Accéder au contenu principal

Un nouveau toit pour l'Édifice des Aigles

Il y a un peu plus d'un an, un fort orage de grêle frappait le centre de Mexico. Le poids des grêlons amoncelés fit céder le toit métallique qui recouvrait l'édifice des Aigles, bâtiment emblématique de la Zone archéologique du Templo Mayor. Fouillé et étudié par Leonardo López Luján au début des années 1990, cet édifice avait rapidement placé sous la protection d'un toit métallique afin de protéger ses banquettes sculptées et peintes des intempéries et des pluies acides. La chute de l'an dernier a mis en évidence la vétusté et le manque de moyens que les archéologues et responsables de zone archéologiques ont à leur disposition pour protéger les biens culturels mexicains. 

Photo: Mauricio Marat. INAH.

Depuis les travaux avancent tranquillement. Différents architectes, conservateurs, archéologues et autres spécialistes ont intégré un conseil qui surveille et propose un soutien aux ingénieurs chargés de la construction du nouveau toit. Pour éviter un nouveau coup du sort, les toits qui recouvrent la phase II du temple double et le petit temple rouge de style teotihuacain seront prochainement remplacés.

Quand bien même l'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire dispose de contrats d'assurance pour payer ce nouveau toit, le problème du budget qui lui est alloué par le Secrétariat des finances et le Secrétariat de la culture reste fondamental. Malheureusement, l'histoire bégaie : il y a quelques jours, un autre toit métallique a cédé à son tout sous la furie de la grêle. Cette fois-ci, c'est Tlatelolco, la sœur de Tenochtitlan qui a été touchée.

Zone archéologique de Tlatelolco. Photo : INAH

Bibliographie
López Luján, L. (2006). La casa de las águilas: un ejemplo de la arquitectura religiosa de Tenochtitlan. Fondo de Cultura Económica.
INAH. (28 avril 2022). Avanza la colocación de la nueva cubierta de la Casa de las Águilas, en la Zona Arqueológica del Templo Mayor. Instituto Nacional de Antropología e Historia. [URL] https://inah.gob.mx/boletines/11102-avanza-la-colocacion-de-la-nueva-cubierta-de-la-casa-de-las-aguilas-en-la-zona-arqueologica-del-templo-mayor
INAH. (29 avril 2022). Dictamina el INAH las afectaciones a techumbre temporal en Tlatelolco. Instituto Nacional de Antropología e Historia. https://inah.gob.mx/boletines/11109-dictamina-el-inah-las-afectaciones-a-techumbre-temporal-en-tlatelolco

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Codex de Florence disponible en haute résolution

La Bibliothèque Numérique Mondiale est une alternative intéressante à la diffusion du patrimoine littéraire universel. C'est dans ce cadre que la Bibliotèque laurentienne a autorisé la numérisation de cet ouvrage si important pour les chercheurs sur le Mexique ancien. Il est désormais possible de consulter électroniquement le texte bilingue nahuatl-castillan et les illustrations qui accompagnaient chaque livre. Bonne lecture ! Références : Bernardino de Sahagún (2012). Codex de Florence . [En ligne] Disponible sur : http://www.wdl.org/fr/item/10096/#q=Codex+de+Florence&view_type=list&search_page=1&qla=fr. [Dernier accès 02/09/2013].

Huey tlamatini Miguel León-Portilla

In cuicapicqui Ninonpehua, nihuelncuica ompa ye huitz Tollanitic,  nihuelicuica, otozcuepo, motoma xochitl Huel xiccaqui ye mocuic: cuicaichtequini ¿quen ticcuiz, noyol? Timotolinia yuhquin tlacuilolli huel titlani, huel xontlapalaqui at ahihuetzian timotolinia (León-Portilla, 2012, 148-159) On n'espérait pas entendre cette annonce dans les journaux télévisés mexicains, sur les réseaux sociaux, les pages de centres de recherches. Voilà plusieurs mois que Miguel León-Portilla était hospitalisé pour des soucis bronchopulmonaires et semblait se récupérer lentement, comme l'indiquait son épouse Ascención Hernández en mai dernier au quotidien Milenio . Finalement, le chercheur mexicain probablement le plus récompensé jusqu'à présent n'a pas résisté plus longtemps. Lire son CV sur le site de l'Instituto de Investigaciones Históricas vous permettra de vous faire une idée de son importance pour les sciences mexicaines. Réduir

Arqueologia Mexicana n°99

Avec le titre "De la crónica a la arqueología: visión de cinco ciudades prehispánicas", l'editorial propose une levée bimestrielle un peu moins rutilante que son précédent numéro sur Moctezuma. En même temps, il est difficile de faire plus fort que celui qui reste une figure importante de l'identité mexicaine. Faisons donc un rapide tour du propriétaire. Après les quelques brêves rappelant les fouilles à Chichen Itza, la restauration de la petite pyramide ronde du métro Pino Suarez ou la sortie du catalogue de l'exposition Moctezuma. Azteca Ruler, co-édité par Leonardo Lopez Lujan et Colin Mc Ewan, on peut lire l'hommage rendu par Eduardo Matos Moctezuma au Dr Miguel Leon-Portilla pour les 50 ans de la publication Visión de los Vencidos: relaciones indigenas de la Conquista . Suit une présentation du Codex Ixtlilxóchitl par Manuel Hermann Lejarazu. Le titre de ce document fait référence à son illustre propriétaire, Fernando de Alva Ixtlilxochitl (1578