Accéder au contenu principal

Nouvelles perspectives de recherches au Grand Temple de Tenochtitlan

Lors d'une conférence magistrale prononcée le 30 novembre dernier dans le cadre de la Table ronde de Tenochtitlan au Collège national, Leonardo López Luján est revenu sur le programme iconographique de la pyramide double et du cuauhxicalco, mis à jour par le Programme d'Archéologie Urbaine il y a quelques années. Vous pouvez voir cette conférence à partir de la 41e minute de la vidéo que nous insérons.



Watch live streaming video from colegionacional at livestream.com

Pour mieux comprendre l'ampleur de cette découverte, analysons ce bulletin publié sur le site de l'INAH. En 2013, les archéologues du Proyecto Templo Mayor découvrent la présence d'un tunnel qui traverse le cuauhxicalco découvert quelques mois auparavant par le Programme d'Archéologie Urbaine et que nous rapportions aussitôt dans ce billet du 8 octobre 2011. Il aura fallu préalablement retirer un lourd bloc d'andésite d'un peu plus de trois tonnes et dépourvu de reliefs sculptés. Ce dernier recouvrait une grande "boîte" à offrandes, elle même remplie des restes d'un mur qui avait été démantelé. Une fois déplacés ses vestiges sont apparues les offrandes 149 et 151. 

L'offrande 149 contenait le crâne, la mâchoire et les trois premières vertèbres cervicales de deux enfants, âgés de 5 à 7 ans au moment de leur décès. López Luján a précisé que même si ce n'était pas la première fois que les restes d'enfants étaient mis au jour, le fait qu'ils aient été sacrifiés et rapidement déposés est inédit au Grand Temple. Les petits corps étaient accompagnés d'os d'aigles, de couteaux de sacrifice, de braseros et d'objets en or. Des études ADN ont été entreprises et donneront bientôt leur verdict. L'offrande 151 contenait pour sa part le crâne d'une femme adulte.

Derrière le mur sud du dépôt et au moment de clore la fouille, l'archéologue Tomás Cruz a rapidement détecté la présence du couloir que mentionne López Luján. Ce dernier mesure 8,38 m de long, 0,45 m de large et 1,5 m de haut et compte deux accès fermés par des éléments de maçonnerie. Une huitième campagne de fouilles au Templo Mayor aura lieu probablement au début de l'année prochaine avec l'espoir de vérifier l'hypothèse de l'archéologue francophone : il pourrait s'agir de caches où reposeraient les cendres de plusieurs tlahtoque.

L'annonce, faite dans le cadre d'une conférence magistrale prononcée par López Luján lors de la première journée de la Table ronde de Tenochtitlan, s'est répandue comme une traînée de poudre, d'abord sur le site de La Jornada, quotidien publié par l'UNAM, puis dans La crónica de hoyProceso, El Universal. National Geographic en espagnol y est également allé de sa petite brève. Proceso fait preuve de la même mesure que le chercheur mexicain et indique en titre qu'il s'agit d'une hypothèse de travail. La prudence est également de rigueur sur le site USNews.




Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…