Accéder au contenu principal

La arqueología, una visión científica del pasado del hombre

Voilà un petit ouvrage (par la taille en tout cas!) qui a complètement échappé aux campagnes publicitaires de l'INAH et surtout de l'UNAM. Publié dans la collection Ciencia para todos (La science pour tous en espagnol), il a été co-écrit en 1994 par Linda Manzanilla Naïm et Luis Barba, tous deux chercheurs-enseignants à l'Instituto de Investigaciones Antropológicas de la Universidad Autonóma de México. La Dr Manzanilla est archéologue et égyptologue: elle a notamment été formée en France. Elle a également oeuvré en zone maya, à Tiwanaku en Bolivie, et plus récemment à Teotihuacan. Le FCE l'a récemment réédité.


Bien que la collection Ciencias para todos s'apparente aux Que sais-je ? des PUF, indiquons clairement que l'ouvrage n'est pas accessible à n'importe quel public, notamment le plus jeune. Quand bien son objectif est d'expliquer les différents champs d'action de l'archéologue, certains tecnicismes pourraient rebuter.

Dans un premier, les auteurs reviennent sur les différentes techniques de prospection archéologiques (reconnaissance aérienne, prospections électriques, magnétiques,  chimiques et électromagnétiques).

Vient ensuite le temps des fouilles et de leur organisation: logistique, organisation du terrain, outils, relevés des coordonnées, stratigraphies, détermination du contexte fouillé,  registres.

La troisième partie s'intéresse aux analyses et aux premiers résultats des fouilles. Dans la mesure du possible, les archéologues essaient de les faire in situ, dans la mesure où le contexte de fouilles peut apporter de précieux indices pour l'interprétation. Les auteurs reviennent sur les analyses effectuées sur différents matériels. Ils commencent par les céramiques : macroscopie, pâte, couleur en coupe transversale, forme et décorations. Viennent ensuite les tests chimiques et physiques (résistance et compression, propriétés électromagnétiques, restes organiques). Puis ils reviennent sur les études faites sur les objets lithiques. Les techniques de datation sont abordées séparément et dépendent de l'objet étudié.

Dans un quatrième temps, à l'instar des poupées russes, les éléments analysés sont étudiés dans leur contexte propre, puis local, voir régional afin de leur donner un sens.

Car c'est bien là l'image que les auteurs ont souhaitée transmettre, l'archéologue est un technicien qui s'entoure de toutes les ressources possibles (sciences dures et sociales) pour donner la vision la plus complète de l'homme et de son interaction avec son environnement. De ce point de vue, le titre annoncé (une vision scientifique du passé de l'homme) est parfaitement justifié et les objectifs proposés en introduction parfaitement accomplis.

Pour le public mexicain, La arqueología, una visión científica del pasado del hombre est disponible dans toutes les librairies du Fondo de Cultura Económica à un prix modique. Il ne faut donc pas s'attendre à des photos en couleurs ni à une bonne qualité d'impression qui faciliterait la lecture. Mais il est également consultable sur la bibliothèque digitale du réseau mexicain d'éducation en ligne.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…