Accéder au contenu principal

Exposition "Les masques de jade mayas"

Erik Le Bras est un de nos lecteurs et suiveurs assidus sur les réseaux sociaux. Il a aimablement accepté de rédiger une chronique suite à sa visite de l'exposition "Les masques de jade mayas", actuellement à la Pinacothèque de Paris. Nous le remercions pour sa participation qui, espérons-le, ne sera pas la dernière.

J’ai vu pour vous « Les masques de jade mayas » à la Pinacothèque de Paris (jusqu’au 10 juin 2012 - 28 place de la Madeleine). Voici mon compte-rendu.



Un événement culturel consacré aux masques de jade ? 

Autant vous prévenir tout de suite, l’intitulé de l’exposition est une accroche commerciale sans grand rapport avec son contenu. Les 14 thèmes qui jalonnent le parcours sont particulièrement éloquents :
  1. L’Univers maya de la période classique
  2. L’Image dans la plastique maya classique, conception d’un processus de transformation L’Essence des objets
  3. L’Art des mosaïques dans les masques funéraires de pierre verte 
  4. Le Souverain comme centre de l’univers Palenque 
  5. Le mobilier funéraire, expression du cosmos dans l’univers temporel des mayas Reconstitution du mobilier funéraire de Pakal 
  6. Calakmul 
  7. Offrande funéraire de la structure VII de Calakmul
  8. Offrande funéraire de la structure III de Calakmul 
  9. Oxkintok 
  10. Dzibanché 
  11. La Déformation céphalique, une constante dans les représentations faciales 

Un titre axé sur le mobilier funéraire de l’élite maya – 7 thèmes sont dédiés à ce sujet (7 à 13) - aurait été nettement plus approprié…

Quid des masques de jade ? 

Les pièces en question ne sont que 9 et ne bénéficient d’aucune présentation particulière visant à les distinguer des autres œuvres. Même si il n’y a pas de quoi en faire tout un battage publicitaire, les masques valent vraiment le coup d’être vus…

Mais que voit-on dans l’exposition ?

Sur la centaine d’objets de l’époque classique montrés au public, les céramiques (monochromes et polychromes) et les sculptures en pierre et/ou stuc (stèles, éléments d’architecture…) sont les plus nombreuses. On retiendra plus particulièrement le mobilier funéraire plus ou moins complet de sépultures découvertes à Palenque, Calakmul, Oxkintok et Dzibanché. La reconstitution en image de plusieurs d’entre elles, permet au visiteur de replacer in situ les pièces visibles dans les vitrines.

Pakal & pacotilles

L’un des temps forts de l’exposition est sans conteste la salle consacrée à la tombe de Pakal. On y découvre une silhouette humaine dessinée sur un plan horizontal, laquelle est agrémentée de l’importante parure funéraire en jade du souverain défunt : masque, colliers, ornements d’oreilles, ceinture ornée de petits masques, bagues, diadème, bracelets… Ne vous y méprenez pas, cette reconstitution plutôt réussie n’est composée que de fac-similés : en effet, ce trésor archéologique ne peut sortir du musée National d’Anthropologie et d’Histoire de Mexico. Le sentiment de déception est d’autant plus accentué à la vue des mauvaises copies des deux fameuses têtes en stuc et en calcaire de la crypte de la Pyramide des Inscriptions de Palenque. Pour une approche didactique, c’est complètement raté…

Admirez mais ne lisez pas !

La grande qualité des pièces exposées est quelque peu gâchée par le contenu des cartels et des panneaux d’explication tant ils sont truffés d’informations dépassées, erronées, douteuses ou sans aucun rapport avec l’objet concerné. Ne laissez pas les textes pervertir les œuvres.

N’achetez pas mais lisez plutôt…

Que dire du catalogue d’exposition si ce n’est qu’il est cher (49 euros – catalogue d’une exposition lambda coûte généralement autour de 40 euros) et que son contenu n’a aucun intérêt scientifique. On conseillera toutefois le hors série n°481 de Connaissance des Arts (8 euros seulement).

Pour avoir une idée des pièces exposées, vous pouvez regarder ce reportage de BFMTV disponible sur Youtube.


Le Figaro Magazine s'est intéressé également à cette exposition en publiant sur Youtube cet entretien avec le directeur de la Pinacothèque de Paris.



Et vous, chers lecteurs, qu'en avez-vous pensé ?
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…