parfois peu regardantes, les archéologues y travaillent tranquillement. Un accord entre le gouvernement de l'état du Yucatán et l'INAH a permis de reprendre des fouilles d'envergure et d'effectuer d'importants travaux de restauration et consolidation de plusieurs bâtiments-clé : le terrain de jeu de balle, le Temple des Guerriers, l'Église sont des endroits symboliques que voient les visiteurs. Contextualisons un peu notre billet en rappelant la chronologie d'occupation de Chichen Itza ou  Uucyabnal , nom de la ville apparaissant dans les inscriptions relevées (Schmidt, González de la Mata, Pérez Ruiz, Osorio León, 2005). Yabnal/Motul, 600-830 d.n.e. est la période céramique

Les isotopes au top : vers une identification géogénétique de prisonniers de guerre mayas à Uxul

La vision romantique que certaines personnes peuvent encore avoir est belle et bien révolue: "grands astronomes, pacifistes et" sont souvent des épithètes qui reviennent dans l'imagerie populaire et les bouches des guides touristiques pour répéter ad libidum  une image d'Épinal surfaite et mal venue. Les éléments que nous résumons dans les lignes suivantes pourront paraître crues, voir cruellement contemporaines. Ne croyez pas que nous en réjouissons : elle révèle simplement que la violence peut également être ritualisée. Maintenant que notre lectorat a été averti, entrons dans le vif du sujet, si nous pouvons parler ainsi.  En 2013, l'Université de Bonn rapportait la découverte d'une cavité artificielle à Uxul, site maya situé actuellement dans l'état mexicain de Campeche. Appelé chultun, ce puits faisait partie d'un réseau de points d'eau artificiel qui récupérait les eaux de pluie. Le projet archéologique, dirigé par Nikolai Grube avait pu m