Accéder au contenu principal

Compte-rendu Arqueología mexicana Hors-série 63

Une des manifestations culturelles les plus répandues sur le globe depuis plusieurs millénaires est certainement la bijouterie. Sur le continent américain, on dispose d'une grande diversité de formes et de matière adaptées à différents besoins et usages. Ce hors-série d'Arqueología mexicana propose au lecteur un catalogue visuel qui reprend différents éléments présentés dans les numéros 27 sur les roches et minéraux, 80 sur l'artisanat préhispanique ou encore le très récent numéro 133 sur le jade.


Ce hors-série étant un catalogue visuel non-raisonné, il est organisé de manière à introduire le lecteur à une compréhension générique des principaux objets sur lesquels les archéologues peuvent tomber au gré de leurs fouilles. 

Enrique Vela propose une rapide introduction sur la décoration du corps dans les sociétés précolombiennes. Les bijoux au même titre que les scarifications, les tatouages, les peintures corporelles ont une fonction sociale, voir rituelle évidente. Il établit également une limite au corpus proposé au lectorat : si les chroniques, codex ou même les céramiques décorées nous montrent des objets en bois, en papier, en plumes et peaux, leur nature organique n'en a laissé que peu de traces archéologiquement parlant. Il a également pris en compte deux autres critères. L'objet devait avoir été porté par un individu, excluant de fait les couteaux de sacrifice, les masques mortuaires, les aiguilles pour les vêtements, etc. Le second critère fut l'utilisation faite de ces bijoux.

Citer des passages de l'Histoire générale des choses de Nouvelle-Espagne par Bernardino de Sahagun donne également un aperçu rapide de l'importance des orfèvres et plumassiers dans la société aztèque ou des pierres précieuses qui étaient particulièrement appréciées. Plusieurs reproductions des planches des codex de Florence, Bodley, Colombino et Nutall complètent ces citations. 

Comme nous le commentions un peu plus haut, la présence des bijoux pendant les rituels, notamment d'intronisation ou de funérailles ou les fêtes  était particulièrement notable.

Tecpatzin et Icxicoatl.
In Historia Tolteca-chichimeca, fol. 21r.
Disponible le 24/03/2016 : http://sites.estvideo.net/malinal/1.hist/images/tecpatzin_icxicoatl.jpg .
Vela propose en effet un aparté intéressant sur les bijoux représentés sur des images divines. Il présente notamment quatre exemples avec des photos retravaillées pour discerner les éléments qui compose leurs attributs : la tête de Coyolxauhqui, une figure en terre cuite représentant Ehecatl-Quetzalcoatl, Xiuhtecuhtli et un chacmool aux traits de Tlaloc.

Le catalogue visuel compte onze catégories : les pendants d'oreilles, les labrets, les ornements nasaux, les anneaux, les bracelets, les ceinturons, les clochettes, les colliers et pendentifs, les pectoraux et une catégorie fourre-tout. Chaque catégorie est représenté au moyens d'objets retrouvés en contexte archéologiques mais également présenté sur des figurines ou sculptures qui indiquent leur position sur le corps.

Notons enfin un glossaire très utile pour s'y retrouver entre les termes nahuatl et castillans pour désigner les différents bijoux. On regrettera cependant une bibliographie qui pourrait orienter le lecteur intéressé par le sujet. Il faudra donc se contenter des références proposées dans les dossiers des numéros que nous mentionnions en introduction.











Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…