Accéder au contenu principal

Ma première (surprise)- partie avec Pauline Croze

Une petite chronique de concert publiée en mars 2005 dans la même Gazette. Que de nostalgie et de joie en repensant à la petite Pauline qui faisait face à un public un peu hostile...

3 février 2005. Beauvais, accessoirement préfecture de l’Oise, est sous la grisaille et le froid crachin d’hiver picard. Accompagné de quelques forumeuses et forumeurs, nous faisons la queue depuis deux ou trois heures pour passer les grilles de l’Elispace. On nous distribue les traditionnels flyers des concerts à venir et des autocollants représentant la pochette du premier album de Pauline Croze. Elle s’est déjà produite la veille à Rouen.

Les premières parties, Pauline y est habituée : elle a déjà chanté un peu partout en France et à l’étranger avant des artistes comme Miossec, Tryo, Bernard Lavilliers, Lhasa ou -M-. Pauline a 25 ans et sa carrière s’est construite patiemment. Rédigeant ses premières compositions il y a 6 ans, des rencontres décisives en 2003 lui ont permis de passer dans des festivals comme les Transmusicales de Rennes et de gagner en avril 2004 le prix de la SACEM. Ce prix lui permet dans les deux mois suivants de trouver un label et d’enregistrer son premier disque sorti le 14 février dernier (hasard de la Saint Valentin ?!) dont je vais vous parler un peu plus bas.

Une fois les pistes du Labo -M- achevées, Matthieu, en phase de métamorphose, monte sur scène et nous présente Pauline dans des termes très virils. En effet se lancer seule avec sa guitare et sa voix, c’est très « couillu ». Une jeune femme sans fard, toute vêtue de noire s’avance aux côtés de Mathieu, la gratte électrique à la main. Dans son bonjour au public, on sent une tension et une certaine fragilité.

Mais Pauline Croze a l’habitude et se met rapidement dans le bain. Elle nous fait découvrir cinq titres de son album. Les éclairages se fondent à la sensualité et au léger voile de la voix. Son regard laisse passer ses sentiments autant que sa voix. Les textes sont sans fioriture et souvent forts de colère, de désespoir mais aussi de tendresse et de douceur. Certains morceaux rappellent les rythmes blufunk de Keziah Jones, d’autres évoquent un jeu plus « reggae », d’autres sont plus folks.
Vient le dernier morceau que Pauline dédie à Matthieu : T’es beau. Ce dernier est prenant. C’est si rare de voir des textes qui décrivent un homme autrement que comme un salaud. J’ai une petite pensée pour Homme sweet homme de Zazie. En tout cas, je suis définitivement conquis.

Pauline nous quitte sous des applaudissements nourris. J’ai le cœur touché et léger après l’avoir écoutée. Je n’ai qu’une seule hâte suite au concert : acheter son album et m’acheter une place pour l’une de ses trois dates au Zèbre, dans le quartier Belleville, à Paris en mars. Matthieu nous a fait un beau cadeau en proposant une artiste fraîche mais certainement pas naïve, forte et fragile, douce et volontaire.

18 février 2005. Ma maison au fin fond de la forêt. Je déballe le paquet que m’a laissé le facteur. J’y trouve le premier album de Pauline Croze que j’attendais avec impatience. J’arrache doucement le cellophane en regardant attentivement la pochette où Pauline regarde vers moi. Le CD tourne au fond du tiroir de mon lecteur.

La première des douze pistes fait écho à la photo de la pochette : Pauline s’est Mise à nu. Le texte de Michaël Furnon (Mickey 3D) sonne et claque sur une gratte électro-acoustique. L’ambiance reste résolument minimaliste, intimiste. La voix chaude et légèrement voilée de Pauline laisse libre à ses sentiments les plus profonds, les plus personnels.
Suivent deux titres où la jeune femme originaire de Montreuil joue sur une certaine sensualité : Dans la chaleur des nuits de pleine lune et M’en voulez-vous ?. Colère, regrets, doutes, s'enchaînent dans Je suis floue, Quand je suis ivre ou Femme fossile. La déclaration d’amour qu’est T’es beau m’a fait autant fondre que sa version concert à Beauvais : un homme aussi a besoin de se sentir aimé. La douleur de la rupture ressort sèchement dans Je ferai sans et plus doucement dans Larmes. Tita sonne une incursion dans des rythmes latins qu’affectionne Pauline Croze. Mal assis résume à lui seul la complexité des sentiments égrainés tout au long de l’album.

Pour ce qui est de la musique en tant que telle, Pauline Croze possède un jeu rappelant parfois certains blues ou certains rythmes africains ou latino-américains. Son univers musical est aussi dépouillé que sur scène. Mais il permet à sa voix de donner plus de forces aux paroles que Pauline nous chante. En effet dépouillement ne veut pas dire simplicité.

Vous l’aurez compris : Pauline m’a envoûté et charmé autant sur scène que sur CD. Elle possède un véritable charisme et une sensibilité réellement touchants. Vivement les prochains concerts au Zèbre, à Paris. Histoire de continuer à se laisser bercer et émouvoir par Mademoiselle Croze…


Pour vous informer d’avantage sur Pauline Croze, visitez son site :
http://www.paulinecroze.com

Elle a réalisé la programmation musicale de l'émission Musicalement vôtre sur la station AligreFM, le 19 février dernier:

http://aligrefm.free.fr/Player/Playermusical2.htm

L'album de Pauline Croze est disponible chez tous les bons disquaires. Elle est en tournée permanente dans toute la France. Vérifiez sur Internet les dates directement sur :
http://www.infoconcert.com
3 commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…