Accéder au contenu principal

Un projet en devenir : Noc Cah, Quintana Roo

L'archéologue Javier López Camacho travaille depuis deux ans sur un projet de fouilles et de valorisation d'un site maya datant du Classique ancien, Noc Cah. Situé au sud de l'état oriental du Quintana Roo, à une dizaine de kilomètres de la frontière avec le Bélize, Noc Cah a révélé sa présence en 1998 quand certains rapports faisait état de la présence de marécage et de points d'eau. 

Depuis deux mois le travail de terrain a surtout consisté à enregistrer les principaux monticules, places, unités habitationnelles et chemins et à délimiter la zone archéologique qui sera fouillée ensuite. Il en résulte que Noc Cah (Grande Ville en yucatèque) s'étendait au moins sur environ 25 ha.

Le projet Noc Cah s'inscrit dans le cadre plus large d'un catalogue des sites archéologiques du Quintana Roo : la densité de constructions, de villages et de centres urbains est remarquable, notamment dans le sud de l'état mais ne bénéficie pas nécessairement de l'attention qu'il mériterait. Selon López Camacho, le gigantisme présumé des places laissent présager une forte densité. Certains monticules atteignent 20 m de haut sur 100 m de long ! 

Un groupe de structures appelé El Pich a particulièrement attiré l'attention des archéologues : il comprend quatre complexes architecturaux orientés selon les points cardinaux et pourvus de cours et de places qui leur confèrent probablement un caractère cérémoniel. 

Les explorations de surface ont révélé que deux styles architecturaux cohabitaient à Noc Cah : le premier est apparenté au Peten central guatémaltèque (ill.1) et le second fait penser au style postérieur Rio Bec (ill.2) . 


Ill. 1. Architecture du Peten central.
Place et Acropole Nord, Tikal, Peten, Guatemala.
Photo : Bjørn Christian Tørrissen
Disponible le 13/01/2013 sur : 


Ill. 2 Architecture de style Rio Bec.
Structure VIII, Becan, Campeche.
Photo : Joaquín Martínez Rosado.
Disponible le 13/01/2013 sur : 

Pour López Camacho, il faut cependant prendre en compte ces découvertes autrement que d'un point de vue touristique et mettre en exergue plutôt l'héritage des anciens Mayas. Le projet de fouilles et de restauration qui sera prochainement soumis au Conseil national d'archéologie fera d'ailleurs la part belle aux habitants des communes environnantes afin de les impliquer directement dans la prospection, l'exploration, la restauration et la conservation du site.

Pour en savoir plus sur ce projet, nous vous recommandons la lecture en espagnol d'un article rédigé par Ana Mónica Rodríguez et publié sur le site du quotidien La Jornada.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…