Accéder au contenu principal

Compte-rendu - Arqueología Mexicana 120

D'habitude, un résumé critique de la publication grand public de l'INAH vous est proposé tous les deux mois. Cette fois-ci, la livraison a un peu tardé et j'ai dû me plaindre auprès de l'éditeur pour obtenir un numéro qui est disponible depuis début mars ! C'est très frustrant de prendre un abonnement et de constater qu'on reçoit ce qui est dû alors que (presque) tous les spécialistes l'ont déjà lu. Il suffit donc juste de prendre son mal en patience.

Trêve de plaintes et autres récriminations contre l'entreprise de logistique qui ne fait pas son boulot. Passons aux choses sérieuses !

On commence par une présentation rapide du Manuscrit de Glasgow, également appelé Description de la Ville et de la Province de Cholula. Xavier Noguez revient notamment sur l'histoire mouvementé de ce qui est en fait une réponse à un questionnaire envoyé par la royauté espagnole sur ses nouvelles colonies entre les années 1581 et 1585

Suit une présentation des travaux de repérage et de cartographie effectués sur le site maya de Noh Kah, situé à la frontière mexicano-bélizaine. Javier López Camacho, Araceli Vázquez Villegas et Luis Antonio Torres Díaz exposent les intérêts des fouilles qui y seront prochainement entreprises.

Des Mayas il est encore questions dans cet article signé Kai Delvendahl et Nikolai Grube : ils résument les fouilles fructueuses sur le site campechain d'Uxul : elles ont permis de mettre au jour la tombe inviolée d'un prince dans ce qui était probablement un ancien palais. L'individu a pu être identifié grâce â un jeu de vases cérémoniels qui portent son titre et son nom.

Mayas, troisième épisode, avec le rapport de Luis Alberto Martos López sur la très polémique identification d'un complexe théâtral sur le site chiapanèque de Plan de Ayutla que nous avions rapporté dans ce carnet.

L'historienne des religions Yolotl González Torres nous propose un article d'anthropologie comparée des religions en mettant en parallèle les rateliers de crânes propres à la culture mexica et les tours de têtes décollées en Inde, souvent au motif d'impressionner les peuples conquis.

L'article ethnologique est l'oeuvre d'Yesenia Peña Sánchez : elle expose l'importance des serpents dans le culture hñähñü de la Vallée du Mezquital. Après avoir présenté les principales espèces d'ophidiens dans cette région de l'état Hidalgo, elle décrit les usages médicaux, alimentaires et artisanaux qu'en font les focaux. Elle rapporte quelques légendes en rapport avec le serpent et évoque l'importance du serpent dans la vie sexuelle des locaux.

Dans la série Légendes urbaines, Eduardo Matos nous propose une petite réflexion sur le sacrifice lié au jeu de balle, rétablissant certaines vérités scientifiques sur la mise à mort des perdants et non des vainqueurs du jeu. C'est l'occasion de revenir sur la grande diffusion du jeu de balles mais également l'incroyable quantité de variables et de variantes le définissant.

Parlons du gros morceau de ce numéro 120 : l'agriculture en Mésoamérique. C'est d'ailleurs par un article homonyme que Matos Moctezuma expose rapidement le thème en s'attardant sur l'importance du calendrier agricole qui régissait la vie de bon nombres de peuples mésoaméricains. D'autre part, l'auteur se demane comment était réparties les terres arables.

De son côté Emily Mc Clung de Tapia revient sur les origines de l'agriculture : elle montre l'intérêt de la paléobotanique pour définir les concepts de sédentarisation, domestication et agriculture en Mésoamérique de manière générale.

Aurora Montúfar, spécialiste en archéobotanique, revient sur le lent processus de domestication des plantes par les groupes de chasseurs-cueilleurs qui ont permis leur culture à des niveaux et à des volumes toujours plus importants. Elle s'intéresse non seulement au maïs, mais aussi au haricot et à la courge. Elle prend également en compte le coton, la chia, la tomate et évoque rapidement leur présence dans des offrandes.

Suit un travail de Teresa Rojas Rabiela sur les différentes techniques agricoles mises en place en Mésoamérique. En prenant en compte la diversité environnementale et la richesse biologique de cette suprarégion, elle revient sur une agriculture essentiellement manuelle, fonctionnant sans animal de trait pour les labours mais capable pourtant de modifer son environnement en construisant des terrasses ou des monticules, proposant des techniques d'irrigation parfois très élaborées.

Passons à un aspect davantage religieux et rituel avec l'article de Johanna Broda sur les rites et divinités du cycle agricole. L'auteur explique comment le calendrier mexica des fêtes fut réadapté par son équivalent catholique au moment de la Conquête.

Un dernier article de Teresa Rojas Rabiela expose les adaptations et l'évolution de l'agriculture mésoaméricaine au contact des Espagnols, notamment par l'introduction des animaux, des machines  et des outils. Elle évoque le retour de balancier dont ont bénéficié les conquérants en cultivant les plantes de Nouvelle-Espagne et en les introduisant en Europe.

Reste désormais à attendre le prochain numéro qui marquera le vingtième anniversaire d'Arqueología mexicana.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…