Accéder au contenu principal

Restaurations de reliefs à Tonina, Chiapas

Le site chiapanèque dont les fouilles et les restaurations sont coordinées par l'archéologue Juan Yadeun fait l'objet d'attentions toute particulière au fur et à mesure que la date de changement d'ères s'approchent. Dest travaux ont été entrepris dès fin 2010 pour passer à la nouvelle ère. Six reliefs seront au centre des préoccupations et des bons soins des restaurateurs. L'un d'entre eux est actuellement sous le feu des projecteurs. Il s'agit de la Frise des Quatre époques ou Quatre soleils. Elle est visible dans le sixième bâtiment qui forme l'acropole qui surplombe l'Usumacinta. Elle fut découverte lors de fouilles en 1992.


Frise des quatre époques, Acropole de Tonina, Chiapas.
Classique tardif.
Photo : Simon Burchell prise le 24/02/2010, disponible le 13/03/2012 sur :

La restauratrice Monica Vargas a expliqué quels procédés ont été utilisés lors de la restauration de ce relief en stuc. Il s'agissait d'injecter de la chaux après le nettoyage de la surface. D'autre part des travaux de consolidation ont été entrepris pour éviter que le relief se morcèle et tombe de son support.

Selon l'hypothèse rapportée dans le bulletin de l'INAH, ce relief représentent les quatre âges suivants : le premier est celui du soleil, le second correspond au serpent bicéphale, le troisième est celui des hommes. Ce compte long s'achevant en décembre 2012, une quatrième époque, celle des Quatre lunes, commencerait alors. L'archéologue Juan Yadeun a notamment expliqué que chaque époque était composé de 13  b'aktunoo'b de 400 ans chacun. Au total c'est un cycle de 5200 années qui s'achèvera en décembre prochain pour qu'un nouveau commence.

Tonina est un site clé pour l'archéologie maya. Tonina a connu une phase d'occupation ininterrompue pendant plusieurs siècles et propose même différents styles architecturaux : la ville a été contemporaine des grandes cités du Classique comme Palenque (avec qui elle fut en guerre pendant 26 ans) ou Copan et de l'Epiclassique comme Chichen Itza ou Uxmal.

L'INAH entend bien capitaliser ce que bon nombre de chercheurs démentent ou fustigent : la date du 21 décembre 2012 semble vouée à attirer le visiteur goguenard, amateur de boniments et de sagesses frelatées et imprécises. Car si l'annonce de la restauration de six des vingt et un reliefs visibles pour le visiteur du site, on ne demeure pas moins circonspect face au jeu paradoxal (mais pas désintéressé) pratiqué par les autorités de l'INAH. Bref, il n'y a aucune cohésion entre leur démarche et leur propos. Cela nous amène à nous interroger : l'INAH aurait-il financé ces travaux de restauration s'il n'y avait pas eu d'effet 2012 ?

Pour agrémenter son bulletin, l'INAH met à disposition un diaporama comprenant différents clichés de Tonina et du fameux relief.

También pueden conseguir las referencias siguientes :
Stuart, David; and George Stuart (2008). Palenque: Eternal City of the Maya. London: Thames & Hudson.
Yadeun, Juan (2001). "El Museo de Toniná: Territorio del tiempo". In Arqueología Mexicana, Vol. IX, número 50, Julio–Augusto 2001, pp.44-49. Mexico : Editorial Raíces.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…