Accéder au contenu principal

L’Evangile selon Pilate, d'Eric-Emmanuel Schmitt

Une autre chronique littéraire sur un bouquin fascinant, par un auteur qui traduit merveilleusement l'humanité dont nous sommes tous constitués. Publié en avril 2005.

A l’heure où le monde entier se passionne pour Dan Brown et son Da Vinci Code, il me paraissait intéressant d’évoquer une autre enquête policière, sérieusement documentée et livrant une vision des origines du christianisme. Pas besoin d’être spécialement croyant pour lire mon coup de cœur littéraire du mois.

L’Evangile selon Pilate dérange à plus d’un titre. Les évangiles sont les récits de la vie et de la passion ultime de Jésus. La tradition chrétienne en admet quatre : ceux des apôtres Luc, Matthieu, Marc, Jean. Ils sont sensés dispenser la Bonne Nouvelle, l'arrivée du Royaume de Jésus, le royaume du cœur. Pourquoi alors en attribuer un à celui qui l’a condamné sous la pression des rabbins de Jérusalem ?

Le roman d’Eric-Emmanuel Schmitt prend le contrepied des textes officiels. Le langage est simple, courant parfois familier. Son écriture fluide nous permet d’avancer rapidement dans le récit. Il nous livre dans un premier temps une longue introspection de Jésus alors qu’il attend patiemment la garde romaine venue l’arrêter après la trahison de Judas. Cette trahison elle-même est en contresens complet avec l’image que l’on se fait de Judas. A vous de découvrir comment...

On y décèle un Jésus qui doute perpétuellement de sa messianité, de son ascendance divine, des miracles qu’il accomplit. Bref un homme on ne peut plus simple et manquant de confiance en soi. Là encore, Schmitt s’amuse à casser les conventions et les images d’Epinal.

Pilate, préfet romain de Judée, prend alors la suite du récit. Il évoque, dans une correspondance épistolaire avec son frère, la mystérieuse disparition du corps du Christ et la longue enquête qui l’oblige à agir rapidement pour éviter une crise politique et religieuse. Comme Jésus, il cherche à expliquer ce qui doit demeurer irrationnel. Mais plus que le fonctionnaire romain, c’est l’homme qu’on voit, le mari aimant, le futur père…

Voici un petit extrait situé juste avant l’arrestation de Jésus :
« Allons, je tiendrai bon, je tiendrai ferme. Aucun cri ne m’échappera. Que suis-je donc lent à croire ! Comme la nature est forte contre la grâce ! Allons, remettons-nous. Ce que je crains n’est rien en regard de ce que j’espère.
Mais voici la cohorte qui apparaît à travers les arbres. Yehoûdah porte une lanterne et mène les soldats. Il s’approche. Il me désigne.
J’ai peur.
Je doute.
Je voudrais me sauver.
Mon Père, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

Le livre de Schmitt peut paraître iconoclaste : il n’en est rien. Il ne fait que présenter sous un jour humain deux personnages qui se sont rencontrés fortuitement pour que leur destin respectif puisse s’accomplir. Schmitt est un touche à tout, il a écrit de nombreuses pièces de théâtre. Certains de ses romans ont été portés au grand écran. Dans la lignée de l’Evangile selon Pilate, il convient de lire La part de l’autre qui évoque le destin de Hitler s’il avait été admis à l’école des Beaux-Arts de Vienne… Schmitt n’est pas sulfureux, il est juste humain, trop humain…

http://www.eric-emmanuel-schmitt.com
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…