Accéder au contenu principal

Virée comme une malpropre...

C'est tout au moins de cette manière que le directeur de l'INAH, Alfonso De Maria y Campos s'est débarassée de Gloria Artís, en dépit de lettres de soutien de nombreux collègues mexicains et d'institutions  étrangères qui ont insisté sur son aide précieuse pour la réalisation de projets archéologiques conjoints.

Je ne veux pas faire de politique mais il est vrai que les motifs de la destitution de Mme Artis de la Coordination National d'Archéologie peuvent paraitre fallacieux, si les paroles rapportées par le journaliste de la Jornada sont correctes. M. De Maria y Campos aurait expliqué sa décision par la "rénovation et le changement générationnel", "l'importance d'une structure efficace et articulée" ou encore par "la lutte contre les chèferies". Il va sans dire que l'argument du jeunisme est peu élégant ou celui de la lutte des chefs est aussi pleutre que son auteur.

Après l'affaire du "son et lumière" de Teotihuacan, au début de l'année, M. De Maria y Campos a encore perdu une occasion de se taire et montre, si besoin est, sa volonté (ou celle du Président Calderon) de mettre l'Institut à sa botte, sans tenir compte du travail colossal que la majeure partie des archéologues, anthropologues ou autres restaurateurs réalisent dans des conditions souvent délicates. Il aurait été plus approprié que M. De Maria y Campos s'occupât de demander une enveloppe budgétaire plus important pour permettre la restauration et l'entretien des zones archéologiques ouvertes au publi. Au lieu de cela, il effectue un travail de nettoyage dans lequel il pourrait s'inclure.

Je ne m'étendrai pas plus sur le sujet. Je vous recommande la lecture de cet article, disponible en cliquant sur le titre de cette note. On notera encore le manque de transparence de l'INAH qui n'a publié aucune déclaration sur ce sujet sur sa page internet. D'ailleurs toutes les pages contenant des informations et des photos de Gloria Artis sur la page du CNCA ou de l'INAH ont été soigneusement effacées.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…