Accéder au contenu principal

Follow the LiDAR, LiDAR...(épisode ??)

L'utilisation du LiDAR s'est passablement démocratisé depuis notre premier billet qui expliquait cette technologie d'origine militaire aux multiples applications civiles, notamment archéologie. Il en est de même pour les drones dont la résolution d'images et la rentabilité économique sont les principaux avantages. A travers trois vidéos (deux conférences en espagnol et un reportage en français), nous vous proposons un voyage entre trois sites : d'une part Tigambato et El Infiernillo (Michoacan), d'autre part Aguada Fénix (Tabasco).




Arrivé il y a quelques années à Morelia en provenance du centre INAH Durango, José Luis Punzo a pris rapidement l'initiative d'effectuer des relevés photographiques aériens au moyen du LiDAR et de drones équipés de caméra au-dessus des sites dont il a la responsabilité. Couplés à des géoradars, ) des analyses céramiques et de nouvelles datations C14, ces petits engins volants ont permis d'améliorer nos connaissances sur ce site tarasque de grande importance. Voici la conférence (confinée) qu'il a récemment donné pour le public nombreux du séminaire "L'archéologie aujourd'hui"; coordonné par Léonardo López Luján pour El Colegio Nacional.




Le deuxième cas fait état des prospections LiDAR organisées par le CEMCA et le Laboratoire Archéologie des Amériques (UMR8096 du CNRS) sur un autre site tarasque : El Infiernillo (Le Petit Enfer). Entre Paris (avec Grégory Pereira) et El Infiernillo (avec Osiris Quezada et Isaac Barrientos), on voit bien comment le LiDAR facilite et oriente le travail de reconnaissance à pied des archéologues pour les fouilles qui seront ensuite entreprises. Il est particulièrement intéressant de voir que ce reportage ait été diffusé au journal de 20 heures de TF1 le 11 juin dernier.

Troisième et dernier cas et pas le moindre : Aguada Fénix. Situé à la frontière entre l'état mexicain du Tabasco et le département de Péten au Guatamela, Aguada Fénix a fait l'objet d'une prospection aérienne intense de la part de l'équipe internationale dirigée par Takeshi Inomata (Université d'Arizona). Tout a commencé par une observation de clichés LiDAR en basse résolution que l'INEGI (équivalent mexicain de l'INSEE) a mis en libre accès sur son site. Complété par des clichés de meilleure résolution, par des reconnaissances au sol, puis par des fouilles, ce projet a révélé le plus ancien site maya connu, changeant passablement la chronologie existante jusqu'alors, notamment grâce aux datations radiocarbone. L'architecture mise en place par les habitants d'Aguada Fénix a révélé l'existence d'une plateforme aux dimensions énormes (Inomata, Triadan, Vázquez López et al., 2020), résultat d'un travail communautaire hors-norme. Cette semaine, Inomata s'est fendu d'une conférence courte et très complète pour El Colegio Nacional que nous vous proposons de visionner ici.



Bibliographie
Cruz, L. M., Landa, O. . 2013. Tingambato. Un sitio del occidente de México y una tumba real. Arqueología Mexicana, (21)123, 43-46. 

Inomata, T., Triadan, D., Vázquez López, V.A. et al. (2020). Monumental architecture at Aguada Fénix and the rise of Maya civilization. Nature 582, 530–533. https://doi.org/10.1038/s41586-020-2343-4.

Mace, M. (3 juin 2020). Largest, Oldest Maya Monument Suggests Importance of Communal Work, UANews. Consulté le 27 juin 2020 https://uanews.arizona.edu/story/largest-oldest-maya-monument-suggests-importance-communal-work

Punzo Díaz, J. L., (2016). Nueva evidencia de la ocupación de Tingambato durante el Clásico y el Epiclásico en el Occidente de México. Arqueología Iberoamericana, 30, 10-15. [PDF] recuperado de http://laiesken.net/arqueologia/archivo/2016/30/2.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Codex de Florence disponible en haute résolution

La Bibliothèque Numérique Mondiale est une alternative intéressante à la diffusion du patrimoine littéraire universel. C'est dans ce cadre que la Bibliotèque laurentienne a autorisé la numérisation de cet ouvrage si important pour les chercheurs sur le Mexique ancien. Il est désormais possible de consulter électroniquement le texte bilingue nahuatl-castillan et les illustrations qui accompagnaient chaque livre. Bonne lecture ! Références : Bernardino de Sahagún (2012). Codex de Florence . [En ligne] Disponible sur : http://www.wdl.org/fr/item/10096/#q=Codex+de+Florence&view_type=list&search_page=1&qla=fr. [Dernier accès 02/09/2013].

Huey tlamatini Miguel León-Portilla

In cuicapicqui Ninonpehua, nihuelncuica ompa ye huitz Tollanitic,  nihuelicuica, otozcuepo, motoma xochitl Huel xiccaqui ye mocuic: cuicaichtequini ¿quen ticcuiz, noyol? Timotolinia yuhquin tlacuilolli huel titlani, huel xontlapalaqui at ahihuetzian timotolinia (León-Portilla, 2012, 148-159) On n'espérait pas entendre cette annonce dans les journaux télévisés mexicains, sur les réseaux sociaux, les pages de centres de recherches. Voilà plusieurs mois que Miguel León-Portilla était hospitalisé pour des soucis bronchopulmonaires et semblait se récupérer lentement, comme l'indiquait son épouse Ascención Hernández en mai dernier au quotidien Milenio . Finalement, le chercheur mexicain probablement le plus récompensé jusqu'à présent n'a pas résisté plus longtemps. Lire son CV sur le site de l'Instituto de Investigaciones Históricas vous permettra de vous faire une idée de son importance pour les sciences mexicaines. Réduir

Arqueologia Mexicana n°99

Avec le titre "De la crónica a la arqueología: visión de cinco ciudades prehispánicas", l'editorial propose une levée bimestrielle un peu moins rutilante que son précédent numéro sur Moctezuma. En même temps, il est difficile de faire plus fort que celui qui reste une figure importante de l'identité mexicaine. Faisons donc un rapide tour du propriétaire. Après les quelques brêves rappelant les fouilles à Chichen Itza, la restauration de la petite pyramide ronde du métro Pino Suarez ou la sortie du catalogue de l'exposition Moctezuma. Azteca Ruler, co-édité par Leonardo Lopez Lujan et Colin Mc Ewan, on peut lire l'hommage rendu par Eduardo Matos Moctezuma au Dr Miguel Leon-Portilla pour les 50 ans de la publication Visión de los Vencidos: relaciones indigenas de la Conquista . Suit une présentation du Codex Ixtlilxóchitl par Manuel Hermann Lejarazu. Le titre de ce document fait référence à son illustre propriétaire, Fernando de Alva Ixtlilxochitl (1578