Accéder au contenu principal

Un calendrier lunaire maya déchiffré à Xultun, Guatemala

Sur son site internet, le quotidien mexicain El Universal publie une note résumant une importante découverte effectuée par une équipe américano-guatémaltèque sur le site de Xultun au Guatemala. Les archéologues William Saturno de l'Université de Boston et David Stuart de l'Université du Texas à Austin ont présenté les premiers éléments d'une découverte singulière lors d'une conférence de presse.


Xultun est un site maya situé à 40 km au nord-est de la fameuse Tikal, au Peten, et à 8 km au sud du site préclassique de San Bartolo. Parmi les principales structures cartographiés, on compte une pyramide haute de 35 m, deux terrains de jeu de balle, 24 stèles sculptées, plusieurs places et cinq réservoirs d'eau. Découvert en 1915, il n'a jamais été exploré systématiquement.


Dans une petite chambre, les archéologues ont retrouvé une série de peintures murales de premier ordre. Le projet, co-financé par la National Geographic Society, a notamment permis d'étudier un calendrier basé sur des cycles lunaires et un autre sur des planètes: des hiéroglyphes pourraient directement représenter Mars, Mercure et Vénus. Il a été retrouvé dans une pièce qui faisait probablement partie d'un complexe résidentiel. Ce serait d'ailleurs la première que de telles peintures soit retrouvées. Malheureusement elle avait déjà été visité par des maraudeurs et chapardeurs, privant les chercheurs d'un contexte archéologique probablement plus riche. Mais surtout cette découverte met un point final aux fautes prophéties de fin du monde annoncées depuis les livres d'Argüelles.


Dans un article paru dans la revue Science, les deux archéologues-épigraphistes ont retrouvé un compte long supérieur aux 13 baktuns observés sur d'autres sites. Rappelons que le Monument 6 d'El Tortuguero évoque la fin du 13e baktun pour décembre 2012. A Xultun, il y en aurait 17. Les calculs représentés sur la paroi renvoient autant au passé qu'au futur dans 7000 ans. 


Ce qui a surpris les scientifiques, c'est la présence d'un scribe sur une des parois. Un glyphe onomastique a été peint près de la figure centrale et signifie "Jeune frère obsidienne". A sa gauche est représentée une figure royale vêtue de plumes bleues et portant un long bâton. L'ensemble semble avoir été peint il y a environ 1200 ans lorsqu'une grande sécheresse frappait la zone maya. Saturno et Stuart proposent de concevoir cette pièce comme l'atelier d'un scribe, personnage important dans la société maya : il était chargé de "rapporter" l'histoire du site.


Pour terminer cette note, nous vous renvoyons à la note publiée sur le site de National Geographic. Elle contient une photo en haute résolution qui permet de voir certains détails. Un autre article propose d'avantage de photos.Vous pouvez également jeter un oeil sur cette vidéo présentée sur le même site. William Saturno dispose également d'un journal de bord sur le site de National Geographic. Enfin il y a ce long communiqué de presse des deux chercheurs américains.




Bon visionnage !

[édition du 23 mai 2012. Sur le site Mesoweb, Joel Skidmore et Mark Zender proposent une publication complète et très bien illustrée sur les peintures de Xultun. Elle est disponible gratuitement en cliquant ici.]

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Quand un projet de restauration devient un projet de fouilles à Palenque

Après le séisme révélateur d'une structure antérieure à Teopanzolco, c'est un chantier de restauration qui permet de nouvelles découvertes à Palenque, Chiapas. Inutile de décrire longuement ce site chiapanèque inscrit sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'UNESCO. Nous vous invitons d'ailleurs à consulter nos billets avec l'étiquette correspondante et à écouter les prochains programmes de Raíces sur Radio UDEM pour en savoir plus pour vous en faire une idée plus complète.

Revenons pour l'heure à cette annonce faite personnellement par le directeur général de l'INAH, Diego Prieto, qui aura pu se mettre du baume au cœur après les critiques persistantes sur sa continuité à la tête de l'institution octogénaire. 

Résumons dans un premier le contexte des restaurations entreprises à Palenque. Le Palais du Gouverneur et les maisons qui le composent sont actuellement dans une première phase de restaurations payées par l'ambassade des États-Unis au M…

Les 80 ans de l'INAH : un anniversaire en pointillés

L'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) fêtait le 3 février dernier ses 80 ans. Un âge pour le moins respectable puisque le CRNS est né la même année. Pourtant dans les deux institutions, la crise est bien présente et pour des raisons relativement semblables.



Malheureusement les correspondants des médias européens et francophones ont oublié d'évoquer les conséquences désastreuses du budget voté par les députés de son parti MORENA, Mouvement de Régénération Nationale, créé de toute pièce pour lui permettre de récupérer un siège présidentielle qui lui échappait depuis 2006. À deux mois de sa prise de fonction, alors que la majorité de MORENA siège au parlement mexicain depuis le mois d'août, le président López Obrador ne semble pas clairement avoir mesuré les conséquences dramatiques de l'autorité républicaine qu'il s'est certes appliqué à lui-même, mais en entraînant avec lui celles et ceux dont les conditions de vie étaient déjà précaire…