Accéder au contenu principal

Trois urnes funéraires retrouvées à Navolato, Sinaloa

La culture aztatlan n'est pas une des plus connues du Mexique. Elle s'est développée sur un territoire compris entre les états actuels du Jalisco, du Nayarit, du Colima et du Sinaloa, entre 850 et 1200 de notre ère. Se nourrissant de proies chassées ou pêchées, ses représentants étaient aussi agriculteurs et nous ont légué des témoignages archéologiques de leurs coutumes funéraires.

Une équipe d'archéologues de l'INAH Sinaloa dirigée par les archéologues José Alberto Duran  Iniestra et Heredia Zavala a effectué une série de fouilles sur le site de Navolato et ont pu apporter pour la première fois des indices permettant de comprendre mieux le rapport que cette culture entretenait avec la mort dans cette partie du Sinaloa.

Les céramiques habituellement élaborées par ce groupe culturel sont fines à bords rouges ou oranges peints jusqu'à mi-hauteur. Dans le cas présent elles mesurent 60 cm de diamètre pour 70 cm de hauteur. Leur localisation est également révélatrice de leur origine : dans des cas précédents, elles avaient été retrouvées sur des collines attenantes à un cours d'eau. Ce fut notamment le cas de Mocorito, Guasave y Concordia qui sont construites à côté des rivères Mocorito, Petatlán y Presidio. Elles gisaient entre 30 et 70 cm sous le niveau du sol actuel. Elles étaient séparées d'un mètre et recouvertes par de petits morceaux d'argile qui servirent de remplissage.

Seule une des trois urnes comptait encore avec ses ossements à l'intérieur de l'urne. Dans le cas des deux autres, ils étaient dispersés aux alentours et semblent avoir été fracturés. D'autre part leur consistance légèrement dure semble indiquer un traitement post mortem spécial : les os auraient été bouillis préalablement à leur mise en place dans l'urne.

Pour l'heure, les archéologues ignorent encore combien d'individus ont été déposés dans chaque urne. Des analyses ostéologiques sont en cours afin de résoudre cette interrogation et chercheront aussi à établir les causes des décès mais pour établir certains patrons génétiques et médicaux.

Les urnes étaient aussi accompagnées de plusieurs offrandes, probablement propitiatoires. Elles étaient composées de fragments de céramique polychrome, des vaisselles noires tripodes incomplètes. Certains présentent des décorations animales et des plumes. Quatre coquillages marins portant des traces d'exposition au feu semblent indiquer une utilisation lors d'un rituel funéraire.

Un autre petit récipient incisé de deux étoiles, une petite tête et une figurine de céramique rouge et deux représentations de canidés font également partie de cet ensemble mortuaire. La présence de ces derniers indique que la culture aztatlan avait une perception identique du chien à celle d'autres peuples mésoaméricains.

Un bulletin de l'INAH est disponible sur son site officiel. Une série de clichés est également visible sous forme d'un diaporama.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…