Accéder au contenu principal

La polychromie du monolithe de Tlaltecuhtli révélée (enfin!) au public

Une fois n'est pas coutume : prenons le temps d'observer cette photo.


Non, il ne s'agit pas d'une version "colorisée" de la plus grande sculpture mexica jamais retrouvée. Les couleurs que vous pouvez voir sur ce cliché sont bien originales et peuvent surprendre un amateur habitué aux pierres grises ou noirâtres qu'on peut voir dans les zones archéologiques ou dans les musées mexicains.

En juillet dernier, nous mettions en ligne une note sur l'avancée des fouilles au Templo Mayor de Tenochtitlan et nous parlions déjà de cette polychromie visible sur le monolithe de Tlaltecuhtli. Malheureusement nous n'avions pas pu vous proposer de clichés pour illustrer notre émotion en voyant cette merveille.

L'INAH a eu la très bonne idée, 4 ans après sa découverte, de mettre en ligne une photo de cette polychromie parfaitement conservée. Mais elle n'est là que pour illustrer les résultats d'études réalisées par une équipe italo-américano-mexicaine sur l'utilisation des pigments dans la sculpture mexicaine.

Les résultats ont été annoncés par Leonardo López Luján, dans le cadre des V Jornadas Permanentes de Arqueología organisées par la Direction d'Etudes Archéologiques de l'INAH au Templo Mayor. López Luján a expliqué que les Mexicas utilisaient une combinaison de cinq pigments pour leurs sculptures : le rouge, l'ocre, le blanc, le bleu et le noir.

Des pigments rouges et ocres avaient été prélevés sur la Pierre du Soleil lors de son nettoyage en 2000 pour son installation dans la salle mexica du MNA. De la même manière, en 2007, l'équipe de l'archéologue Fernando Carrizos avait relevé les mêmes couleurs mais aussi des traces de bleu, de blanc et de noir sur le monolithe de Coyolxauhqui.

Dans le cas de la Pierre de Tlaltecuhtli, des échantillons avaient été recueillis dès son exhumation en 2006. L'équipe pluridisciplinaire (archéologues, restaurateurs, géologues, chimistes) mise en place ensuite avait non seulement pour objectif d'établir les pigments utilisés, mais aussi de déterminer leur origine et les produits agglutinants employés pour les fixer sur la pierre.

D'autres pigments avaient été notamment prélevés sur le chacmool de la phase II du Templo Mayor, ou encore sur les têtes de serpents parsemées sur les parois du même édifice.

Leonardo López Luján a expliqué que le travail effectué ces dernières années n'était pas pionnier en la matière et que d'autres équipes avaient proposé par le passé de reconstituer la palette chromatique utilisée par les artistes mexicas, en s'appuyant notamment sur les couleurs employés par les tlacuilos pour peindre les codex. Mais les avancées technologiques des dernières montrent que la palette chromatique était beaucoup plus limitée pour la sculpture que pour les codex.

Le communiqué de l'INAH annonce enfin la publication des résultats complets de ces recherches dans la revue Arqueologia Mexicana, un livre co-écrit par Leonardo López Luján et son père Alfredo López Austin, et un autre par Eduardo Matos Moctezuma.

Edition du 20 février 2010
El Universal propose une autre photo du monolithe, reprise par le quotidien en ligne El Informador, dans son édition du 20 février 2010.


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Raíces 289 - Biografía Breen: Una inscripción en la piedra con Alejandro Tapia Vargas

Esta semana en Raíces recibimos a Alejandro Tapia quien nos presentará los últimos avances de la biografía del Dr. William Breen Murray. Desde la partida de nuestro compañero, colega y mentor, Alejandro Tapia ha accelerado drásticamente la investigación y la redacción de una biografía que había empezado cuando todavía el ex-profesor emérito de la Universidad de Monterrey esta vivo.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.


Créditos musicales
Brahms Violin Concerto - 2nd Movement(fragmento), Julia Fischer (Violin)Jimmie Noone's Apex Club Orch. - I Know That You Know’
Referencias bibliográficas
Exposiciones Exposición Lak'iin: poderío del oriente maya, Museo Palacio Cantón, Mérida, Boletín INAH. 
Muestra de la Colección William Breen Murray, Fototeca Nuevo León, Centro de las Artes Nave 1, Monterrey, 10-27/02/2007.
Maya, das rätsel der Königsstädte, Historisches Museum der Pfalz, Domplatz, Espira, Alemania, 2/10/2016 - 23/04/2017.

Exposición M…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…