Accéder au contenu principal

Officialisation de la localisation du Tezcatlachco

Le quotidien mexicain La Jornada propose sur son site internet un entretien très intéressant avec l'archéologue José Álvaro Barrera Rivera. Travaillant avec Alicia Islas sur une thèse de licence à l'Escuela Nacional de Antropologia e Historia, il est revenu en détail sur une découverte qui a demandé plusieurs années de travail documentaire pour être validée.

Tout commence dans le cadre du Programa de Arqueología Urbana (Plan d'Archéologie Urbaine ou PAU). En 1991, Eduardo Matos Moctezuma met en place un système de fouilles dont l'objectif est de préparer et d'effectuer des fouilles de sauvetages dans les sous-sols de la ville de Mexico. C'est notamment ce projet qui a permis de retrouver les restes du Calmecac et du Temple de Quetzalcoatl cette année. Depuis sa création le PAU a d'ailleurs permis de retrouver 50 des 78 bâtiments énumérés par le moine franciscain Bernardino de Sahagun (2000 : II, 271-281).

Voici un dessin qui permettra de situer ce fameux terrain de jeu de balle, long de 50 m et large de 6 m. Il est daté du Postclassique tardif et plus particulièrement entre 1486 et 1502. (Lopez Austin et Lopez Lujan, 2010 : tableau 5, p. 213 ; Matos Moctezuma,  2008 : 186). Ces deux dates correspondent au règne d'Ahuizotl, dont Leonardo Lopez Lujan a fait l'un des personnages possiblement enterrés sous le monolithe de Tlaltecuhtli. Sur ce schéma, (ill. 1) le Tezcatlachco (Jeu de balle du miroir en nahuatl classique) est situé presque aussi au coin de l'enceinte sacrée, directement au sud de la Pyramide double.

Ill. 1. Schéma situant le Tezcatlachco, Mexico-Tenochtitlan, Postclassique tardif.
Document : José Alvaro Barrera Rivera et Alicia Islas, disponible le 23/12/2010 sur

Selon les travaux de Barrera Rivera et Islas, la structure se trouvait au carrefour des rues Licenciado Verdad et Moneda et s'étendait sous le Palais National et l'ancien archevêché. Voici une petite carte sur Googlemaps qui permet de situer le périmètre de la recherche (ill. 2).


Barrera Rivera et Islas ont passablement étudié les différents textes référant à cet endroit. L'oeuvre qui a servi de point de départ à cette recherche est le Codex de Florence et sa version tardive qu'est l'Historia general de las cosas de Nueva España :

"Le trente-troisième édifice s'appelait Tezcatlachco. C'est un jeu de balle entre les cus [pyramides]. Là ils tuaient par dévotion quelques captifs quand régnait le signe d'Omacatl [2 Roseau]". (trad. B. Lobjois d'après Sahagun, 2000 : II, 276; CF: II, 185)

On peut comprendre que des prisonniers de guerre étaient sacrifiés le jour 2 Roseau sur ce terrain, situé entre les pyramides. Il ne faut pas oublier qu'un autre terrain de jeu de balle connu sous le nom de teutlachco, aux dimensions plus importantes (Sahagun, 2000 : II, 250). Il était situé près du tzompantli (râtelier de crânes de victimes sacrifiés). Ome acatl était le jour de la dixième fête mobile : on y faisait des offrandes au dieu homonyme ainsi qu'à Tezcatlipoca (Sahagun, 2000 : II, 172; ill. 3). Des esclaves étaient sacrifiés sur le Quauhxicalco et leur tête placé sur un tzompantli annexe. C'est sur le tezcatlachco qu'on sacrifiait le personnificateur du dieu Huitznahual et d'autres captifs (Sahagun, 2000 : II, 276).

Ill. 3. Tezcatlipoca, Codex Borgia, pl.17.

Si l'édifice a donc correctement situé, il ne sera probablement possible d'en voir ou d'en visiter ce qu'il en reste, étant donné sa position. Il serait difficile de détruire des bâtiments de l'époque coloniale qui sont eux-mêmes classés au patrimoine historique mexicain.

Références bibliographiques.
BARRERA RODRÍGUEZ, Raul et Gabino LÓPEZ ARENAS. "Hallazgos en el recinto ceremonial de Tenochtitlan". In Arqueología Mexicana, vol. XVI, núm. 93, Editorial Raices-INAH, Mexico, pp. 18-25.

Códice Mendocino, Biblioteca Bodley, Oxford. Consultable en ligne le 3 mars 2010, sur : http://commons.wikimedia.org/wiki/Codex_Mendoza .

COUVREUR, Aurélie. 2002. "La description du Grand Temple de Mexico par Bernardino de Sahagún (Codex de Florence, annexe du Livre II)". In Journal de la Société des Américanistes, 88, Musée de l'Homme, Paris, p. 9-46. Document en ligne (pdf) disponible le 3 mars 2010 sur : http://jsa.revues.org/index2742.html .

LÓPEZ AUSTIN, Alfredo & Leonardo LÓPEZ LUJÁN. 2010. Monte Sagrado-Templo Mayor. INAH-UNAM, Mexico.

MATOS MOCTEZUMA, Eduardo.
1981. Una visita al Templo Mayor. INAH, Mexico.
2008. Tenochtitlan. Fideicomiso Historia de las Américas, Serie Ciudades, Colegio de México-Fondo de Cultura Económica.

OLIVIER, Guilhem. 1995. Moqueries et métamorphoses d'un dieu aztèque. Tezcatlipoca, le "Seigneur au miroir fumant". Institut d'ethnologie, Musée de l'Homme, Paris.

SAHAGUN, Bernardino de. 2000. Historia de las cosas de Nueva España. A. Lopez Austin et Josefina Garcia Quintana (éds.), 3 vols, Cien de México, CONACULTA, Mexico.

3 commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…