Accéder au contenu principal

Une pluie de prix pour Eduardo Matos Moctezuma

En moins d'un mois, l'archéologue mexicain Eduardo Matos Moctezuma, fondateur du Projet Templo Mayor et du Programme d'Archéologie Urbaine, a été nommé membre honoraire à l'Académie Américaine des Sciences et a reçu le Prix Princesse des Asturies 2022. Dans l'acte publiée sur son site internet, la Fondation Princesse des Asturies dit "reconnaître ses contributions exceptionnelles à la connaissance des sociétées et cultures préhispaniques [et] l'extraordinaire rigueur intellectuelle du lauréat pour reconstruire les civilisations du Mexique et de la Mésoamérique, et pour s'assurer que ledit patrimoine est incorporé objectivement et exempt de tout mythe. Ses travaux à Tula, Teotihuacán et, surtout, au Templo Mayor de Tenochtitlan constituent, du fait de l'intensité et de la continuité des recherches de terrain, des pages exemplaires du développement scientifique de l'archéologie et du dialogue fructueux avec le passé, entre les différentes cultures et entre les sciences sociales et humaines. En raison de son intelligence scientifique, de sa capacité de diffusion et de son engagement social, Eduardo Matos Moctezuma et son travail servent d'inspiration pour les prochaines générations de spécialistes des sciences sociales et de citoyens."


Il y a quelques semaines à peine, c'est l'Académie Américaine des Arts et Sciences, sise à Cambridge, Massachussets, qui annonçait que Matos Moctezuma, son disciple et successeur à la tête du Projet Templo Mayor, Leonardo López Luján, et l'archéologue guatémaltèque Barbara Arroyo, étaient nommés membres honoraires de ladite institution, succédant ainsi à Darwin ou Stephen Hawking.

Enfin il y a quelques jours, le Centre d'Études d'Histoire du Mexique, organe scientifique de la Fondation Carlos Slim, a annoncé la tenue prochaine du discours d'entrée de son nouveau membre, Eduardo Matos Moctezuma.

Alors qu'une crise budgétaire sans précédent frappe l'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire, le fait que différentes institutions étrangères de prestige reconnaissent la trajectoire du membre de El Colegio Nacional, qui reçut en son temps les Palmes Académiques françaises, est une manière de célébrer le sérieux de l'archéologie mexicaine et la recherche à propos des biens culturels et historiques du pays nord-américain.

C'est aussi une manière de faire pression sur les autorités mexicaines et notamment la secrétaire à la Culture et le directeur de l' @INAHmx pour redonner des moyens dignes d'étudier et de préserver les biens culturels mexicains. De fait, comme lors du décès d'Alfredo López Austin il y a quelques mois, le président mexicain Andrés Manuel López Obrador a gardé le silence lors de sa conférence de presse quotidienne, montrant ainsi son désintérêt et son dédain pour ceux qui rejettent une lecture idéologisée de l'histoire et de l'archéologie, comme l'ont revendiqué les deux scientifiques octogénaires.  

Sources:

American Academy of Arts and Sciences. (28 avril 2022). American Academy of Arts & Sciences Announces New Members Elected in 2022. American Academy of Arts and Scienceshttps://www.amacad.org/news/2022-member-announcement 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Codex de Florence disponible en haute résolution

La Bibliothèque Numérique Mondiale est une alternative intéressante à la diffusion du patrimoine littéraire universel. C'est dans ce cadre que la Bibliotèque laurentienne a autorisé la numérisation de cet ouvrage si important pour les chercheurs sur le Mexique ancien. Il est désormais possible de consulter électroniquement le texte bilingue nahuatl-castillan et les illustrations qui accompagnaient chaque livre. Bonne lecture ! Références : Bernardino de Sahagún (2012). Codex de Florence . [En ligne] Disponible sur : http://www.wdl.org/fr/item/10096/#q=Codex+de+Florence&view_type=list&search_page=1&qla=fr. [Dernier accès 02/09/2013].

Huey tlamatini Miguel León-Portilla

In cuicapicqui Ninonpehua, nihuelncuica ompa ye huitz Tollanitic,  nihuelicuica, otozcuepo, motoma xochitl Huel xiccaqui ye mocuic: cuicaichtequini ¿quen ticcuiz, noyol? Timotolinia yuhquin tlacuilolli huel titlani, huel xontlapalaqui at ahihuetzian timotolinia (León-Portilla, 2012, 148-159) On n'espérait pas entendre cette annonce dans les journaux télévisés mexicains, sur les réseaux sociaux, les pages de centres de recherches. Voilà plusieurs mois que Miguel León-Portilla était hospitalisé pour des soucis bronchopulmonaires et semblait se récupérer lentement, comme l'indiquait son épouse Ascención Hernández en mai dernier au quotidien Milenio . Finalement, le chercheur mexicain probablement le plus récompensé jusqu'à présent n'a pas résisté plus longtemps. Lire son CV sur le site de l'Instituto de Investigaciones Históricas vous permettra de vous faire une idée de son importance pour les sciences mexicaines. Réduir

Arqueologia Mexicana n°99

Avec le titre "De la crónica a la arqueología: visión de cinco ciudades prehispánicas", l'editorial propose une levée bimestrielle un peu moins rutilante que son précédent numéro sur Moctezuma. En même temps, il est difficile de faire plus fort que celui qui reste une figure importante de l'identité mexicaine. Faisons donc un rapide tour du propriétaire. Après les quelques brêves rappelant les fouilles à Chichen Itza, la restauration de la petite pyramide ronde du métro Pino Suarez ou la sortie du catalogue de l'exposition Moctezuma. Azteca Ruler, co-édité par Leonardo Lopez Lujan et Colin Mc Ewan, on peut lire l'hommage rendu par Eduardo Matos Moctezuma au Dr Miguel Leon-Portilla pour les 50 ans de la publication Visión de los Vencidos: relaciones indigenas de la Conquista . Suit une présentation du Codex Ixtlilxóchitl par Manuel Hermann Lejarazu. Le titre de ce document fait référence à son illustre propriétaire, Fernando de Alva Ixtlilxochitl (1578