Accéder au contenu principal

Une tombe découverte à Zultepec-Tecoaque

Ouverte officiellement au public depuis 2012, la zone archéologique de Zultepec-Tecoaque continue d'être fouillée par une équipe dont le responsable est Enrique Martínez Vargas. Il y a quelques années, nous publions d'ailleurs un billet qui présentait des découvertes significatives sur le traitement réservé à une caravane d'Espagnols et de leurs accompagnants, autochtones et esclaves d'origine africaine.



Petit à petit, ce site révèle ses secrets. Le dernier en date a été présenté en conférence de presse par Martínez Vargas et sa collègue Ana María Jarquín Pacheco. Au moment de l'arrivée des Espagnols, Zultepec-Tecoaque était une ville qui produisait et exportait du pulque, cet alcool d'agave fermenté qu'on peut toujours goûter dans le centre de l'actuelle ville de Tlaxcala. Les nombreuses campagnes de fouilles ont en effet permis d'établir la présence de 26 citernes artificielles destinées à récupérer les eaux de pluies. Mais cette fois-ci, la donne est sensiblement différente.

La citerne 13 en cours de fouille possède une ouverture de 45 cm de diamètre pour s'élargir à 1,2 m de diamètre les restes d'un jeune homme d'enfants en bas âge gisait à une profondeur de 6,20 m. Martínez Vargas estime que la profondeur de cette citerne atteindrait un peu de plus de 7 m. Elle est situé dans une zone résidentielle.

L'organisation et le contenu de cet enterrement est pour l'heure unique à Zultepec. Selon l'examen médico-légal effectué par l'anthropologue physique Bertha Alicia Flores Hernández indique que les restes de l'individu correspondent à celui d'un jeune homme âgé entre 25 et 28 ans, présentant des "traces d'activité intense" sans pour autant montrer de pathologies sévères. L'observation de sa dentition correspond à celles d'autres individus originaires de la région. Le corps avait été déposé en position cubito-dorsale, les pieds orientés vers l'ouest et la tête vers l'est. Cependant il faut encore déterminer si il fut mort naturellement ou s'il a été sacrifié avant d'être déposé.

D'autres ossements fragmentaires (vertèbres cervicales, côtes et ceinture pelvienne) étaient associés à une pierre verdâtre cylindrique sculptée du glyphe 2 Lapin (ome tochtli en nahuatl) correspondent à ceux d'enfants dont les analyses ADN permettront d'établir une éventuelle filiation ethnique. Un trône sculpté a pour sa part été retrouvé sous le corps de l'individu. Là encore, le glyphe ome tochtli est visible sur un de ses côtés.

La zone fouillée cette année correspond à une ensemble résidentiel où quatre citernes ont été détectées. Dans la 14 avait été déposé un groupe de chiens. Dans la citerne 15, ce sont des jarres, des figurines un clou qui sont apparus. La 16 sera prochainement fouillée.

Ome tochtli est une divinité bien connue des peuples préhispaniques du Haut Plateau central. C'est justement une divinité du pulque souvent représentée pendant le Postclassique. Il fait partie des 400 lapins (centzon totochtin en nahuatl), au même titre que Pahtecatl, Tepoztecatl, Toltecatl. Per se, les totochtin faisait directement allusion à l'ébriété, comportement réservé aux anciens. Il était notablement proscrit de s'en prendre verbalement à un ivrogne de peur provoquer le ressentiment d'un des 400 lapins ().

Pour en savoir plus sur cette belle découverte, nous vous invitons à regarder ce reportage mis en ligne sur la chaîne Youtube de l'INAH ou jeter un oeil au diaporama disponible sur le site de l'INAH.




Références bibliographiques
Olivier, G. (2012). Los dioses ebrios del México antiguo. De la transgresión a la inmortalidad. Arqueología mexicana, (XIX) 114, 26-33. Mexico : Editorial Raíces.



Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…