Accéder au contenu principal

Les sources mexicaines de la pensée cartésienne

Un de mes anciens élèves et assidu lecteur de ce carnet a partagé une paire de vidéos disponibles sur Youtube. On y voit la journaliste mexicaine Carmen Aristegui s'entretenir avec Enrique Dussel, philosophe argentin et professeur à l'Universidad Autonoma de México (UAM).



Co-auteur d'El pensamiento filosofico latinoamericano, del Caribe y latino [1300-2000], Dessel part en brèche contre l'idée couramment répandue de l'absence d'une philosophie latinoaméricaine propre. Il défend l'hypothèse de principes et de théories philosophiques semblables à celles d'auteurs européens comme Hobbes ou Descartes, mais souvent antérieures et originaires de lieux inattendus.

Dessel prend notamment l'exemple de Descartes, élève du collège jésuite de la Flèche, et étudia le cours de logique mexicaine publié par Antonio Rubio, jésuite mexicain. envoyé en Espagne. D'autre part, il inclut logiquement et justement Nezahualcoyotl, roi-poète et philosophe. Ce dernier se rapprochait du grec Parménide mais se distinguait par son mysticisme. Dessel revient aussi sur la retraite et la longue réflexion de Moctezuma avant sa rencontre avec Cortés.

L'autre élément que je retiens est en relation directe avec la conférence récemment proposée au Museo de Historia Mexicana où nous avons défendu l'influence de la France (culturellement, philosophique, politiquement, structurellement). Il est bien connu que le Porfiriat, ces trente longues années de pouvoir autocratique du général Porfirio Diaz, fut marqué par la philosophie positiviste d'Auguste Comte. Dessel surprend le téléspectateur en insistant sur une appropriation de cette philosophie et non pas sa stricte application : "le positivisme mexicain est différent du positivisme français parce qu'il n'avait pas le même objectif".

Je n'ai malheureusement pas encore lu cet ouvrage mais comme le dit Carmen Aristegui, le fait que cet ouvrage crée la polémique est une indication à double tranchant. Néanmoins l'ouvrage est biaisée par la prise en compte et la valorisation de la pensée marxiste : Evo Morales, Fidel Castro et même Hugo Chavez sont présentées comme des penseurs. On éviter l'affront de les présenter comme philosophes. Néanmoins il est dommage que cet axe d'analyse ne puisse pas être compensé par la présentation de penseurs conservateurs.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…

Découverte de vestiges teotihuacains dans le Bois de Chapultepec

Si vous visitez le Musée National d'Anthropologie, vous traverserez l'avenue Reforma pour vous promener dans le Bois de Chapultepec. C'est là que vous pourrez connaître le château homonyme, qui fut la résidence de l'empereur Maximilien et de son épouse Charlotte. Mais Chapultepec abrite une longue histoire qui se matérialise par une zone archéologique polygonale. Un bulletin de l'INAH fait le point sur des fouilles en cours depuis 2009. Lourdes Camacho López, en charge du projet Bosque, cerro y castillo de Chapultepec a donc présenté les restes d'un hameau teotihuacain au pied du château, dont les signes d'une double occupation remontant entre 220 et 650 de notre ère. 

Trois fronts de fouilles ont été ouverts desquels deux ont révélé des vestiges de singulière importance à moins de 30 cms de la surface actuelle du sol. C'est au nord-ouest de ce la zone archéologique qu'un mur double a été découvert sous une plateforme rectangulaire. Des fragments de …