Accéder au contenu principal

Compte-rendu de l'exposition Moctezuma: An Aztec Ruler

Yvan R. est Belge et fondu du Mexique. Il n'est pas chercheur mais il a tenu à partager ce qui constitue une des deux plus importantes expositions sur le Mexique Ancien, visibles actuellement en Europe. Il s'est donc rendu à Londres pour découvrir Moctezuma. Qu'il soit donc ici publiquement remercié pour sa disponibilité et son enthousiasme.

Qui était Moctezuma et qui l’a tué ?
Telles sont les deux énigmes auxquelles le British Museum essaie de répondre au travers d’une exposition intitulée « Moctezuma : Aztec Ruler » qui se tient à Londres du 24 septembre 2009 au 24 janvier 2010.
L’exposition est accessible tous les jours de 10 heures à 17h30 (20h30 le jeudi et le vendredi) ; prix de l’entrée : 12 pounds (nombreuses réductions). Pour tout renseignement et pour télécharger un intéressant dossier pédagogique, voyez le site « britishmuseum.org ». Quelques photos des pièces les plus importantes.
Au fil du parcours le visiteur explore la civilisation aztèque à travers les rôles divin, religieux, politique et militaire de son septième et antépénultième souverain élu qui régna de 1502 à 1520. Son portrait émerge progressivement, qui nous montre, au travers des réalisations exceptionnelles de son règne, un grand souverain, un homme cultivé, éduqué, un prêtre, une personnification des dieux, un guerrier qui d’ailleurs agrandit son empire, un orateur capable de convaincre par la parole.
En 1507, au point culminant de son règne, Moctezuma dirigea la cérémonie du Feu Nouveau qui marquait la fin d’un cycle de 52 ans dans le calendrier des Mexicas. A cette occasion, fut sculpté le Teocalli de la Guerre sacrée. Ce monolithe d’environ un mètre cube est une des pièces maîtresses de l’exposition. La base représente une pyramide avec des escaliers menant à un temple ; au sommet, entourant un disque solaire, les portraits sculptés de Moctezuma lui-même et de Huitzilopochtli, le dieu de la guerre.
Ce portrait de Moctezuma en dialogue avec le dieu doit être confronté à celui que fit le peintre Antonio Rodriguez vers 1690 et qui montre un beau et fier sauvage tout emplumé.
Car nous ne connaissons l’histoire qu’à travers les récits des vainqueurs. Selon ceux-ci, le souverain, ayant pactisé avec Cortes, fut tué d’une pierre lancée par l’un des siens alors qu’il tentait de convaincre son peuple de se soumettre. Est-ce pour cette raison que Moctezuma n’a toujours pas de monument au Mexique, se demande Neil Mc Gregor, directeur du BM ?

Alors, Moctezuma fut-il une victime de l’histoire, ou des présages, ou de la religion, ou de lui-même, ou encore de la façon dont nous lisons l’histoire ? En tout cas deux sources, le Codex Moctezuma (fin 16ème siècle) et le Lienzo de Tlaxcala (1585) montrent que ce sont les Espagnols qui ont privé Moctezuma de sa liberté et qui l’ont tué, sans doute lorsqu’ils ont jugé qu’il ne leur serait plus utile.
Les pièces les plus spectaculaires sont des masques couverts de mosaïque en turquoise, des bijoux en or, de la vaisselle, un cœur humain sculpté dans la pierre, des codex, un impressionnant collier en forme de serpent à double tête, un couteau sacrificiel,…
J’ai été particulièrement frappé par ce crâne humain orné de turquoise, les dents toujours en place dans un rictus effroyable, les yeux saillants en pierre noire  La multiplicité des matériaux utilisés montre aussi l’étendue des relations commerciales entretenues par les Mexicas avec leurs voisins du Golfe ou de la côte du Pacifique.
L’émotion grandit encore lorsque, dans la dernière section consacrée à la conquête, on rencontre les armures, es bannières, et les puissants chevaux des Espagnols qui anéantirent un extraordinaire empereur et, en définitive, tout un monde.
2 commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…