Accéder au contenu principal

Arqueologia mexicana - Hors-série 49

L'archéologie a toujours eu une image caricaturale et pleine de stéréotypes dans le monde du cinéma. Les exemples abondent : combien des archéologues depuis les années 1980 ne sont pas directement identifiés au pilleur qu'est Indiana Jones ? Ce référent culturel impropre ne date pas d'aujourd'hui si on considère la production cinématographique mexicaine dans le hors-série de la revue Arqueología mexicana.

Il suffit de parcourir la filmographie et la bibliographie à la fin de la publication pour se rendre compte du sérieux avec lequel Enrique Vela a  préparé cette publication. En Europe, la production cinématographique mexicaine se résume souvent à son âge d'or situé dans les années 40 et 50, avec des figures aussi importantes que Maria Felix (qui a d'ailleurs vécu en France) ou Pedro Armendariz. Depuis une douzaine d'années, la production mexicaine reste marginale sur les écrans mondiaux, souvent limitée à une diffusion dans les salles d'art et essai avec des réalisateurs qui remportent des prix parfois prestigieux. On pensera notamment, entre autres, à Alfonso Cuaron ou à Alejandro Iñarritú.

L'objectif de ce hors-série est d'explorer la manière dont l'archéologie et le patrimoine préhispanique ont été exploités par le septième art mexicain. Comme le dit pertinemment Vela, il s'agissait de :
signaler l'existence d'une source d'information de premier ordre pour l'analyse du rôle de notre histoire ancienne dans l'actualité et celui de l'archéologie dans l'imaginaire collectif.
Le choix de critères limitant le catalogue de l'analyse reste volontairement ouvert et restreint à la fois. Les films présentés ont au moins pour caractéristiques un aspect de l'histoire préhispanique (scénaristique ou contextuel) et l'intégration de l'archéologie comme élément partiel ou fondamental de la trame. Une distinction naturelle se fait naturellement entre films historiques et fictions. Les documentaires et longs-métrages ayant pour sujet les peuples originaires sont traités séparément.

Il faut remonter à 1917 pour trouver trace du premier film Tepeyac présentant les apparitions miraculeuses de la Vierge de Guadalupe a Saint Juan Diego. L'année suivante, une autre figure importante de la culture populaire mexicaine, Cuauhtemoc, fait son apparition sur le grand écran, encore muet. Avec le temps, on retrouvera l'archéologie mexicaine présente dans des films de catcheurs, d'action, de terreur, de comédie.

Si vous êtes cinéphile, ou mexicanophile ou amateur d'archeólogie. ce hors-série nous plaira sans nul doute.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…