Accéder au contenu principal

Deux nattes tissées découvertes à Teotihuacan

L'archéologue Sergio Gómez est le responsable du Projet Tlalocan qui s’attèle depuis plusieurs années à un projet de fouilles méthodiques d'un tunnel courant sous la pyramide adossée et la pyramide du serpent à plumes à Teotihuacan. A l'intérieur de ce tunnel connectait plusieurs chambres que les archéologues de l'INAH sont peu à peu en train de découvrir.

Après avoir déblayé plus de 800 tonnes de terre déblayées et mis au jourplus de cinquante mille objets, l'équipe du Proyecto Tlalocan a mis la main sur des objets très intéressants d'un point de vue symbolique. Gómez Chávez a annoncé une découverte inédite sur les réseaux sociaux et dans une brève publiée sur le site du quotidien La Jornada. Il s'agit de deux petates ou nattes. Finement tressées, ces objets en vannerie d'une grande fragilité vont finalement pouvoir être conservés après avoir passé près de deux mille ans dans cet endroit. En revanche leur extraction a requis des travaux préalables très minutieux de la part d'une équipe de restaurateurs dirigés par Alfonso Cruz.

Même si nous ne disposons pas du contexte complet de la découverte, certains éléments ont été révélés à la presse. Les deux nattes étaient disposées côte à côte au niveau du sol avec un mobilier varié comptant une cinquantaine d'artefacts. On a notamment compté des pots, des vases en terre cuite mais aussi des couteaux en silex et en obsidienne. La première natte mesure 1 m de longueur sur 40 cm de largeur tandis que la seconde atteint 40 cm de longueur sur 30 cm de largeur. Aucune précision n'est donnée sur une éventuelle pigmentation.

Pourquoi faire tant de pataqués pour cette découverte alors ? D'une part parce que c'est la première fois que de tels objets sont retrouvés à Teotihuacan. Ensuite parce que les petates sont des objets à forte connotation politique dans les civilisations mésoaméricaines anciennes. La natte est un attribut de pouvoir au même titre que le sceptre ou la peau de jaguar. On en a des témoignages archéologiques et ethnohistoriques depuis les Olmèques jusqu'aux témoignages des informateurs de Sahagún. Dans les années 1980 et 1990, les travaux de Cabrera Castro (1), Sugiyama (2), Manzanilla (3) ou López Austin et López Luján (4) avaient émis l'hypothèse d'au moins deux groupes se disputant le contrôle sur une ville qui pourrait avoir compté plus de cent mille habitants. L'un d'eux aurait eu le serpent à plumes comme emblème, la pyramide homonyme ayant pu être le symbole de leur assise. Cependant au deuxième siècle de notre ère, différents lieux incendiés autour de la pyramide laissent penser à d'importants changements politiques et religieux. La pyramide du Serpent à plumes fut alors couverte par une pyramide adossée, les représentations de la créature détruite ou transformé pour celle, presque exclusive de félins. La présence de deux nattes prendrait donc un sens tout particulier, pour peu que leur date puisse être mise en relation avec la chronologie de la Citadelle et avec la Pyramide du Serpent à plumes. A Teotihuacan il existe notamment de nombreuses associations du serpent à plumes avec la natte, tant sur les peintures murales que sur des céramiques. Dès lors cette découverte remarquable pourrait un peu plus confirmer l'importance politique de cette partie de la ville à un moment donné.

Parallèlement, une autre offrande a été rapporté dans une autre partie du tunnel. Elle comprenait différents objets, probablement en bois, incrustés de cristaux, de roches et de jadéite. Gómez Chávez estime cependant qu'une reconstitution de ces objets pourra être effectuée.

[Édition du 16/04/2013. L'INAH propose quelques informations complémentaires dans un bulletin publié sur son site internet le 15/04/2013. On y apprend notamment que les premières explorations du robot Tlaloc II, construit en collaboration avec l'Instituto Politécnico Nacional, chercheront à atteindre le fond du tunnel et à en donner des images aux archéologues]

[Édition du 28/04/2013. Un nouveau bulletin de l'INAH publié sur son site internet le 23/04/2013 fait état des premières découvertes par le robot Tlaloc II. Les images délivrés par ce dernier ont permis d'établir l'existence de trois chambres au fond de ce tunnel. Selon Sergio Gómez, leur profondeur pourrait être supérieure à 5 m, étant donné qu'il s'agit de la limite atteinte par le scanner. Cependant l'avancée du petit véhicule ne s'est pas faite sans encombre : ses roues se sont embourbées sur 20 ou 30 cm, cela étant dû autant aux 35 kgs de l'engin qu'à l'humidité.]

(1) CABRERA CASTRO, R. (1998). La serpiente emplumada y el jaguar como símbolo de poder político. In Karol Kociba Henryk & Yolotl Gonzalez Torres (Eds.), Historía comparativa de las religiones (pp. 197-220). Mexico : Instituto Nacional de Antropología e Historia.
(2) SUGIYAMA, S. (2005). Human sacrifice, militarism, and rulership : materialization of state ideology at the Feathered Serpent Pyramid, Teotihuacan. Cambridge ; New York: Cambridge University Press.
(3) MANZANILLA, L. (2001). Gobierno corporativo en Teotihuacan: una revisión del concepto palacio aplicado a la gran urbe prehispánica. Anales de Antropología, 35, 157-190.
MANZANILLA, L. (2009). Corporate Life in Apartment and Barrio Compounds at Teotihuacan, Central Mexico: Craft Specialization, Hierarchy, and Ethnicity. In Linda Manzanilla & Claude Chapdelaine (Eds.), Domestic life in prehispanic capitals : a study of specialization, hierarchy, and ethnicity, (pp. 21-42). Ann Arbor: University of Michigan, Museum of Anthropology.
(4) LÓPEZ AUSTIN, A., L. LÓPEZ LUJÁN, & S. SUGIYAMA. (1991). El Templo de Quetzalcoatl en Teotihuacan : su posible significado ideológico. Anales del Instituto de Investigaciones Estéticas (62), 35-52.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…