Accéder au contenu principal

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Pyramide du Castillo, Chichen Itza, Yucatan, Postclassique ancien.
Photo : B. Lobjois

Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotitla, au nord-est de Tlaxcala. René Chávez SeguraGerardo Cifuentes Nava et Esteban Hernández Quinteromembres de l'Institut de Géophysique, et Andrés Tejero de la Faculté d'Ingénierie à l'Université Nationale Autonome du Mexique ont participé au projet pour de nombreuses raisons. Chávez avait déjà participé à la prospection effectuée en 2015 sous le Castillo et qui avait révélé la présence d'un cenote sous ce dernier. On peut notamment voir sur les réseaux sociaux académiques qu'ils disposent d'une sérieuse expérience dans la prospection électromagnétique.

La méthode de prospection géophysique est relative simple. Dans le cas qui nous concerne, les chercheurs ont développé un outil original et unique en son genre. Ils ont disposé différents détecteurs électriques autour de la pyramide. Ils ont fait passer un courant électrique dans les détecteurs et ont mesuré une déperdition du courant au moment où se trouve un obstacle de certaines dimensions.

Voici le résultat des tomographies électriques tridimensionnelles : elles indiquent donc la présence d'une seconde structure sous le Castillo. Haute de 13 m, atteignant 18 m sur son axe est-ouest et 12 m sur son axe nord-sud, elle correspondrait au Classique récent (550-800 de notre ère. La plus petite de ces poupées russes semble avoir été construite au plus près du cenote détecté l'an dernier.



Tomographies électriques tridimensionnelles du Castillo.
Photo : INAH - UNAM.
En ligne le 20/11/2016 : http://www.inah.gob.mx/images/boletines/2016_345/demo/img/foto2.jpg.

Cette habitude de recouvrir un bâtiment par un autre n'est pas propre aux Mayas. Rappelons que la Pyramide de Teotihuacan ou le Grand Temple de Tenochtitlan comptaient plusieurs phases de construction. Elles peuvent être expliquées d'au moins deux manières. D'une part, l'arrivée au pouvoir de nouveaux groupes implique la réappropriation et la modification de cette architecture rituelle. D'autre part, certains agrandissements pouvaient être le fait d'une dégradation naturelle.

Reste un point de détail à ne pas négliger : les fouilles. Comment le Secrétariat  à la Culture va-t-il pouvoir les financer alors que des coupes budgétaires successives ont affecté les principaux projets archéologiques, au point de devoir en suspendre certains fers de lances ? 

Références bibliographiques
Argote Espino, D., Andrade, A., Cifuentes Nava, G. & López Aguilar, F. (2013). 3D electrical prospection in the archaeological site of El Pahñú, Hidalgo State, Central Mexico. Journal of Archaeological Science 40(2):1213–1223 · February 2013
DOI: 10.1016/j.jas.2012.08.034. Fac-similar en línea: https://www.researchgate.net/publication/257155076_3D_electrical_prospection_in_the_archaeological_site_of_El_Pahnu_Hidalgo_State_Central_Mexico.

Argote Espino, D., López García, P.A. & Tejero Andrade, A. (2016). 3D-ERT geophysical prospecting for the investigation of two terraces of an archaeological site northeast of Tlaxcala state, Mexico. 



INAH (16/11/2016). Hallan especialistas una segunda subestructura en la Pirámide de Kukulcán, en Chichén Itzá. Boletín INAH, en linea: https://goo.gl/clgjlr.

Ventura, A. (17/11/2016). Chichén Itzá: hallan una nueva piramide. El Universal, en linea: https://goo.gl/4bacaX.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Codex de Florence disponible en haute résolution

La Bibliothèque Numérique Mondiale est une alternative intéressante à la diffusion du patrimoine littéraire universel. C'est dans ce cadre que la Bibliotèque laurentienne a autorisé la numérisation de cet ouvrage si important pour les chercheurs sur le Mexique ancien. Il est désormais possible de consulter électroniquement le texte bilingue nahuatl-castillan et les illustrations qui accompagnaient chaque livre. Bonne lecture ! Références : Bernardino de Sahagún (2012). Codex de Florence . [En ligne] Disponible sur : http://www.wdl.org/fr/item/10096/#q=Codex+de+Florence&view_type=list&search_page=1&qla=fr. [Dernier accès 02/09/2013].

Le Groupe de la Série Initiale révèle de nouveaux monuments et matériaux à Chichen Itza

30 km2 : c'est la surface estimée de Chichen Itza (Schmidt, 2005). À 1,5 km à l'ouest de la pyramide surnommée El Castillo, le groupe des Séries initiales est un havre de paix : loin du tumulte des vendeurs non-autorisés et des cohortes de touristes guidés par des personnes parfois peu regardantes, les archéologues y travaillent tranquillement. Un accord entre le gouvernement de l'état du Yucatán et l'INAH a permis de reprendre des fouilles d'envergure et d'effectuer d'importants travaux de restauration et consolidation de plusieurs bâtiments-clé : le terrain de jeu de balle, le Temple des Guerriers, l'Église sont des endroits symboliques que voient les visiteurs. Contextualisons un peu notre billet en rappelant la chronologie d'occupation de Chichen Itza ou  Uucyabnal , nom de la ville apparaissant dans les inscriptions relevées (Schmidt, González de la Mata, Pérez Ruiz, Osorio León, 2005). Yabnal/Motul, 600-830 d.n.e. est la période céramique

Les isotopes au top : vers une identification géogénétique de prisonniers de guerre mayas à Uxul

La vision romantique que certaines personnes peuvent encore avoir est belle et bien révolue: "grands astronomes, pacifistes et" sont souvent des épithètes qui reviennent dans l'imagerie populaire et les bouches des guides touristiques pour répéter ad libidum  une image d'Épinal surfaite et mal venue. Les éléments que nous résumons dans les lignes suivantes pourront paraître crues, voir cruellement contemporaines. Ne croyez pas que nous en réjouissons : elle révèle simplement que la violence peut également être ritualisée. Maintenant que notre lectorat a été averti, entrons dans le vif du sujet, si nous pouvons parler ainsi.  En 2013, l'Université de Bonn rapportait la découverte d'une cavité artificielle à Uxul, site maya situé actuellement dans l'état mexicain de Campeche. Appelé chultun, ce puits faisait partie d'un réseau de points d'eau artificiel qui récupérait les eaux de pluie. Le projet archéologique, dirigé par Nikolai Grube avait pu m