Accéder au contenu principal

Comment on peut être diplômé et manquer de culture

Le Tec de Monterrey est, après l'UNAM, l'université la plus réputée du Mexique, notamment pour ses diplômes en ingénierie. Il n'a jamais la vocation de former des professionnels qui aient une certaine culture générale, notamment en matière d'humanités. La récente publication d'une nouvelle aberrante vient confirmer ce constat, certainement partial de ma part.

Néanmoins, en lisant que le président de l'Association des Anciens élèves du Tec de Monterrey au Yucatan avait commis le pire, mon sang ne fait qu'un tour. L'agence de presse Notimex a en effet publié une dépêche qui provoquera sans nul doute un tollé dans la communauté archéologique mésoaméricaniste. Reconverti dans la politique au Yucatan, Ricardo Ascencio Maldonado n'a rien trouvé de mieux que de détruire à la pelleteuse 2300 ans d'histoire sur le site archéologique 15. Présent dans le Catalogue Archéologique du Yucatan, le site 15 est situé a une surface de 1 km2 et date du Préclassique. Il n'a pas été fouillé et n'est pas accessible à la visite... Situé au carrefour de la route vers Concal et Chixculub (là où se situe le centre du cratère d'un météorite tombé il y a 65 millions d'années), le site a été tout simplement rayé de la carte par les pelleteuses auxquelles M. Ascencio Maldonado avait demandé de nivelé le terrain pour construire un herbage (potrero?). Il a même pris le soin de demander aux ouvriers de délimiter le terrain défriché avec des pierres sculptées que les machines avaient rompues. On a même retrouvé un metate, que les populations autochtones utilisent pour moudre le maïs !

Loin de se limiter à la destruction d'un patrimoine national, il semblerait que des pillages aient été commis, si on en croit les témoignages des ouvriers qui travaillaient sur le chantier. Des céramiques de grande taille, des offrandes et des petites pierres travaillées auraient été sciemment retirées. M. Ascencio Maldonado a dans un premier temps nié les faits, arguant que l'entrée à la zone ne donnait pas directement sur la route. Il a déclaré ne pas connaître les lois en matière de patrimoine archéologique. Finalement c'est une dénonciation anonyme auprès de l'INAH Yucatan qui a arrêté les travaux. Malheureusement il était déjà trop tard...
 
M. Maldonado devra sans aucun doute affronter des charges lourdes puisque la destruction et le pillage d'une zone archéologique sont des délits fédéraux sévérement punis (au moins en théorie, car dans la pratique...). Ce crime de lèse-humanité, Maldonado la paiera certainement encore plus cher auprès du TEC de Monterrey, lui qui cherche à négocier l'ouverture d'un campus TEC de Monterrey au Yucatan. Rappelons que le TEC est certainement la première université à posséder une chaîne d'universités et de lycée, comme on a une chaîne de restaurants rapides. En tout cas quelques cours d'histoire du Mexique ne lui auraient sans doute pas fait de mal. Honte à lui.
 
PS : si vous avez une photo de ce type à me passer, je suis preneur pour la publier.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Quand un projet de restauration devient un projet de fouilles à Palenque

Après le séisme révélateur d'une structure antérieure à Teopanzolco, c'est un chantier de restauration qui permet de nouvelles découvertes à Palenque, Chiapas. Inutile de décrire longuement ce site chiapanèque inscrit sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'UNESCO. Nous vous invitons d'ailleurs à consulter nos billets avec l'étiquette correspondante et à écouter les prochains programmes de Raíces sur Radio UDEM pour en savoir plus pour vous en faire une idée plus complète.

Revenons pour l'heure à cette annonce faite personnellement par le directeur général de l'INAH, Diego Prieto, qui aura pu se mettre du baume au cœur après les critiques persistantes sur sa continuité à la tête de l'institution octogénaire. 

Résumons dans un premier le contexte des restaurations entreprises à Palenque. Le Palais du Gouverneur et les maisons qui le composent sont actuellement dans une première phase de restaurations payées par l'ambassade des États-Unis au M…

Les 80 ans de l'INAH : un anniversaire en pointillés

L'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) fêtait le 3 février dernier ses 80 ans. Un âge pour le moins respectable puisque le CRNS est né la même année. Pourtant dans les deux institutions, la crise est bien présente et pour des raisons relativement semblables.



Malheureusement les correspondants des médias européens et francophones ont oublié d'évoquer les conséquences désastreuses du budget voté par les députés de son parti MORENA, Mouvement de Régénération Nationale, créé de toute pièce pour lui permettre de récupérer un siège présidentielle qui lui échappait depuis 2006. À deux mois de sa prise de fonction, alors que la majorité de MORENA siège au parlement mexicain depuis le mois d'août, le président López Obrador ne semble pas clairement avoir mesuré les conséquences dramatiques de l'autorité républicaine qu'il s'est certes appliqué à lui-même, mais en entraînant avec lui celles et ceux dont les conditions de vie étaient déjà précaire…