Accéder au contenu principal

Découverte probable d'un quai sur le site de Tabuco, Veracruz

Dans un bulletin émis vendredi dernier, l'INAH résume les avancées très impressionnantes des fouilles de sauvetage entreprises par le Proyecto Arqueológico Sur de la Huasteca Veracruzana depuis octobre 2012. Dirigés par María Eugenia Maldonado Vite, les archéologues ont mis au jour plusieurs vestiges qui semblent donner un sens à ce site qui fut exploré et sondé par Gordon Eckholm dans les années 1940.

Le site a connu une occupation depuis le Protoclassique (entre 150 avant et 250 après Jésus Christ). Situé sur la rive sud du fleuve Tuxpan près des mangroves de Tumilco, Tabuco était considéré jusqu'à présent comme un site cérémoniel. Après différents sondages effectués sur un terrain attenant à la zone archéologique, les fouilles ont d'abord révélé la présence d'un dépotoir contenant des tessons de céramique, des os d'animaux, des débris d'obsidienne et de grandes quantités de coquillages.

Au nord-est un grand mur à banquette adossée mesurait plus de 15 m de long. D'une largeur et d'une hauteur de 60 cm, il s'enfonce progressivement dans le sous-sol, passant  Il était composé de grandes plaques de coquillages moulus et agglomérés. Les vestiges de trois petits adoratoires construits avec le matériel ont été retrouvés dans ce qui semblent un des accès au centre cérémoniel. Ils mesurent chacun 3 m de diamètre.

Sur la partie ouest de la zone fouillée, c'est les restes d'une structure circulaire de 15 m de diamètre et 60 cm de hauteur. La présence d'un foyer sur la plateforme permet d'émettre l'hypothèse selon laquelle il s'agit d'une résidence. Un petit escalier a été retrouvé. La présence d'une rampe menant à un sol couvert de stuc pourrait indiquer la présence de ce qui fut un quai à l'époque préhispanique. C'est là qu'un dernier édicule circulaire a été retrouvé. La présence de traces au sol de ce qui semblent avoir été des parois en bois peut être interprété comme des pièces où les marchandises débarquées étaient ensuite rangées. La présence de matériaux organiques sur cette surface stuqué rend également très probable l'idée d'une inondation à la suite de laquelle tout fut rempli par des détritus, laissant seulement la structure circulaire en place.

D'un autre côté on apprend que pas moins de 50 individus ont été enterrés. Des analyses médico-légales ont commencé pour déterminer les liens familiaux et les éventuelles maladies dont ils ont souffert. Ils ont été retrouvé en position étendue ou fléchie. Les restes ont été déposés en plusieurs strates situés entre 10 cm et 1 m sous la surface. Un autre objectif des archéologues est de pouvoir affiner la séquence céramique du site grâce à leurs grandes quantité et variétés.

Pour en savoir plus sur cette découverte très intéressante, à la limite entre les territoires totonaques et huastèques, vous pouvez consulter le bulletin publié sur le site de l'INAH.
 
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…