Accéder au contenu principal

L'une funéraire 26 de Comalcalco ou comment faire du neuf avec du vieux.

Il y a onze ans, une équipe d'archéologues découvraient une urne funéraire enroulée dans un linge rouge à Comalcalco, zone archéologique située dans l'état de Tabasco. 



Appelée Urne funéraire n°26, elle reposait dans la façade du Temple II de ce site (Armijo Torres et alii, 2006 : ill.1 ; Navarrete, 1967) tête-bêche, sur les restes d'un adulte de sexe masculin. Le squelette, incomplet et désarticulé était accompagné d'une offrande comportant quatre-vingt-dix morceaux de coquillage, dont trente-quatre avec des cartouches de quatre à six glyphes. Trente aiguillons de raie mantas faisaient partie du mobilier funéraire dont vingt-cinq ont des cartouches de six à vingt-deux glyphes.


Vue générale de la Zone archéologique de Comalcalco, Tabasco.
Photo de Miguel Marn, disponible le 30 décembre 2009 sur :

Les archéologues ont récupéré aussi des morceaux de pyrite, sept pendentifs en serpentine, en jadéite et en nacre, soixante-douze perles, cinquante-deux dents de requins perforées, une excentrique en silex, deux noyaux en obsidienne noire, neuf lames en obsidienne grise, sept poinçons réalisés à partir de queues de raies. L'intégralité de l'offrande était recouverte de cinabre rouge, ce minéral rouge toxique lorsqu'il est ingéré, notamment par voie aérienne (Armijo Torres, 2008).

Pour Armijo Torres, directeur du Proyecto Arqueologico Comalcalco, les glyphes ont une forte connotation religieuse et révèle le nom de la personne enterrée sous l'urne. Il s'agirait d'un certain Aj Pakal Than, "Seigneur du feu". Les rituels d'auto-sacrifices annuels qu'il a effectués durant quatorze ans sont ainsi répertoriés à partir de la date en Compte long 9.17.0.0.7, 7 Manik, 0 Pop qui correspond au 31 janvier 771 après Jésus Christ.


Lecture des glyphes.
Epine sacrificielle retrouvée dans l'urne funéraire de Comalcalco, Tabasco.
Aiguillon de raie manta sculpté. Classique.
Dimensions : 25 x 13 mm ; 2 mm d'épaisseur.
Photo retrouvée le 30 décembre 2009 sur http://www.arqueomex.com/images/FOTOSNUM91/pieza91.jpg 

Ce cliché montre que l'information a été déjà présentée rapidement sur le site internet de la revue Arqueología Mexicana.

L'INAH a récemment publié le début du déchiffrement des 260 glyphes présents dans cette offrande, en le présentant comme le texte maya le plus long. Immédiatement la machine médiatique de Discovery Channel a suivi, présentant cette information comme une découverte très récente. L'information a été reprise en espagnol sur le site du journal El Heraldo de Tabasco et d'autres médias sur internet, notammant la liste Aztlan. Pourtant, comme on peut le constater dans les références, cette "découverte" n'en est pas vraiment une dans la mesure où Ricardo Armijo avait déjà publié des avancées significatives sur le contenu de cette urne.

Sur la liste Aztlan, une petite polémique apparaît. L'épigraphiste Elaine Schele remet en outre en cause la crédibilité et les incohérences de l'article de Discovery Channel, mais également de la thèse d'Armijo Torres en ce qui concerne une association entre ajaw, "roi" en maya, et la fonction de prêtre qui normalement était distincte de l'ajaw. Sa collègue Karen Bassie traduit ajaw comme "vassal", ce qui changerait complètement la signification de l'urne.
Références bibliographiques :Armijo Torres, Ricardo

1999. "Nuevo hallazgo en Comalcalco". In Arqueología Mexicana, VII, num. 37, Editorial Raíces-INAH, México, p. 71-72.

2008. "Espina con inscripción de Comalcalco, Tabasco". In Arqueología Mexicana, vol. XVI, num. 91, p. 16-17. Version numérique disponible le 30/12/2009 sur http://www.arqueomex.com/S2N3nPIEZA91.html .

Armijo Torres, Ricardo y Socorro Jiménez Álvarez
2006. "Ofrendas y ceremonias a la fertilidad durante el Clásico en Comalcalco, Tabasco". En XIX Simposio de Investigaciones Arqueológicas en Guatemala, 2005, J.P. Laporte, B. Arroyo y H. Mejía (éds.), Museo Nacional de Arqueología y Etnología, Guatemala, pp.450-454. (version digital; fichier pdf).

Armijo Torres, Ricardo, Miriam J. Gallegos y Marc U. Zender
2000a. "La urna funeraria de Aj Pakal Than, un sacerdote del siglo VIII en Comalcalco, Tabasco, México". In Temas Antropológicos 22 (2), FCA-Universidad Autónoma de Yucatán, México, p. 242-253.

2000b. "Urnas funerarias, textos históricos y ofrendas en Comalcalco". In Los Investigadores de la Cultura Maya, 8 (2). Universidad Autónoma de Campeche, México, p.312-323.

2001. "Vida y obra de Ah Pakal Than, un sacerdote del siglo VII en Comalcalco, Tabasco, México". In Los Investigadores de la Cultura Maya, 9 (2), Universidad Autónoma de Campeche, México, p. 118-123.

Navarrete, Carlos.
1967. "Los ladrillos grabados en Comalcalco, Tabasco". In Boletín del INAH 27, México.  
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…