Accéder au contenu principal

Restauration de grelots à Santo Nombre, Puebla

Les restaurateurs de l'ENCRyM ont récemment travaillé sur une offrande funéraire retrouvée à proximité du corps d'un jeune garçon. Ce dernier était enterré sous la plateforme centrale du site poblano de Santo Nombre. Au total, ce sont 69 grelots qui ont été soumis à un traitement de stabilisation. Nous avions rapporté la découverte de ce corps il y a deux ans et demi

Blas Castellon Huerta, en charge du projet, est récemment revenu sur les études et analyses effectuées sur les restes: "Il s'agit d'un garçon âgé entre 9 et 13 ans". Son corps était placé en position assise, les bras étendus. Il avait des os d'oiseaux dans ses mains et une pierre verte a été retrouvé à hauteur de sa trachée. Les 69 grelots mentionnés plus tôt recouvraient ses chevilles. Ils mesurent en moyenne 2 cm de long pour 2 cm de large. Ils sont le résultat d'un alliage de cuivre, d'arsenic et de plomb. Des éléments organiques ont livré quelques secrets intéressants : des attaches en cuir regroupaient les grelots et s'appuyaient sur des bandes en papier amate et en issu disposées sur les chevilles du sujet. 

Les archéologues se sont également intéressés à la datation C14 des ossements: ils ont pu déterminer qu'il avait été déposé vers 1200 de notre ère, longtemps après l'abandon du site au Classique moyen vers 600. Pour les archéologues, il semble donc probable que de petits groupes aient continué d'utiliser certaines structures à des fins rituelles.

Des études d'archéozoologie ont permis d'identifier que les petits os retrouvés dans les mains du préadolescent correspondaient à ceux d'un faucon et d'une caille. Ici nous nous arrêtons pour extrapoler le symbolisme des oiseaux. Selon différents peuples mésoaméricains, les deux ont des connotations solaires. En ce qui concerne la caille, elle est présentée régulièrement dans les chroniques coloniales et les codex comme l'oiseau le plus souvent sacrifié ou offert (1). Il est probable que le jeune homme inhumé ait eu un aspect solaire.

Pour assurer leur stabilité, les restaurateurs de l'ENCRyM ont procédé à un nettoyage des pièces avant de nettoyer les traces de corrosion observées. Un coffret spécial a été élaboré afin de garantir des conditions optimales de conservation.

Vous pouvez également consulter directement le carnet créé pour le projet Santo Nombre : vous bénéficierez ainsi d'informations de première main même si il n'est guère actualisé. Cliquez ici : http://santo-nombre.blogspot.mx/.

Pour en savoir plus, on consultera directement la note publiée sur le site officiel de l'INAH et la galerie de photos adjointe. Félicitations à toute l'équipe du Projet Santo Nombre.

(1) Sierra Longega, Patricia. 2006. "La codorniz, animal mítico". In Arqueología Mexicana, vol. XIV, núm. 86. Mexico : Editorial Raíces-INAH.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…