Accéder au contenu principal

Exposition Comer y ser

Un des faits anthropologiques les plus intéressants est sans conteste l'alimentation. On connaît bien les divisions céréalières qui expliquent les principales cultures au cours des millénaires et de la sédentarisation de l'homme. En Europe, le blé est au cœur de bon nombre de préparations. En Asie, c'est le riz qui l'emporte. Aux Amériques, c'est la culture du maïs et de la pomme de terre qui se détache.

Les autorités du Museo de Historia Mexicana, à Monterrey, se sont attachés à produire une exposition temporaire sur le thème de l'identité d'un groupe en fonction de son alimentation. Intitulée Comer y ser, cette exposition s'intéresse particulièrement à l'identité culinaire du Mexique. Pour se faire, 131 pièces des collections privées Armella Spitalier et FEMSA, et certaines de l'INAH sont proposées au public dans une muséographie divisée en sept espaces.
C'est en grande partie dans son passé préhispanique et gastronomique que le Mexique puise une grande partie de son identité nationale. La domestication du maïs trouve son écho dans la conception mésoaméricaine de l'homme et de l'univers.

L'exposition Comer y Ser est visible jusqu'en mars prochain au Museo de Historia Mexicana à Monterrey, de 10 à 18 heures. L'accès est gratuit le mardi et le dimanche. Pour préparer votre visite, vous pouvez vous procurer trois volumes d'Arqueología Mexicana que nous avons déjà commenté sur ce carnet :
Le numéro hors-série 12 sur la cuisine préhispanique donnera aussi une bonne idée générale de ce thème.

Un extrait de la conférence inaugurale, présentée par le Dr Erik Estrada Lugo, professeur  à l'Universidad Autónoma de Chapingo, est disponible sur Youtube.


Une autre vidéo offre un aperçu rapide des pièces exposées.


Vous pouvez également consulter ce diaporama préparé par votre serviteur lors de sa visite le 15 janvier dernier.


 

View more PowerPoint from Mexique Ancien

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…