Accéder au contenu principal

Ouverture du site de Chiapa de Corzo, Chiapas

L'INAH a officiellement annoncé l'inauguration du site zoque de Chiapa de Corzo sur son site internet, Situé dans la banlieue de la capitale de l'état du Chiapas, Tuxtla Gutierrez, Chiapa de Corzo a bénéficié de trois millions de pesos de subventions de la part du gouvernement fédéral pour son conditionnement et proposer une nouvelle alternative touristique au Chiapas.

Lors de l'inauguration, le directeur de l'INAH en a profité pour remercier le don d'un terrain de 6500 m2 par Nestlé qui aurait permis la consolidation de la zone archéologique.



Comme vous pouvez le voir sur cette carte, Chiapa de Corzo est situé près de la rivière Grijalva. Les premières traces d'occupation remontent à 3500 ans, soit au Préformatif ancien. Les structures actuellement visibles sont datées du Préclassique Moyen, entre 700 et 400 avant notre ère. Des connexions avec les Olmèques et ensuite les Mayas sont prouvées par les céramiques (quelques 60000 fragments) retrouvées lors de fouilles.

Les Zoques n'ont pas pour autant disparu. On trouve des traces de leur culture dans tout l'état du Chiapas. Ce peuple fut même soumis par les Mexicas à la fin du 15e siècle, puis conquis par les Espagnols en 1524. On a supposé qu'ils descendaient des Olmèques partis pour le Chiapas. Selon le site mundochiapas, ils représenteraient encore 9,1 % de la population indigène au Chiapas. Leur langue actuelle était estimée en 1990 à 34000 locuteurs et comportait cinq variantes dialectales. Mais curieusement un article indique qu'il ne resterait plus que deux locuteurs, en froid ; amenant à une extinction imminente de la langue zoque. Ailleurs on peut lire qu'il en reste une trentaine.

Chiapa de Corzo est situé à égale distance entre les deux océans et présentait donc un intérêt militaire et économique assez important. Selon Adán Pacheco Benítez, directeur du Proyecto Arqueológico Chiapa de Corzo, la population pourrait y avoir atteint 70000 personnes vers 900 avant Jésus-Christ.

Dans l'article de  Wikipedia en anglais sur Chiapa de Corzo, on peut voir un relevé d'une stèle sculptée du plus ancien glyphe connu du calendrier en compte long.


Date 7.16.3.2.13, soit  36 avant Jésus-Christ.
Stèle 2, Chiapa de Corzo, Chiapas.

L'inauguration de cette zone archéologique fait partie du plan du président Calderon commencé en 2006 afin de proposer une offre culturelle et touristique plus variée.

Références:
Justeson, John S., and Kaufman, Terrence. 2001. Epi-Olmec Hieroglyphic Writing and Texts. Document pdf en anglais.

s.d. Survey of morphology and syntax for Zoque of Copainala. Retrouvé le 9 décembre 2009 sur : http://www.sil.org/mexico/mixe/00e-mixe.htm .

Wikipedia.org. Article "Chiapa de Corzo". Retrouvé le 8 décembre 2009 sur : http://en.wikipedia.org/wiki/Chiapa_de_Corzo_(Mesoamerican_site) 




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Codex de Florence disponible en haute résolution

La Bibliothèque Numérique Mondiale est une alternative intéressante à la diffusion du patrimoine littéraire universel. C'est dans ce cadre que la Bibliotèque laurentienne a autorisé la numérisation de cet ouvrage si important pour les chercheurs sur le Mexique ancien. Il est désormais possible de consulter électroniquement le texte bilingue nahuatl-castillan et les illustrations qui accompagnaient chaque livre.

Bonne lecture !

Références :
Bernardino de Sahagún (2012). Codex de Florence . [En ligne] Disponible sur : http://www.wdl.org/fr/item/10096/#q=Codex+de+Florence&view_type=list&search_page=1&qla=fr. [Dernier accès 02/09/2013].

Sur les sources des libretti rédigés par Vittorio Amedeo Cigna-Santi

Alors que nous préparions une conférence sur la Conquête dans l’opéra, un librettiste a particulièrement attiré notre attention : il s’agit du Turimois Vittorio Amadeo Cigna-Santi dont on sait fort peu de choses somme toute. Au début de sa carrière il rédigea une paire de livrets pour Mozart. Mais son livret le plus repris est sans conteste Moctezuma. Il semblerait que Cigna-Santi a pu consulter une chronique rédigée par Antonio de Solis en 1684 et traduite  en français et en italien en 1690.
La bibliothèque Caraïbe, Amazone Plateau des Guyanes a eu la bonne idée de mettre en ligne les deux tomes qui forment l’édition française. Vous les retrouverez aussi dans notre section Textes: https://mexiqueancien.blogspot.com/p/textes.html
Solís, Antonio de. 1730. Histoire de la conqueste du Mexique, ou de la Nouvelle Espagne, par Fernand Cortez, tome I. Paris : Compagnie des libraires. Disponible le 03/03/2019 sur : https://issuu.com/scduag/docs/bbx17024/6et https://issuu.com/scduag/docs/bbx1702…

Raíces 421 - L'offrande 177 du Templo Mayor avec Mary Laidy Hernández Ramírez

Cette semaine, Raíces recevait Mary Laidy Hernández Ramírez, étudiante de licence en archéologie à l'École Nationale d'Anthropologie et Histoire et membre depuis 2016 du Projet Templo Mayor, dirigé par Leonardo López Luján. Hernández Ramírez a effectué la fouille de l'Offrande 177 du Templo Mayor. Comment décrire la stratigraphie de ce dépôt ? Quels matériaux ont été exhumés ? Comment sont-ils analysés, conservés et étudiés ?


Comme chaque semaine, nous vous présentons ce programme sur le portail Internet Archive au format.ogg.

Crédits musicaux
Génériques :Carlos Rohan Tamez Poema: huitznahuac yautl icuic (Garibay, 1958: 40-41) El Venado Azul - Cumbia Cusinela
Références bibliographiques Chávez Balderas, X., Aguirre, A., Miramontes, A., & Robles, E. (2010). “Los cuchillos ataviados de la ofrenda, 125. Templo Mayor de Tenochtitlan?”, Arqueología Mexicana, (XVII)103, 70-75. [URL] https://arqueologiamexicana.mx/mexico-antiguo/los-cuchillos-ataviados-de-la-ofrenda-125-templo-mayor…