Accéder au contenu principal

Un scénario d'abandon de Copan

Dans les colonnes virtuelles du quotidien Diario de Yucatan a été publié une série d'articles rédigés par German Reyes. Ils font suite à une conférence de presse et une visite organisées par le secrétariat au tourisme du Honduras afin de promouvoir le site, conséquence indirecte de la fascination mondiale qu'a provoqué la fausse prophétie maya de 2012.

L'archéologue français René Viel, présent à Copan depuis 1976, a proposé un scénario pour expliquer le déclin rapide qu'a connu Copan à partir de la mort du treizième roi de Copan, Uaxaclajuun Ub’aah Kawiil ou 18 Lapin. Capturé par son rival de Quirigua, il décéda le 7 mai 738.


Classique, Copan, Honduras.
Photo HPJV, disponible le 28/07/2012 sur : 

Uaxaclajuun Ub’aah Kawiil avait donné sa grandeur à la cité avec la construction de plusieurs bâtiments qu'on peut parfois encore admirer  aujourd'hui : le terrain de jeu de balle IIIA, un grand escalier hiéroglyphique ( en 710), une série de stèles traduisent parfaitement cette apogée de l'art maya copanèque. Il convient de préciser que l'escalier hiéroglyphique actuellement visible a été reconstruit et prolongé pendant le règne de K'ak' Yipyaj Chan K'awiil en 755.


Escalier hiéroglyphique de la Structure Esmeralda,
Classique récent, Copan, Honduras.
Photo : Peter Andersen, disponible le 28/07/2012 sur : 

Viel reprend notamment plusieurs arguments présentés dans son dernier ouvrage, Copan, ciudad de reyes, publié en 2011. Selon lui, plusieurs preuves médico-légales indiqueraient que la population a été décimée par la malnutrition et les maladies. On constate notamment un fort taux de mortalité infantile pour cette période. Après la disparition de Uaxaclajuun Ub’aah Kawiil, la ville est tombée sous la coupe de Quirigua. La plupart des produits consommés à Copan étaient alors importés, laissant la ville à la merci d'une crise alimentaire. Selon Viel, ces événements auraient pu provoquer l'ire des Copanèques contre leur roi et ils ont littéralement abandonné le site du jour au lendemain, abandonnant directement leurs outils pour un endroit non déterminé.

De son côté, l'archéologue guatémaltèque Edy Barrios a résumé ses travaux dans un complexe habitationnel de la Vallée du Rio Amarillo qui coule en contrebas du site archéologique. Barrios a notamment commenté la présence d'un four et de restes céramiques qui semblerait indiquer l'existence d'un quartier de tourneurs dont les bâtiments possédaient des fondations en dur alors que les parois et les toits étaient faits de matériaux périssables.

L'archéologue et épigraphe David Stuart vous propose une série de vidéos explicatives à propos de Copan sur le site compagnon du documentaire Lost King of the Maya.

Pour en savoir plus, consultez les références suivantes:
Viel, R.  (1998).  "La  interacción  entre  Copan  y  Kaminaljuyu".  In  XI  Simposio  de  Investigaciones Arqueológicas en Guatemala, 1997 , (J.P. Laporte et H. Escobedo éds.), pp.568-573. Guatemala : Museo Nacional de Arqueología y Etnología. Document pdf disponible le 28/07/2012 sur : http://www.asociaciontikal.com/pdf/34.97_-_Rene_Viel.pdf.
Viel, R.  (1999). "El  periodo  Formativo  de  Copan,  Honduras.  In XII  Simposio  de  Investigaciones  Arqueológicas  en Guatemala, 1998 (J.P. Laporte y H. L. Escobedo éds.), pp.96-101. Guatemala : Museo Nacional de Arqueología y Etnología.  Document pdf disponible le 28/07/2012 sur : http://www.asociaciontikal.com/pdf/05.98%20-%20Viel.pdf.
Viel, R. et J. Hall (2000). "Las  relaciones  entre  Copan  y  Kaminaljuyu".  In  XIII  Simposio  de  Investigaciones  Arqueológicas  en Guatemala1999  (J.P.  Laporte,  H.  Escobedo,  B.  Arroyo  et  A.C.  de  Suasnávar éds.),  pp.107-111. Guatemala : Museo Nacional de Arqueología y Etnología. Document pdf disponible le 28/07/2012 sur : http://www.asociaciontikal.com/pdf/09.99_-_Rene_Viel.pdf.
Viel, R. et J. Hall (2002). "El paisaje natural y cultural del valle de Copan". In XV Simposio de Investigaciones Arqueológicas en Guatemala, 2001 , (J.P. Laporte, H. Escobedo et B. Arroyo éds.). Guatemala : Museo Nacional de Arqueología y Etnología): pp. 872–877. Document pdf disponible le 28/07/2012 sur : http://www.asociaciontikal.com/pdf/78.01%20-%20Viel%20-%20en%20PDF.pdf .


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…