Accéder au contenu principal

Une tombe découverte à Chiapa de Corzo

C'est un sacré coup de pied dans la chronologie du Préclassique que viennent de donner des fouilles récentes à Chiapa del Corzo, au Chiapas. Nous avions déjà évoqué ces travaux qui devraient à terme permettre l'ouverture de cette nouvelle zone archéologique en 2012, conformément aux souhaits du président mexicain, Felipe Calderon Hinojosa. Rappelons tout de même que Chiapa est un site de culture zoque situé au Chiapas sur le fleuve Grijalva. Les premières traces d'occupation remontent au Formatif moyen, vers 1200 avant Jésus Christ. Les Zoque entretenaient certainement des liens avec des Olmèques, qui vivaient sur la côte du Golfe.

Le projet Chiapa de Corzo est placé sous la responsabilité de trois institutions : l'INAH, le Centro de Estudios Mayas, appartement à l'Instituto de Investigaciones Filológicas de l'Universidad Nacional Autónoma de México, et la Brigham Young University, dans l'état d'Utah. Ajoutez à cela des fonds privés comme la National Geographic Society ou le Programme Fulbright-Robles Garcia, et vous comprendrez que les investissements consentis sont importants et ont donc besoin de résultats à la mesure de leurs engagements. L'équipe d'archéologues dirigeant le projet compte également plusieurs têtes : Bruce Bachand, Emiliano Gallaga et Lynneth Lowe.

Mais la nouvelle communiquée sur le site de l'INAH va sans doute faire baisser la pression que nos collègues ont dû ressentir, à mesure que l'échéance de l'ouverture s'approche.  La découverte d'une tombe collective va certainement bouleverser quelques idées que l'on se faisait tant de l'utilisation des pyramides au Préclassique, que des liens que Chiapa de Corzo entretenait avec d'autres parties de la Mésoamérique, et la zone olmèque en particulier.

L'équipe de fouilleurs travaillent depuis quelques temps sur le Monticule 11 du site. Et sentant qu'ils touchaient au but, ils ont fouillé pendant vingt-quatre heures. l renfermait une ancienne étape de construction sous forme d'une pyramide haute de six à sept mètres. La tombe mesurant trois mètres sur quatre contenait les restes de quatre corps. Le personnage principal comptait avec un pectoral comptant plusieurs milliers morceaux de jadéite. Il portait un pagne soigneusement incrusté de miniscules perles, des pendants de jadéite représentant différents animaux dont un crocodile, des petites cuillères de style olmèque, un masque avec des yeux en obisdienne verte, un miroir en pyrite, quinze céramiques dont certaines noires et polies, ou noires et blanches avec des motifs de poiçon et de négatif. Des bracelets étaient placés sur ses genoux, chevilles et poignets.

A ses côtés reposaient les corps d'un enfant en bas âge et d'un jeune adulte d'une vingtaine d'années. Il sembleraient de victimes sacrificielles dont le but était d'accompagner le mort.

Vue des fouilles nocturnes du Monticule 11, Chiapa de Corzo, Chiapas.
Photo : INAH, disponible le 18 mai 2010 sur http://goo.gl/8Izg .

Mais ce n'est pas tout. En poursuivant leurs recherches au pied de cet homme, les archéologues ont retrouvé ce qui semble les restes d'une femmme d'une cinquantaine d'années mais dans une position orthogonale à la première. Comme l'homme dont nous parlions, sa bouche était couverte d'un coquillage et sa dentition montre des signes de mutilation et d'incrustations à caractère esthétique. Elle reposait dans une tombe de 3 mètres sur deux mètres, en position dorsale allongée et la tête tournée vers l'est. Elle aussi semble avoir été enterrée vers lâge de 50 ans.

Ossements féminins, Monticule 11, Chiapa del Corzo, Chiapas
Culture zoque, Préclassique ancien.
Photo : Bruce Bachand/INAH. Disponible le 18 mai 2010 sur :


Parmi le mobilier sorti de terre, on notera la présence d'une quinzaine de céramiques visibles sur le cliché suivant :
Céramiques. Enterrement  du monticule 11, Chiapa de Corzo.
Culture Zoque, Préclassique ancien.
Photo INAH, disponible le 18 mai 2010 sur : 

Que pouvons-nous conclure aux termes des premières analyses ? Il convient d'abord de reconsidérer le moment ou les cultures mésoaméricaines ont commencé à utiliser les pyramides comme tombe. L'origine de cette tradition est probablement maya-zoque. Gardons ensuite à l'esprit que la quantité et qualité des offrandes indiquent des contacts avec d'autres peuples de Mésoamérique, en partie avec les Olmèques mais également avec le Haut Plateau Central où se trouvaient les principaux gisements d'obsidienne, ou encore la vallée de Motagua, qui comptait d'imposants stocs de jadéite. Mais ce qui a frappé les archéologues, c'est la grande similtude de l'indumentaire et des céramiques portés par ce personnage avec ce qui a été découvert dans certaines tombes olmèques à la Venta, Tabasco, datées aussi du Préclassique moyen. Mais pour conforter ces hypothèses, il conviendra de faire des tests ADN et C14 supplémentaires et de fouiller de véritable structures.


A l'heure où nous terminons ce message, le site de l'INAH a été actualisé et propose un dossier encore plus complet disponible en cliquant sur ce lien. Vous y retrouverez des photos, un diaporama de la zone archéologique, un autre sur la tombe en tant que telle, un premier fichier pdf expliquant le contexte de la découverte et un second proposant la situation géographique de la tombe.


En attendant, voici une petite vidéo que l'INAH s'est empressé de mettre sur Youtube.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…