Accéder au contenu principal

L'archéoacoustique ou à la recherche du son perdu

Il est certaines recherches qui apparemment n'attirent pas nécessairement le regard des médias, comme la découverte d'un nouveau site archéologique ou d'un enterrement de dignitaires. Pourtant le travail entrepris il y a un an et demi par Francisca Zalaquett, chercheuse du Centre d'Études Mayas de l'UNAM, et Federica Sodi Miranda, archéologue du Centro INAH-Yucatan, a commencé à donner des résultats surprenants.

Leur corpus d'études, partagé entre le MNA, le Palacio Cantón à Mérida, le Fort San Miguel, à Campeche, les réserves de Chichen Itza et Calakmul, et celles de l'Universidad Autónoma de Yucatán a été analysé à 90%. Ce corpus comporte pas moins de 125 instruments pour la seule salle maya. L'INAH s'est fendue d'une longue note qui nous a servi pour la rédaction de la publication d'aujourd'hui.

Les deux spécialistes ont entrepris d'étudier les instruments de musique présents et surtout d'en jouer pour dépasser le simple cadre de l'analyse archéologique. Si riche que ce soit la taxonomie des instruments mayas (idiophones, membranophones, aérophones) faite de bois, de céramique, de carapaces de tortues, de coquillages, etc., elle ne prend sa pleine mesure qu'à travers une expérimentation dont l'objectif est d'établir des "patrons sonores ayant un signifié en rapport avec le contexte social ou certains moments importants de la vie". On jouait d'un instrument pour un rite agricole, pour un cérémonie funèbre, pour une intronisation, une demande de pluies, une chasse. Pour ce faire, certains musiciens professionnels ont été appelés à la rescousse afin de jouer les instruments les mieux conservées dans une cabine insonorisée.

Les enregistrements effectués sont ainsi répartis par combinaison, ton et échelles. L'article mentionne le cas d'une flûte triple maya du MNA qui compte pas moins de 600 combinaisons, alors que des ocarinas plus simples en compte huit ou neuf et des sifflets jusqu'à quatre ! Un second enseignement apporté par cette étude est l'identification de rangs entre demi-tons et tons qui donnent une vision plus complexe de la composition musicale chez les Mayas.

Zalaquett et Sodi ont pour objectif d’étendre leur étude aux 200 instruments de la salle Côte du Golfe et aux 40 de la salle Mexica du MNA.

Pour compléter cette note, nous vous recommander de consulter la publication suivante sur les études archéoacoustiques effectuées sur plusieurs sites mayas :

Garza, C., Médina, A., Padilla, P., Ramos A. y Zalaquett, F.
2008. "Arqueoacústica maya: la necesidad del estudio sistemático de efectos acústicos en sitios arqueológicos". Estudios de Cultura Maya, 32, p. 63-87. Mexico : Instituto de Investigaciones Estéticas-Universidad Nacional Autonóma de México. Consulté le 15/12/2011 sur http://www.iifl.unam.mx/html-docs/cult-maya/32/claragarza.pdf.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…