Accéder au contenu principal

L’Evangile selon Pilate, d'Eric-Emmanuel Schmitt

Une autre chronique littéraire sur un bouquin fascinant, par un auteur qui traduit merveilleusement l'humanité dont nous sommes tous constitués. Publié en avril 2005.

A l’heure où le monde entier se passionne pour Dan Brown et son Da Vinci Code, il me paraissait intéressant d’évoquer une autre enquête policière, sérieusement documentée et livrant une vision des origines du christianisme. Pas besoin d’être spécialement croyant pour lire mon coup de cœur littéraire du mois.

L’Evangile selon Pilate dérange à plus d’un titre. Les évangiles sont les récits de la vie et de la passion ultime de Jésus. La tradition chrétienne en admet quatre : ceux des apôtres Luc, Matthieu, Marc, Jean. Ils sont sensés dispenser la Bonne Nouvelle, l'arrivée du Royaume de Jésus, le royaume du cœur. Pourquoi alors en attribuer un à celui qui l’a condamné sous la pression des rabbins de Jérusalem ?

Le roman d’Eric-Emmanuel Schmitt prend le contrepied des textes officiels. Le langage est simple, courant parfois familier. Son écriture fluide nous permet d’avancer rapidement dans le récit. Il nous livre dans un premier temps une longue introspection de Jésus alors qu’il attend patiemment la garde romaine venue l’arrêter après la trahison de Judas. Cette trahison elle-même est en contresens complet avec l’image que l’on se fait de Judas. A vous de découvrir comment...

On y décèle un Jésus qui doute perpétuellement de sa messianité, de son ascendance divine, des miracles qu’il accomplit. Bref un homme on ne peut plus simple et manquant de confiance en soi. Là encore, Schmitt s’amuse à casser les conventions et les images d’Epinal.

Pilate, préfet romain de Judée, prend alors la suite du récit. Il évoque, dans une correspondance épistolaire avec son frère, la mystérieuse disparition du corps du Christ et la longue enquête qui l’oblige à agir rapidement pour éviter une crise politique et religieuse. Comme Jésus, il cherche à expliquer ce qui doit demeurer irrationnel. Mais plus que le fonctionnaire romain, c’est l’homme qu’on voit, le mari aimant, le futur père…

Voici un petit extrait situé juste avant l’arrestation de Jésus :
« Allons, je tiendrai bon, je tiendrai ferme. Aucun cri ne m’échappera. Que suis-je donc lent à croire ! Comme la nature est forte contre la grâce ! Allons, remettons-nous. Ce que je crains n’est rien en regard de ce que j’espère.
Mais voici la cohorte qui apparaît à travers les arbres. Yehoûdah porte une lanterne et mène les soldats. Il s’approche. Il me désigne.
J’ai peur.
Je doute.
Je voudrais me sauver.
Mon Père, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

Le livre de Schmitt peut paraître iconoclaste : il n’en est rien. Il ne fait que présenter sous un jour humain deux personnages qui se sont rencontrés fortuitement pour que leur destin respectif puisse s’accomplir. Schmitt est un touche à tout, il a écrit de nombreuses pièces de théâtre. Certains de ses romans ont été portés au grand écran. Dans la lignée de l’Evangile selon Pilate, il convient de lire La part de l’autre qui évoque le destin de Hitler s’il avait été admis à l’école des Beaux-Arts de Vienne… Schmitt n’est pas sulfureux, il est juste humain, trop humain…

http://www.eric-emmanuel-schmitt.com
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…