jeudi 31 décembre 2015

Les archéologues mexicains à la fête lors du Forum Archéologique de Shanghai

Trois projets archéologiques mexicains ont reçu une récompense qui vient récompenser plusieurs années de travaux, recherches, analyses et publication. Lors du dernier Forum Archéologique de Shangha organisé par le Centre Mondial de Recherche Archéologique de l'Académie de Shanghai, a été effectuée une élection à deux tours pour récompenser les 10 plus grandes découvertes archéologiques de terrain et les 11 découvertes archéologiques en recherche. Le Projet Tlalocan, Chemin vers l'inframonde, dirigé par Sergio Gómez, a été reconnu dans la première catégorie. Comptant une soixantaine de chercheurs, experts dans des domaines très distincts, le Projet Tlalocan est en train de proposer une perspective innovante.


Jorge Zavala, Sergio Gómez, Francisco Sánchez Nava, Diego Prieto.
Photo: Meliton Tapia/INAH.
C'est ce même forum qui a également reconnu le Projet Grand Temple, dirigé par Leonardo López Lujan, il y a quelques semaines, mais dans la seconde catégorie.

La Academia China de Ciencias Sociales entregará a Leonardo López Luján el Premio 2015 del Fórum Arqueológico de Shanghai por el Proyecto del Templo Mayor. Foto INAH.
Leonardo López Luján.
Photo : INAH.
Enfin, Teotihuacan a été mis à l'honneur une seconde fois au travers du Projet Teopancazco, dirigé par Linda Manzanilla, enseignante-chercheuse à l'Université Autonome du Mexique et membre du Collège National. Là encore, le projet a été nommé dans la seconde catégorie et consacre un projet de longue haleine que nous avons commenté à plusieurs reprises sur ce carnet.

linda_manzanilla
Linda Manzanilla Naim.
Photo : http://www.concienciafemenina.com/2013/05/01/mujeres-en-la-historia-de-la-arqueologia-mexicana/ .

Si on peut se réjouir de voir ces projets emblématiques hisser haut les couleurs mexicaines, c'est sans aucun doute grâce à la trajectoire de chacun de ses coordinateurs. Ce genre de titre est cependant à double tranchant. Si la mise en valeur, notamment médiatique s'en trouve renforcée, elle oblige les dirigeants de l'INAH à maintenir les efforts financiers consentis durant les dernières années. Mais il pose également la question de la politique de recherche et de diffusion au sein d'un secrétariat à la culture naissant, sans loi organique ni un budget digne de ce nom pour pouvoir atteindre les objectifs qui lui ont été assignés. 

2016 sera une année décisive et historique pour l'archéologie et la culture mexicaines et le pire est à craindre.

Partager
Enregistrer un commentaire

Notes similaires

Related Posts with Thumbnails