Accéder au contenu principal

Ceibal : vers une chronologie mésoaméricaine chamboulée ?

Dans un article publié le 25 avril dernier dans la revue Science (1), les archéologues Takeshi Inomata, Daniela Triadan, Kazuo Aoyama, Victor Castillo et Hitoshi Yonenobu proposent une hypothèse issue de leurs fouilles entreprises sur le site guatémaltèque de Ceibal. Des datations ont été effectuées sur des matériaux retrouvés dans un espace civico-rituel formé des restes d'une plateforme carrée et d'une autre plus longue, les deux étant séparées par une place. Elles remontent à 1000 avant notre ère.

Des rénovations à peine plus récentes (vers 700 avant notre ère) ont vu la plateforme carrée se transformer en petite pyramide de 6 m sur 8 m tandis qu'une nouvelle plateforme allongée a été édifié juste derrière la plus ancienne.

Ce sont les dates des édifications les plus anciennes qui font croire que les Mayas ont au mieux forgé leur culture sans un contact direct avec les Olmèques. Pourquoi une telle idée, révolutionnaire sous bien des aspects ? Tout simplement parce que les premières structures de La Venta ont été datées 200 ans plus tard que celles récemment découvertes de Seibal. Jusqu'alors les groupes mayas présents alors vers le sud avaient été influencés par la culture olmèque entre 1500 et 400 avant notre ère.

Un autre paradigme pourrait être également reconsidéré bientôt : les rituels et les espaces publics seraient apparus après que les civilisations naissantes ont formé des systèmes économiques et des classes sociales.

Cependant ce n'est pas la fin de la chronologie et de l'influence olmèque vers la zone maya si on en croit les commentaires de Michael Coe et Jack Clark. Les deux chercheurs rappellent justement que le site de San Lorenzo, bien que mal exploré, a été daté vers 2150 avant Jésus-Christ. Rebecca Lauck, chargé des fouilles à La Venta, estime que les rituels effectués à cet endroit sont différents des rituels effectués à Ceibal et dans d'autres sites mayas.

Pour en savoir plus, veuillez consulter l'article publié sur le site Science News.

(1) T. Inomata et al. Early ceremonial constructions at Ceibal, Guatemala, and the origins of lowland Maya civilization. Science. Vol. 340, 26/04/2013, p. 467. doi:10.1126/science.1234493.
(2) Bower, B. Maya civilization's roots may lie in ritual. Disponible en linea para : Maya civilization's roots may lie in ritual .
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…