Accéder au contenu principal

Dans la famille dirigeants de Palenque...

... je voudrais le fils de Pakal II ! Pioche !!!!

Plus sérieusement, l'épigraphie maya a cet avantage formidable sur l'histoire des peuples du centre du Mexique qu'il dispose d'un livre d'histoire sculpté sur les pierres. C'est d'ailleurs  pour cette raison que les épigraphes comme Thompson ou Proskouriakoff pensait que les glyphes mayas n'était qu'un immense registre de noms de souverains avec leur date d'accession au trône et celle de leur décès. Aujourd'hui, grâce à Stuart ou Schele, on sait que ce type d'informations n'est que la partie cachée d'un immense iceberg.
 
Néanmoins c'est grâce aux premiers éléments d'épigraphie maya qu'on doit la compréhension d'une inscription retrouvée à Palenque par l'archéologue Arnoldo González en 1993. Le co-inventeur de la tombe de la Reina Roja avait découvert alors un puzzle que vous pouvez voir ci-dessous. Ces fragments étaient originellement disposés sur le tablero nord du Temple du Soleil de Palenque.
 
 
 Fragments de l'inscription découvert en 1993 à Palenque, Chiapas.
Photo INAH, disponible le 13/02/2011 sur : 

C'est l'épigraphiste Guillermo Bernal Romero qui a été chargé de réorganiser et de traduire cette inscription. Et ces travaux ont abouti à un résultat surprenant et ô combien précieux pour compléter la généalogie des dirigeants de Palenque mais aussi compléter les rapports conflictuels, belliqueux que Palenque entretenait avec Tonina :
"Le 9 septembre 687, les forces de Palenque sont entrées à Po' par le travail de son gouvernant K’inich Kan B’ahlam, fils aîné de K’inich Janaahb’ Pakal", c'est à dire Pakal II, le célèbre souverain palencain enterré sous la Pyramide des Inscriptions.
 
 
Plan de la zone archéologique de Palenque, Chiapas.
Disponible le 13 février 2011 sur : 

Tout irait dans le meilleur des mondes si une deuxième colonne d'inscriptions n'apportaient quelques doutes sur l'identité de ce fils aîné. En effet Bernal Romero a traduit la deuxième colonne de la manière suivante :
"par le travail de Wak[…]nal B’ahlam Ch’aaj Il Sibik Kan, fils de K’inich Janaahb’ Pakal y de Dame Tz’ak-b’u Ajaw".

Bernal explique que Dame Tz’ak-b’u Ajaw avait accouché de cinq fils de Pakal : on avait jusqu'à présent les noms de trois d'entre eux. Il s'agissait de K’inich Kan B’ahlam, né selon les inscriptions le 20 mai 635, de K’inich K’an Joy Chitam, né le 2 novembre 644 et Tiwohl Chan Mat, né le 14 mars 648. En revanche, aucune information n'avait été retrouvée sur Wak[…]nal B’ahlam Ch’aaj Il Sibik Kan. Si on ignore encore sa date de naissance, on sait désormais qu'il avait fait partie de l'expédition victorieuse contre Tonina en 687.

Toujours selon Bernal, on pourrait penser qu'il est mort avec son frère K’inich Kan B’ahlam, lui même décédé en 702, et faisant de K’inich K’an Joy Chitam l'unique héritier du trône. Mais l'épigraphe n'exclut pas une autre possibilité de lecture de cette inscription : Wak[…]nal B’ahlam Ch’aaj Il Sibik Kan pourrait désigner "une entité qui accompagnait K’inich Kan B’ahlam lors de sa campagne contre Tonina". Cette hypothèse est moins farfelue qu'elle n'en a l'air dans la mesure où, comme nous l'avons déjà mentionné à plusieurs reprises sur ce carnet, les anciens peuples mésoaméricains et leurs descendants contemporains donnent une importance particulière à la présence d'un nahual qui accompagne chaque personne.
 
Pour retrouver le bulletin, cliquez sur le titre de cette note ou directement ici.

Bibliographie complémentaire : 
Martin, S. & N. Grube (2008). Chronicle of the Maya Kings and Queens, New York : Thames & Hudson (2 éd.).
Rivero Torres, S. (2000). La guerra entre los antiguos mayas. Memoria de la Primera Mesa Redonda de Palenque. México : INAH.
Stuart, D. et Stuart G. (2008). Palenque. Eternal City of the Maya, New York : Thames & Hudson.
Tiesler, V. & A. Cucina (2004). Janaab' Pakal de Palenque. Vida y muerte de un gobernante maya. Mexico : Universidad Autonoma de Mexico ; Merida : Universidad Autonoma de Yucatan.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…