Accéder au contenu principal

Arqueologia mexicana - Hors-série 49

L'archéologie a toujours eu une image caricaturale et pleine de stéréotypes dans le monde du cinéma. Les exemples abondent : combien des archéologues depuis les années 1980 ne sont pas directement identifiés au pilleur qu'est Indiana Jones ? Ce référent culturel impropre ne date pas d'aujourd'hui si on considère la production cinématographique mexicaine dans le hors-série de la revue Arqueología mexicana.

Il suffit de parcourir la filmographie et la bibliographie à la fin de la publication pour se rendre compte du sérieux avec lequel Enrique Vela a  préparé cette publication. En Europe, la production cinématographique mexicaine se résume souvent à son âge d'or situé dans les années 40 et 50, avec des figures aussi importantes que Maria Felix (qui a d'ailleurs vécu en France) ou Pedro Armendariz. Depuis une douzaine d'années, la production mexicaine reste marginale sur les écrans mondiaux, souvent limitée à une diffusion dans les salles d'art et essai avec des réalisateurs qui remportent des prix parfois prestigieux. On pensera notamment, entre autres, à Alfonso Cuaron ou à Alejandro Iñarritú.

L'objectif de ce hors-série est d'explorer la manière dont l'archéologie et le patrimoine préhispanique ont été exploités par le septième art mexicain. Comme le dit pertinemment Vela, il s'agissait de :
signaler l'existence d'une source d'information de premier ordre pour l'analyse du rôle de notre histoire ancienne dans l'actualité et celui de l'archéologie dans l'imaginaire collectif.
Le choix de critères limitant le catalogue de l'analyse reste volontairement ouvert et restreint à la fois. Les films présentés ont au moins pour caractéristiques un aspect de l'histoire préhispanique (scénaristique ou contextuel) et l'intégration de l'archéologie comme élément partiel ou fondamental de la trame. Une distinction naturelle se fait naturellement entre films historiques et fictions. Les documentaires et longs-métrages ayant pour sujet les peuples originaires sont traités séparément.

Il faut remonter à 1917 pour trouver trace du premier film Tepeyac présentant les apparitions miraculeuses de la Vierge de Guadalupe a Saint Juan Diego. L'année suivante, une autre figure importante de la culture populaire mexicaine, Cuauhtemoc, fait son apparition sur le grand écran, encore muet. Avec le temps, on retrouvera l'archéologie mexicaine présente dans des films de catcheurs, d'action, de terreur, de comédie.

Si vous êtes cinéphile, ou mexicanophile ou amateur d'archeólogie. ce hors-série nous plaira sans nul doute.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…