Accéder au contenu principal

Le patrimoine archéologique au Mexique et le changement climatique

Le quotidien Le Monde du 12 novembre s'aventure sur le terrain archéologique en déclenchant l'alarme. Il s'agit surtout de montrer les conséquences directes qu'a et que pourrait avoir le réchauffement global sur les monuments (parfois patrimoine de l'humanité).
Les photos sont parfois impressionnantes, tout autant que les commentaires d'Henri-Paul Francfort, chercheur au CNRS impliqué dans des travaux archéologiques, en évoquant trois causes aux actuelles et futures déconvenues du patrimoine archéologique mondial. En premier lieu, il souligne la montée des océans qui pourraient ensevelir bon nombre de sites classés. Puis il revient sur l'amplitude toujours croissante de phénomènes naturels comme les perturbations ou les cyclones. Son exposé se poursuit par le réchauffement des zones de permafrost ou en altitude, menaçant le patrimoine naturellement conservé. Enfin il termine en parlant de l'effet d'érosion provoqué par la désertification.

Bien qu'avertie par le chercheur français, l'UNESCO se trouve face à un nouveau défi et donc par extension, toutes les pays ont pour devoir de plancher immédiatement sur ce patrimoine menacé. Ce sont d'abord les tissus (organiques ou végétaux qui contribuent notablement à la datation mais aussi à la reconstitution de la vie quotidienne). Mais les édifices et autres structures auront du mal à supporter les passages répétés d'ouragans  d'intensité de plus en plus forte comme sur la péninsule du Yucatán. On pourrait élargir la réflexion de Francfort au Veracruz et au Tabasco qui subissent des inondations chaque année pendant plusieurs semaines. Au contraire, le bassin de Mexico connaît une sécheresse chronique qui pourrait mettre à mal plusieurs structures...

Le diaporama commenté du Monde n'est pas un coup d'essai. Francfort avait déjà évoqué ce problème dans un document audio disponible sur le site de l'INRAP et enregistré lors du programme Le salon noir sur France Inter, le 26 novembre 2008. On y entend aussi Dominique Michelet, directeur de l'UMR 8096 Archéologie des Amériques du CNRS et responsable de différents chantiers de fouilles au Mexique et en Amérique centrale au cours de sa carrière. S'il reconnaît l'importance du facteur environnemental, il refuse de considérer le changement climatique comme seule cause pour expliquer la disparition des principaux centres mayas. Michelet explique comment un temple de Tabasqueño, situé au Yucatán, s'est effondré après quinze jours de pluie intensive. Le pire est que le temple en question venait d'être restauré par l'INAH. Tant Francfort que Michelet conviennent d'établir un registre international des sites archéologiques.

En furetant sur la toile, on découvre également la tenue d'une exposition organisée par la DRAC d'Alsace, toujours en 2008. Intitulée "Archéologie et changement climatique : un patrimoine menacé", elle faisait la part aux dangers encourus par le patrimoine européen. La question est donc : pourquoi le Monde n'a-t-il pas clairement indiqué ses sources ? Une autre serait : quelle en est la motivation profonde sachant que ce thème est connu depuis quelques années ?
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…