Accéder au contenu principal

Comment on peut être diplômé et manquer de culture

Le Tec de Monterrey est, après l'UNAM, l'université la plus réputée du Mexique, notamment pour ses diplômes en ingénierie. Il n'a jamais la vocation de former des professionnels qui aient une certaine culture générale, notamment en matière d'humanités. La récente publication d'une nouvelle aberrante vient confirmer ce constat, certainement partial de ma part.

Néanmoins, en lisant que le président de l'Association des Anciens élèves du Tec de Monterrey au Yucatan avait commis le pire, mon sang ne fait qu'un tour. L'agence de presse Notimex a en effet publié une dépêche qui provoquera sans nul doute un tollé dans la communauté archéologique mésoaméricaniste. Reconverti dans la politique au Yucatan, Ricardo Ascencio Maldonado n'a rien trouvé de mieux que de détruire à la pelleteuse 2300 ans d'histoire sur le site archéologique 15. Présent dans le Catalogue Archéologique du Yucatan, le site 15 est situé a une surface de 1 km2 et date du Préclassique. Il n'a pas été fouillé et n'est pas accessible à la visite... Situé au carrefour de la route vers Concal et Chixculub (là où se situe le centre du cratère d'un météorite tombé il y a 65 millions d'années), le site a été tout simplement rayé de la carte par les pelleteuses auxquelles M. Ascencio Maldonado avait demandé de nivelé le terrain pour construire un herbage (potrero?). Il a même pris le soin de demander aux ouvriers de délimiter le terrain défriché avec des pierres sculptées que les machines avaient rompues. On a même retrouvé un metate, que les populations autochtones utilisent pour moudre le maïs !

Loin de se limiter à la destruction d'un patrimoine national, il semblerait que des pillages aient été commis, si on en croit les témoignages des ouvriers qui travaillaient sur le chantier. Des céramiques de grande taille, des offrandes et des petites pierres travaillées auraient été sciemment retirées. M. Ascencio Maldonado a dans un premier temps nié les faits, arguant que l'entrée à la zone ne donnait pas directement sur la route. Il a déclaré ne pas connaître les lois en matière de patrimoine archéologique. Finalement c'est une dénonciation anonyme auprès de l'INAH Yucatan qui a arrêté les travaux. Malheureusement il était déjà trop tard...
 
M. Maldonado devra sans aucun doute affronter des charges lourdes puisque la destruction et le pillage d'une zone archéologique sont des délits fédéraux sévérement punis (au moins en théorie, car dans la pratique...). Ce crime de lèse-humanité, Maldonado la paiera certainement encore plus cher auprès du TEC de Monterrey, lui qui cherche à négocier l'ouverture d'un campus TEC de Monterrey au Yucatan. Rappelons que le TEC est certainement la première université à posséder une chaîne d'universités et de lycée, comme on a une chaîne de restaurants rapides. En tout cas quelques cours d'histoire du Mexique ne lui auraient sans doute pas fait de mal. Honte à lui.
 
PS : si vous avez une photo de ce type à me passer, je suis preneur pour la publier.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…