Accéder au contenu principal

Officialisation de la localisation du Tezcatlachco

Le quotidien mexicain La Jornada propose sur son site internet un entretien très intéressant avec l'archéologue José Álvaro Barrera Rivera. Travaillant avec Alicia Islas sur une thèse de licence à l'Escuela Nacional de Antropologia e Historia, il est revenu en détail sur une découverte qui a demandé plusieurs années de travail documentaire pour être validée.

Tout commence dans le cadre du Programa de Arqueología Urbana (Plan d'Archéologie Urbaine ou PAU). En 1991, Eduardo Matos Moctezuma met en place un système de fouilles dont l'objectif est de préparer et d'effectuer des fouilles de sauvetages dans les sous-sols de la ville de Mexico. C'est notamment ce projet qui a permis de retrouver les restes du Calmecac et du Temple de Quetzalcoatl cette année. Depuis sa création le PAU a d'ailleurs permis de retrouver 50 des 78 bâtiments énumérés par le moine franciscain Bernardino de Sahagun (2000 : II, 271-281).

Voici un dessin qui permettra de situer ce fameux terrain de jeu de balle, long de 50 m et large de 6 m. Il est daté du Postclassique tardif et plus particulièrement entre 1486 et 1502. (Lopez Austin et Lopez Lujan, 2010 : tableau 5, p. 213 ; Matos Moctezuma,  2008 : 186). Ces deux dates correspondent au règne d'Ahuizotl, dont Leonardo Lopez Lujan a fait l'un des personnages possiblement enterrés sous le monolithe de Tlaltecuhtli. Sur ce schéma, (ill. 1) le Tezcatlachco (Jeu de balle du miroir en nahuatl classique) est situé presque aussi au coin de l'enceinte sacrée, directement au sud de la Pyramide double.

Ill. 1. Schéma situant le Tezcatlachco, Mexico-Tenochtitlan, Postclassique tardif.
Document : José Alvaro Barrera Rivera et Alicia Islas, disponible le 23/12/2010 sur

Selon les travaux de Barrera Rivera et Islas, la structure se trouvait au carrefour des rues Licenciado Verdad et Moneda et s'étendait sous le Palais National et l'ancien archevêché. Voici une petite carte sur Googlemaps qui permet de situer le périmètre de la recherche (ill. 2).


Barrera Rivera et Islas ont passablement étudié les différents textes référant à cet endroit. L'oeuvre qui a servi de point de départ à cette recherche est le Codex de Florence et sa version tardive qu'est l'Historia general de las cosas de Nueva España :

"Le trente-troisième édifice s'appelait Tezcatlachco. C'est un jeu de balle entre les cus [pyramides]. Là ils tuaient par dévotion quelques captifs quand régnait le signe d'Omacatl [2 Roseau]". (trad. B. Lobjois d'après Sahagun, 2000 : II, 276; CF: II, 185)

On peut comprendre que des prisonniers de guerre étaient sacrifiés le jour 2 Roseau sur ce terrain, situé entre les pyramides. Il ne faut pas oublier qu'un autre terrain de jeu de balle connu sous le nom de teutlachco, aux dimensions plus importantes (Sahagun, 2000 : II, 250). Il était situé près du tzompantli (râtelier de crânes de victimes sacrifiés). Ome acatl était le jour de la dixième fête mobile : on y faisait des offrandes au dieu homonyme ainsi qu'à Tezcatlipoca (Sahagun, 2000 : II, 172; ill. 3). Des esclaves étaient sacrifiés sur le Quauhxicalco et leur tête placé sur un tzompantli annexe. C'est sur le tezcatlachco qu'on sacrifiait le personnificateur du dieu Huitznahual et d'autres captifs (Sahagun, 2000 : II, 276).

Ill. 3. Tezcatlipoca, Codex Borgia, pl.17.

Si l'édifice a donc correctement situé, il ne sera probablement possible d'en voir ou d'en visiter ce qu'il en reste, étant donné sa position. Il serait difficile de détruire des bâtiments de l'époque coloniale qui sont eux-mêmes classés au patrimoine historique mexicain.

Références bibliographiques.
BARRERA RODRÍGUEZ, Raul et Gabino LÓPEZ ARENAS. "Hallazgos en el recinto ceremonial de Tenochtitlan". In Arqueología Mexicana, vol. XVI, núm. 93, Editorial Raices-INAH, Mexico, pp. 18-25.

Códice Mendocino, Biblioteca Bodley, Oxford. Consultable en ligne le 3 mars 2010, sur : http://commons.wikimedia.org/wiki/Codex_Mendoza .

COUVREUR, Aurélie. 2002. "La description du Grand Temple de Mexico par Bernardino de Sahagún (Codex de Florence, annexe du Livre II)". In Journal de la Société des Américanistes, 88, Musée de l'Homme, Paris, p. 9-46. Document en ligne (pdf) disponible le 3 mars 2010 sur : http://jsa.revues.org/index2742.html .

LÓPEZ AUSTIN, Alfredo & Leonardo LÓPEZ LUJÁN. 2010. Monte Sagrado-Templo Mayor. INAH-UNAM, Mexico.

MATOS MOCTEZUMA, Eduardo.
1981. Una visita al Templo Mayor. INAH, Mexico.
2008. Tenochtitlan. Fideicomiso Historia de las Américas, Serie Ciudades, Colegio de México-Fondo de Cultura Económica.

OLIVIER, Guilhem. 1995. Moqueries et métamorphoses d'un dieu aztèque. Tezcatlipoca, le "Seigneur au miroir fumant". Institut d'ethnologie, Musée de l'Homme, Paris.

SAHAGUN, Bernardino de. 2000. Historia de las cosas de Nueva España. A. Lopez Austin et Josefina Garcia Quintana (éds.), 3 vols, Cien de México, CONACULTA, Mexico.

3 commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…